Retour sur : « Signatures et marqueurs personnels dans les écritures médiévales »

Le lundi 7 avril dernier s’est tenue à Saint-Quentin-en-Yvelines, dans le cadre du séminaire d’histoire médiévale hebdomadaire des Master 2 et doctorants, une séance thématique sur « Signatures et marqueurs personnels dans les écritures médiévales ».

Thématique fertile depuis quelques années, autour des travaux de Claude Jeay et des questionnements sur l’individu au Moyen Âge de Brigitte Bedos-Rezak et Dominique Iogna-Prat, cette séance a été l’occasion de plusieurs communications se répondant et se complétant, après une présentation générale d’Emmanuelle Portugal.

Appliquée à l’histoire médiévale, l’étude des modalités d’inscription des individus par et dans l’écrit peut s’inspirer des travaux de sémioticiens comme Béatrice Fraenkel, qui définit la signature comme transformation par la main d’un matériel graphique conventionnel en marqueur personnel1.  

Des signatures autographes ou reproduites à la préparation de la page, en passant par les divers ornements ou annotations marginales, ces marques sont autant de fenêtres ouvertes sur le monde des praticiens de l’écrit et des artisans, participant du paradigme indiciaire si cher à Carlo Ginzburg.

C’est d’ailleurs par un extrait d’un de ses articles que s’est ouverte la séance, donnant le signal de départ pour la traque des signatures et marqueurs présents dans les sources des étudiants :

« Pendant des millénaires, l’homme a été un chasseur. Au cours de ses innombrables chasses, il a appris à reconstituer les formes et les déplacements de proies invisibles à partir d’empreintes laissées dans la boue, de branches cassées, d’excréments, de touffes de poils, de plumes arrachées, d’odeurs confinées. Il a appris à sentir, à enregistrer, à interpréter et à classer des traces infinitésimales comme les filets de bave. Il a appris à effectuer des opérations mentales complexes avec une rapidité fulgurante, dans l’épaisseur d’un fourré ou dans une clairière remplie d’embûches.  ((Carlo Ginzburg, « Signes, traces, pistes. Racine d’un paradigme de l’indice », Le Débat, n° 6, Paris, 1980, p. 13. ))»

Point d’entrée a priori facile, la signature apposée au bas des actes se révèle un terrain semé d’embûches. Nécessaire à l’organisation du travail de la chancellerie, la signature des notaires-secrétaires royaux se fixe progressivement, s’installant définitivement sous le règne de Philippe VI sur le repli des actes. Marques autographes d’inscription de l’agent dans l’acte, ces signatures ont soulevé les premières questions : quel rôle le signataire a-t-il dans la rédaction de l’acte ? Comment retrouver les scribes cachés derrière les noms des notaires responsables2 ? Quelles stratégies graphiques mettaient en œuvre les notaires pour signer ? Comment résolvaient-ils le problème des homonymies dans leur signature ?

Nul doute que la thèse en cours d’Emmanuelle Portugal apportera des réponses à toutes ces questions3. 1Signature originale sur le repli d’un acte du notaire-secrétaire Martin de Mellou
(Archives nationales, J 154, n° 8)

D’autres signatures plus inconscientes émaillent les documents : choix du système d’abréviation, modalités de traçage de la réglure et de sa compréhension puis utilisation par les scribes, motifs des ornements des initiales, écriture elle-même dans la mesure où le ductus d’un scribe peut être repéré, voilà autant de manifestations directes ou indirectes, assumées ou insoupçonnées, des acteurs de l’écrit.

2Des signatures cachées dans les ornements : le motif des trois anneau
(Archives nationales, J 402, n° 8)

À cette première présentation se sont ajoutées les interventions plus brèves de certains des étudiants présents.

Louis Genton a dressé un tour d’horizon des modes d’inclusion des personnes dans les actes de Saint Germain des Prés4 : signatures de notaires de l’officialité de Paris, listes de témoins au bas des actes, rapport entre l’auteur de l’acte, le disposant, sa présence dans le discours diplomatique et le sceau…

Lucie Tryoen a présenté un type particulier de signatures : les monogrammes royaux, et le rapport qu’une institution – le chapitre de Notre-Dame de Paris – a pu entretenir avec ces signes de validation des actes. Le chapitre a fait le choix de reproduire ces caractères dans deux de ses cartulaires aux XIIe et XIIIe siècles, et les modalités qui président à leur inclusion dans ces manuscrits sont loin d’être faciles à comprendre. Initialement composé sur un archigramme en forme de croix autour de laquelle sont tracées les consonnes du nom royal, les voyelles étant figurées par le losange central (A, U et O pour Karolus), le monogramme évolue par la suite sur un archigramme en H pour le nom royal Ludovicus. Le passage dans les cartulaires entraîne parfois de nouvelles modifications – voire jusqu’à une réécriture du modèle de l’acte original – dont l’analyse formelle reste à mener5.

 3   4    5

De l’original aux reproductions : l’exemple du monogramme de Louis VI le Gros
(Archives nationales, K21 n° 1,
Livre Noir, LL 78, acte 11,
Petit Pastoral, acte 23)

Mathilde Geley s’est penchée sur la « charte de fondation » de l’abbaye des Vaux-de-Cernay, ce qui a permis d’aborder une nouvelle forme de signature : les croix autographes. Document composite daté habituellement de la fondation de l’abbaye en 1118, il comporte les croix autographes des donateurs, et pose des problèmes de datation particulièrement épineux. Là encore, la thèse de Mathilde Geley fournira, on l’espère, des réponses6.

Vianney Petit est revenu sur la définition du marqueur. Si l’on envisage la signature comme une démarche consciente et affirmée, les obituaires de la Sainte-Chapelle, sur lesquels il travaille dans le cadre de son mémoire7, n’en comportent aucune. Mais de nombreux marqueurs inconscients et instinctifs ponctuent le travail des différents scribes, qui permettent à l’historien de remarquer et de démarquer des stratifications dans les manuscrits.

Et puisque les signatures ne sont pas l’apanage des documents écrits, Estelle Saint-Omer a évoqué la question de la signature dans le domaine artistique médiéval. Si la signature sur les sculptures qu’elle étudie dans le cadre de son mémoire est absente, le statut de l’artiste au Moyen Âge étant peu enclin à ce genre de distinction, les marqueurs personnels instinctifs et inconscients sont cependant bien présents, apportant des informations sur les artistes-artisans aussi bien que sur les commanditaires des œuvres8. Damien Fauré est revenu brièvement sur le problème inhérent à l’identification de marqueurs personnels dans l’art médiéval : le rapport de l’artiste à l’atelier, que lui-même a pu appréhender dans les fresques de la Renaissance italienne.

Enfin, à titre d’ouverture aux autres périodes historiques, Federica Bartoloni a présenté un ensemble de peintures comportant diverses formes de signatures d’artistes à la Renaissance. Du caducée inclus dans la peinture à la signature de Van Eyck, la signature s’affirme alors comme référence autoréflexive, accompagnant la notoriété des individus en question.

67

Peintre et graveur italien de l’école vénitienne, Jacopo de’ Barbari était connu
comme le « maître au caducée », parce qu’il signait ses tableaux avec ce symbole
(ici sur une gravure, et sur un détail du tableau Perdrix grise, flèche et gants (1504)
Source : Wikimedia Commons)

Toute recherche sur les signatures et marqueurs personnels suppose un véritable questionnement sur la définition de la signature et du marqueur. L’usage du terme de marqueurs en français est à utiliser avec précaution, faute de tomber dans le travers de l’anglicisme par extension du terme mark. Plus que de marqueurs, peut-être faut-il parler de traces ou de signes – avec toutes les réserves que soulève ce dernier terme –, témoins parfois discrets, parfois autoritaires de l’affirmation identitaire des scribes dans les espaces interstitiels que leur laisse l’institution.

________________

Pour prolonger ces quelques éléments, on pourra se reporter judicieusement aux ouvrages suivants :

  • Brigitte Miriam Bedos-Rezak et Dominique Iogna-Prat (dir.), L’individu au Moyen Âge. Individuation et individualisation avant la modernité, Aubier, 2005.
  • Béatrice Fraenkel, La signature, Genèse d’un signe, Paris, Gallimard, 1992.
  • Carlo Ginzburg, Mythes, emblèmes, traces ; morphologie et histoire, Paris, Flammarion, 1989, notamment le chapitre « Traces. Racines d’un paradigme indiciaire », p. 139-180 ; nouvelle édition augmentée, revue par Martin Rueff, Verdier, 2010.
  • Carlo Ginzburg, « Signes, traces, pistes. Racine d’un paradigme de l’indice », Le Débat, n° 6, Paris, 1980, p. 3-44.
  • Claude Jeay, Du sceau à la signature : histoire des signes de validation en France (XIIIe– XVIe siècle), thèse de l’École nationale des chartes soutenue en 2000.
  • Claude Jeay, « Images du pouvoir, pouvoir de l’image. La transmission des chartes des premiers Valois (v. 1320 – 1380) », Le Moyen Age à livres ouverts, actes du colloque organisé par l’Agence Rhône-Alpes pour le livre et la documentation, (Lyon, 24-25 septembre 2002), Paris et Lyon, 2003, p. 57-67

Lucie Tryoen
Doctorante en histoire médiévale

  1. Béatrice Fraenkel, La signature, genèse d’un signe, Paris, 1992, p. 7 []
  2. Une journée de séminaire doctoral avait été organisée sur cette question par Emmanuelle Portugal et Lucile Martinet le 4 décembre 2012 : « Les acteurs de l’ombre ». On trouvera un résumé de l’approche scientifique adoptée ici []
  3. Thèse en cours sous la direction de Bruno Laurioux sous le titre : « Des chartes aux registres : la culture des notaires secrétaires royaux au milieu du XIVe siècle, étude sociale et documentaire » []
  4. Son mémoire de Master sera soutenu en juin 2014 sous le titre : « Pratiques de l’écrit et gestion du patrimoine à Saint-Germain-des-Prés. L’exemple des cartulaires AB et de l’abbé Guillaume (fin XIIIe-fin XIVe) » []
  5. Thèse en cours sous la direction de Pierre Chastang : « L’écrit au chapitre de Notre-Dame de Paris au XIIIe siècle : chartes, cartulaires, registres » []
  6. Thèse en cours sous la direction de Pierre Chastang : « L’écrit à l’abbaye des Vaux-de-Cernay (XIIe-XVe siècle). Formes, usages, circulation » []
  7. à soutenir en juin 2014 sous le titre : « La documentation nécrologique à la Sainte-Chapelle de Paris (XIVe-XVe siècles) ». []
  8. à soutenir en juin 2014 sous le titre : « L’identification et la provenance de l’albâtre gypseux employé dans la sculpture française des XIVe et XVe siècles ». []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *