Le réseau avant Internet

Nouvelle image (1)L’historien de langue latine Godefroi de Viterbe (1133 ?-1191) est entouré sur le premier feuillet de ce manuscrit italien du 2ème quart du XIVe siècle de ses disciples et, dans la marge gauche, d’autorités et autres auteurs/auctores. L’entrelacement organique des bordures comme la mise en page soulignent sur le plan iconographique, au-delà de la mise en valeur de l’auteur du texte qui va suivre — le Pantheon — l’importance du réseau dans l’univers culturel médiéval.

L’iconographie par cercles connectés et plus généralement la data visualization sont également souvent utilisées aujourd’hui par les sociologues et  autres chercheurs en sciences humaines pour travailler sur les réseaux, et tout naturellement sur les nouvelles structurations entraînées, dans tous les domaines, par le développement de l’utilisation d’Internet.

Dans le domaine de l’édition, de l’industrie culturelle du livre mais aussi de la création littéraire, c’est par exemple le cas de Valérie Beaudouin, chercheuse à Télécom ParisTech mais aussi membre de l’Oulipo, qui propose dans un article publié en 2012 dans la revue Réseaux la représentation suivante de la construction nouvelle en réseau de l’univers éditorial et auctorial présent en ligne :

beaudouin

Blog, auto-publication, livre numérique, fanfiction ou encore écriture participative : le réseau internet a non seulement modifié, sur le plan mercantile, les pratiques éditoriales comme les relations des auteurs avec leur(s) public(s), mais il apporte aussi des changements dans les pratiques d’écriture aujourd’hui. L’étude de la culture comme des humanités digitales à l’époque du numérique s’appuie ainsi sur la mobilité toute nouvelle de l’objet livre dans sa forme dématérialisée et, au-delà, sur la mobilité des textes transmis, voire celle de la notion même d’auteur.

Mais on connaît aussi la labialité fondamentale des textes médiévaux : cette dernière ne s’explique pas seulement par la variation matérielle entraînée par la reproduction manuscrite ; elle est avant tout constitutive de l’acte d’écriture à l’époque médiévale, pensé dans la continuité et en dialogue avec d’autres textes et leurs auteurs, mais aussi avec leurs lecteurs et interprètes, dans une poétique du thème et de la variation. La chaîne de transmission que dessine ici dans sa verticalité, sans chevauchement, la bordure gauche de l’illustration qui ouvre le Pantheon de Godefroi de Viterbe, prend ainsi tout son sens en regard du réseau horizontal d’échanges composés de cercles entrelacés.

Anne Rochebouet


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *