Les périodisations en histoire de la langue (1/4)

En 2011, pour le lancement de la toute nouvelle revue Diachroniques, revue de linguistique française diachronique, le premier numéro a été consacré à la question de la périodisation1. Choix judicieux, en effet : la question de la périodisation ou des périodisations en histoire de la langue est rarement posée, et pourtant il s’agit d’une question fondamentale pour la discipline.

La principale difficulté réside dans le fait que le « matériau » sur lequel travaillent les linguistes-historiens se présente comme un continuum dans l’espace et dans le temps, rythmé par des changements presque insensibles et par la présence constante de la variation à tous les niveaux. Si le travail du linguiste-historien consiste à suivre et à décrire au plus près ces changements et ces variations, il (ou elle) ne peut le faire que sur des tranches chronologiques qui ne soient ni trop longues, afin de pouvoir rentrer dans des détails qui sont extrêmement complexes, ni trop courtes, afin de pouvoir observer en son entier le processus qui sépare l’arrivée d’une innovation dans la langue de son assimilation et son acceptation : processus qui peut prendre quelques décennies, voire parfois plusieurs générations. La périodisation apparaît ainsi comme un mal nécessaire : les recherches en histoire de la langue nécessitent, de plus en plus, des travaux détaillés sur des corpus conséquents, mais sur des tranches chronologiques suffisamment larges pour en dégager les évolutions et les moments forts sans tomber dans le pointillisme.

Mais comment, concrètement, opérer ces découpages, qui consistent à introduire du discontinu, un début et une fin, dans quelque chose qui est par définition sans début et sans fin ? On s’aperçoit vite également que les périodisations « internes » en histoire de la langue ne seront pas les mêmes selon qu’on travaille sur l’oral ou sur l’écrit ; elles ne sont pas non plus les mêmes selon qu’on travaille sur la prononciation, sur le lexique ou sur la syntaxe. Elles seront différentes également selon qu’on travaille sur des corpus littéraires ou sur des corpus non littéraires.

La question de la pertinence des périodisations qu’on effectue est rarement soulevée par les linguistes eux-mêmes. Et pourtant, les conséquences des choix qu’on fera en la matière – le fait de savoir où l’on pose les bornes de début et de fin de la période, mais aussi les appellations que l’on va donner aux périodes qu’on aura ainsi isolées – sont loin d’être anodines. De là vont dépendre toute une série de questions : entre autres, le nom de certaines sociétés savantes, leur champ d’activité et les conditions de leur adhésion ; le titre et le champ disciplinaire des revues scientifiques ; le catalogage d’ouvrages et l’accessibilité de certains matériels ; la possibilité de s’inscrire ou non dans les thématiques d’un laboratoire de recherche ou dans le champ de certains projets scientifiques ; le fléchage de certains postes universitaires.

Trois solutions semblent se proposer (dont aucune n’est parfaite) : le découpage par siècles, le rattachement à des périodes clés de l’histoire externe, et le rattachement à des périodes de l’histoire littéraire ou culturelle identifiées au préalable.

La périodisation par siècles apparaît comme particulièrement insuffisante dans une approche diachronique de la langue. Par exemple, il est évident que le français, ou l’anglais, de 1500 ne diffère pas sensiblement de celui de 1499. Malgré cela, les manuels les plus récents d’histoire de la langue française, ceux de Jacques Chaurand (1999)2 et de Jacqueline Picoche et Christiane Marchello-Nizia (1991)3 adoptent un découpage résolument « siécliste », tout en se permettant quelques fantaisies, avec des sous-titres plus « colorés », comme « Entre Moyen-âge et Renaissance » pour le XVIe siècle, ou « De la Renaissance à l’âge classique » pour le XVIIe4. En dehors du bornage extrêmement arbitraire, une telle périodisation a aussi pour effet de sembler conférer de l’unité là où il n’y en a pas. Pourtant, la date un peu arbitraire de 1500 va marquer également la frontière, en histoire du livre, entre les incunables (imprimés d’avant 1500) et les autres imprimés « ordinaires ». Selon qu’on travaille sur l’un ou l’autre type d’imprimé, les ouvrages seront catalogués différemment, et l’accès aux textes originaux se fera plus ou moins facilement.

Pour rester dans le cadre du XVIe siècle : s’il y a des moments d’évolution forte qui sont identifiables dans plusieurs domaines de la langue au cours de ce siècle, ils se situent plutôt aux alentours de 1530, de 1550 et de 1575-15805 : dates qui ne correspondent à aucun découpage séculaire, ni d’ailleurs à aucun moment fort de l’histoire politique ou sociale. L’inverse est également vrai à d’autres périodes : un évènement historique aussi fondamental et bouleversant que la Révolution française n’a laissé finalement qu’assez peu de traces directes sur l’évolution de la langue, malgré tous les efforts des révolutionnaires. Et inversement, des développements qui ont joué un rôle capital dans l’évolution de la langue, comme le début de la scolarité obligatoire ou l’apparition de la télévision, ne correspondent pas nécessairement à des repères chronologiques consacrés.

Donc, même si la langue a essentiellement (certains diraient, exclusivement) une fonction sociale, les « saisons de la langue » ne coïncident pas nécessairement avec les grands mouvements et les ruptures identifiables de la société. Mais si on ne peut pas rattacher non plus les évolutions de la langue à celles de l’histoire externe, à quoi pouvons-nous donc les rattacher ?

Ces évolutions ne coïncident pas non plus forcément avec celles de l’histoire littéraire, à laquelle on a souvent voulu les rattacher. J’ai été sollicitée, il y a quelque temps, pour faire partie du comité de rédaction d’une revue qui s’appelle Le Français préclassique : revue dont je connaissais le nom, mais par laquelle je ne me sentais pas jusque-là concernée, la croyant plutôt ancrée du côté du début du XVIIe siècle. Or, la page de titre de la revue indique la période chronologique couverte : « 1500-1650 ». En m’interrogeant sur la source de cette appellation de « français préclassique », j’ai découvert qu’elle est due aux travaux d’un éminent linguiste-philologue du début du XXe siècle, Ferdinand Brunot, qui dans son monumental Histoire de la langue française6 identifie « La langue classique » entre 1660 et 1715, « La langue postclassique » au cours du XVIIIe siècle (avec une pensée émue pour « La langue classique dans la tourmente » à partir de la Révolution), et la « Formation de la langue classique » entre 1600 et 1660. C’est à partir de ce découpage que la notion de « français préclassique » a pu se construire. Il est évident que, pour Brunot, qui était essentiellement un philologue, la « langue » en question est surtout la langue littéraire, dont celle du siècle de Louis XIV est envisagée comme constituant le point d’orgue : Brunot consacre ainsi une « période reine » de la langue, coïncidant à ses yeux avec une période forte de l’histoire littéraire, à partir de laquelle toutes les autres périodes en amont ou en aval (moins valorisées, forcément) étaient repérées.

Les écueils d’une telle approche sont évidents. À force de ne s’intéresser d’abord qu’à la langue écrite, puis aux seuls textes littéraires parmi les textes écrits, et uniquement aux textes littéraires de grande qualité parmi les textes littéraires, on peut aboutir à une vision restreinte et téléologique de l’histoire linguistique qui crée dans l’imaginaire de la langue des représentations qu’il est extrêmement difficile, ensuite, de déloger : la preuve en est que ces découpages se répètent, de manuel en manuel7.

Les périodisations devraient, idéalement, être à construire par chaque chercheur, selon l’objet de son étude, et nous devrions pouvoir les façonner et les nommer nous-mêmes plutôt que de les subir. Mais la tentation est grande de les maintenir, en raison de la pression exercée par l’autorité des grandes figures de la discipline, par leurs manuels qui constituent des références absolues, par les revues et sociétés savantes qui reprennent ces cadres imposées. Cette pression s’exerce jusque dans l’organisation même des savoirs qui, selon l’endroit où l’on placera les bornes, fera que certaines sources seront plus ou moins accessibles, plus ou moins valorisées, et que les recherches effectuées sur ces sources seront considérées comme plus ou moins prioritaires pour l’attribution de moyens et pour la diffusion des résultats.

Les périodes de transition entre deux siècles, les périodes étiquetées comme « moyen »8, ou comme « pré- » ou comme « post- » quelque chose apparaissent ainsi souvent comme des parents pauvres ou comme des « restes » d’un découpage dont on ne sait que faire : toutes les disciplines sont concernées, mais c’est particulièrement flagrant dans les études sur l’histoire de la langue. Cependant, pour la langue, il n’y a pas de « grande » ni de « petite » période : il y a plutôt des « saisons » qui se succèdent en se modifiant presque insensiblement, chacune se distinguant de la précédente sans pour autant s’en dissocier, et dont la progression ne reflète guère les « ruptures » de l’histoire externe.

Susan Baddeley

  1. « Périodisation(s) », Diachroniques, Revue de linguistique diachronique, n°1, avril 2011. []
  2. Chaurand, Jacques, Nouvelle histoire de la langue française, Paris, Éditions du Seuil, 1999. []
  3. Picoche, Jacqueline, et Marchello-Nizia, Christiane, Histoire de la langue française, Paris, Nathan, 1991. []
  4. Ce type de découpage est repris en partie par la récente Histoire de la langue française en format poche de Mireille Huchon (Paris, Le Livre de Poche, 2002) : les périodes les plus anciennes portent des noms, mêlant découpages sur des bases linguistiques et sur des bases culturelles (le protofrançais, la période médiévale, le moyen français, la Renaissance), mais à partir du XVIIe siècle, l’auteur adopte un découpage purement siécliste. []
  5. 1530 et 1531 correspondent aux dates de publication des premières grammaires du français, celles de Palsgrave et de Sylvius (Jacques Dubois), et à l’introduction des premiers accents et signes auxiliaires dans la langue écrite. 1550 correspond aux premières publications de la Pléiade, juste après celle de la Défense et Illustration de Du Bellay. Et, selon Hélène Naïs (1966), c’est vers 1575-1580 que s’opèrent une réduction et une spécialisation du vocabulaire (cf. aussi Bernard Combettes, « La délimitation du français préclassique : aspects syntaxiques », dans Diachroniques, op. cit., p. 59-82). []
  6. Brunot, Ferdinand, Histoire de la langue française, des origines à 1900, Paris, Armand Colin, 1905-1938 (11 tomes). []
  7. L’ouvrage très récent de Laurence Hélix, Histoire de la langue française (Ellipses, 2011), conçu pour la préparation aux concours, se décline par thèmes, traités par ordre chronologique : ainsi, pour l’étude de la grammaire, on trouve les périodes « Moyen âge », « Renaissance », « XVIIe siècle », puis l’éloquent « Et après ». []
  8. [1] Dans l’ouvrage de Mireille Huchon (op. cit.), le « Moyen français » ne reçoit que 14 pages, alors que la « période médiévale » en reçoit 59 et la « Renaissance » 45. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *