Compte rendu de la demi-journée « Humanités & numérique »

Mardi 20 mai 2014 à l’auditorium de la Bibliothèque Universitaire (BU) de Saint-Quentin-en-Yvelines a eu lieu la première demi-journée d’études « humanités & numérique » organisée conjointement par le CHCSC et ESR.

Comme l’a annoncé Alessia Zambon (ESR) dans son introduction, elle s’inscrit dans un cycle de rencontres autour des humanités numériques. Ce terme en vogue est communément utilisé pour décrire le recours croissant aux nouvelles technologies au service des sciences humaines et suscite sûrement autant de critiques que de projets. Citons comme exemples la création du réseau Numer-Univ ou la mise en place de la TGIR (Très grande infrastructure) Huma-Num. Pour Alessia Zambon, si la conscience des enjeux du numérique dans les sciences sociales semble acquise, la connaissance des outils et des potentialités l’est moins alors que les appels à projet accordent désormais une place capitale au numérique. Ce cycle se propose donc d’aider à faire prendre conscience des besoins de la recherche en termes de numérique et de suggérer d’éventuelles solutions pouvant y répondre.

La séance du 20 mai 2014 visait à dresser un état des lieux des initiatives locales dans la perspective d’une véritable « mise en réseau » et était animée par la directrice d’ESR, Laura Kendrick.

Des appels à projet de plus en plus friands de numérique

La première intervention portait sur « Les Digital Humanites dans les appels à projet ». Hélène Veillard (ESR-CHCSC, UVSQ), après être revenue sur les nombreuses tentatives de définition des « digital humanities » (DH), s’est intéressée à son impact sur les appels à projet. Bien que flou, le terme a déjà donné naissance à de nombreuses réalisations concrètes (centres de recherche, postes labellisés ou infrastructures) et continue d’en susciter notamment via le financement de la recherche sur projet. L’ANR comme le programme de l’Union Européenne pour la recherche « Horizon2020 » intègrent pleinement les DH via un ensemble de mots-clés qui sous-tendent ces programmes : « innovation », « science/société » et « trandisciplinarité ». Un ensemble de services et de lieux autour des DH ont été mis à disposition des chercheurs (Dariah, Clarin, Huma-Num) ces vingt dernières années.

Les DH deviennent progressivement parties intégrantes des stratégies nationales et internationales : les porteurs de projets sont désormais vivement encouragés à inclure un volet idoine dans leurs dossiers. En exemple, la thématique du patrimoine très présente dans les appels à projets actuels, mentionne ainsi explicitement les DH comme des éléments décisifs pour renouveler les études sur le patrimoine. Dans son appel à chercheur pour 2015, la BnF fait figurer la culture numérique en bonne place et l’on observe une bascule : il ne s’agit plus tant de numériser des corpus – ou pas seulement – que de les analyser. À l’échelle de l’Université Paris Saclay, numérique et apprentissage, via le développement de MOOCs, vont de pair. La valorisation des DH diffère toutefois en fonction des objectifs des institutions. Trois grands usages/applications semblent toutefois se dégager – même si Hélène Veillard souligne que cet inventaire ne prétend pas à l’exhaustivité : la constitution et l’analyse de corpus de données ; l’invention de nouvelles méthodes demandant des compétences informatiques ; rendre la recherche et ses découvertes plus accessibles et attirantes pour tous.

Hélène Veillard a également offert quelques recommandations et conseils relatifs au DH dans le cadre de la constitution de dossiers pour les appels à projet. Tout d’abord, la prise en compte du numérique doit intervenir très en amont afin d’obtenir une pleine et entière intégration de celui-ci au service réel du projet. Cette intégration nécessite souvent une pluridisciplinarité avec des acteurs du monde de la recherche et hors de ce dernier, notamment des informaticiens. Cette pluridisciplinarité risque d’être chronophage car elle implique de trouver des objectifs communs et un effort de traduction de certains concepts, de même qu’une ethnographie des possibilités, infrastructures et personnes-clés pour la réalisation du projet. La réussite de ces projets nécessite souvent du temps ainsi qu’une bonne coordination qu’il est conseillé de prendre en compte… La sincérité de l’intérêt pour les DH et la réflexivité à leur égard seront très vraisemblablement valorisés, tout comme le soin accordé à la diffusion numérique des résultats du projet, notamment via le libre accès. En effet, l’ouverture des données fait l’objet de fortes recommandations dans les textes d’orientation de la recherche au niveau national et européen.

La gestion des données de la recherche : une affaire de bibliothécaires ?

Renaud Délémontez (DBIST, UVSQ) a évoqué pour sa part la/les « Coopération(s) chercheurs-bibliothécaires pour les données de la recherche : l’exemple d’une usine à bases de données ». Par données de la recherche, il faut entendre des enregistrements factuels utilisés comme sources principales pour valider les résultats de la recherche. Ces données, bien souvent multimédias, prennent du sens grâce à l’analyse des chercheurs. Conséquence de l’évolution technologique, elles sont de plus en plus numériques.

Leur conservation et diffusion, qui peuvent se comprendre pour des questions d’éthique et de transparence, rentrent plus largement dans le mouvement de l’open data qui pose comme principe l’accessibilité et la réutilisation des données publiques. Ici, il s’agit aussi de constituer une mémoire de la recherche contemporaine, ainsi que de développer de nouvelles formes de recherche en croisant des jeux de données.

Comment alors les conserver ? À l’heure actuelle, il semblerait y avoir plus de questions que de réponses : quelle reconnaissance institutionnelle pour ceux qui prendront le temps de le faire ? Quel encadrement juridiquement et quelles possibilités de confidentialité ? Les aspects techniques occupent bien sûr une place majeure dans ce questionnement : avec quels logiciels, pour combien de temps, sous quel format, quel codage ? Comment enfin lier publications et données de la recherche ?

Au Royaume-Uni, outre une incitation des financeurs et décideurs à traiter, conserver et mettre à disposition ces données, il existe des plans de gestion des données (sous la forme d’une simple check-list) à consulter en amont du lancement de chaque projet. Cette problématique réunit alors trois acteurs : le chercheur, l’informaticien et le bibliothécaire (devenu entretemps « data librarian »), qui intervient pour la structuration des données et leur description (métadonnées). À la DBIST de l’UVSQ, le logiciel QES de la société QWAM doit permettre assez simplement de pallier les manques des bases de données produites par des outils comme Access ou Excel. La base de données peut être ouverte ou accessible sur mot de passe. La BU prend en charge le serveur, la maintenance et la mise en place ; saisie des données et droits d’accès sont ensuite gérés au niveau du laboratoire. Des projets sont d’ailleurs en cours avec le CHCSC (base en histoire environnementale). Si le logiciel semble bien adapté pour de la description d’objets, pour tout ce qui risque d’impliquer des calculs et des simulations, d’autres acteurs devront vraisemblablement intervenir.

Le projet Lucanie antique

Alessia Zambon (ESR) et Vincenzo Capozzoli (Université Paris-1) ont ensuite présenté « le projet Lucanie antique : archéologie et patrimoine ». Depuis plusieurs années, des missions de terrain d’archéologues de l’Université Paris-1 ont lieu en Lucanie (Italie du Sud). Dans le cadre de ce projet, la Ville de Paris a financé le recrutement d’un post-doctorant et d’une doctorante afin de constituer un répertoire topographique des sites archéologiques couplés à un inventaire des antiquités lucaniennes conservées à Paris. En effet, de nombreux objets rapportés en France par les voyageurs du XIXe siècle dans le cadre du Grand Tour sont actuellement conservés dans des musées parisiens.

Le but de cette base de données relationnelle est de fournir la matière à une réflexion sur l’ethnogenèse du peuple lucanien en analysant, d’une part, les sites archéologiques lucaniens et leurs caractéristiques spécifiques et, d’autre part, la culture matérielle de la Lucanie, avec une attention particulière aux objets lucaniens conservés à Paris. En rassemblant aussi les données relatives au parcours des objets, on pourra également s’intéresser à l’histoire du collectionnisme.

Le souhait de disposer d’un outil à la fois facile d’utilisation et collaboratif a conduit le groupe à privilégier le logiciel FileMaker, qui ne nécessitait pas d’avoir recours aux compétences d’un informaticien. Chaque membre du projet s’est auto-formé avec le tutoriel et a programmé une partie de la base de données, Vincenzo Capozzoli se chargeant de l’assemblage final. Huma-Num fournit l’hébergement.

Concernant la structuration de la base, la première étape consistait à créer un modèle conceptuel des données et des liens entre elles. Ce modèle s’organise autour de trois entités principales : les sites, les objets et les personnages liés à l’exploration ou aux collections. Le tout est documenté par des références issues de documents d’archives. Ces entités sont liées entre elles par des relations de dépendance. Des images peuvent être intégrées et la localisation est possible via Google Maps à partir des coordonnées géographiques renseignées. À terme, la base de données permettra de cartographier les différents sites archéologiques lucaniens, ainsi que les provenances et les itinéraires des antiquités lucaniennes conservées dans les musées parisiens.

Les bases de données du Château

En fin d’après-midi, Raphaël Masson, conservateur en chef du patrimoine et directeur-adjoint du Centre de recherche du château de Versailles (CRCV), a présenté les bases de données mises en place au CRCV. Cette structure qui a le statut de GIP (Groupement d’intérêt public) est alimentée par les contributions de ses membres fondateurs, Ville de Versailles et Conseil Général des Yvelines en tête. Elle a pour but premier de travailler sur la vie de cour mais l’une de ses premières bases de données, pionnière dans le genre, permettait une circulation cartographique dans le parc du château à la découverte de sculptures et ornements. Bien qu’un peu datée aujourd’hui, technologiquement parlant, elle a préfiguré l’appétence du CRCV pour l’organisation de leurs données au sein de bases, le CRVC ayant été d’ailleurs conçu dès son origine comme le bras informatisé de la conservation.

Parmi les nombreuses réalisations du CRCV, Raphaël Masson est revenu sur la mise en place d’une banque d’images ou des bases de données, fonctionnant sur Excel, regroupant les fruits de dépouillements systématiques de grandes revues. La réutilisation des données, la volonté de ne pas perdre un travail individuel ponctuel, explique ainsi la mise au point d’une base biographique portant sur les personnalités de la cour. Dans la plupart des cas, elles n’auraient pas pu voir le jour sans la vague numérique qui a conduit à la mise en ligne de très importants corpus de documents. Cet ensemble de base de données constitue aujourd’hui un beau répertoire d’outils pratiques permettant aux chercheurs de gagner du temps.

Numérique et longue durée

Dans une conclusion qui se voulait commencement, Jean-Claude Yon (CHCSC) a mis en lumière les principaux points qui semblaient se dégager de ces premiers échanges autour des humanités et du numériques. Tout d’abord, en cette période de comité de sélection, le numérique n’est plus absent des critères d’évaluation des candidats ; sa critique tient parfois plus à une forme d’ignorance qu’à un rejet argumenté. Les trois concepts rappelés par Hélène Veillard (« innovation », « science/société » et « trandisciplinarité ») constituent autant de portes d’entrée afin de réfléchir au numérique. Jean-Claude Yon note également une évolution des discours officiels qui passent du numérique comme outil au numérique comme moteur de l’évolution des savoirs : dans cette perspective, il conviendra d’être pragmatique et d’expérimenter. La recherche en sciences humaines étant relativement lente, il faudra s’efforcer de préserver cette qualité et de prévoir des outils en conséquences, c’est-à-dire susceptibles de durer…

Trois autres journées sont programmées et s’efforceront de proposer un panorama complet des humanités numériques. La prochaine séance, qui aura lieu en octobre 2014, sera consacrée à l’édition électronique.

Benjamin Caraco (DBIST, UVSQ)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *