Les semaines d’études médiévales de Poitiers, édition 2014 : gros plan sur le patrimoine poitevin

Du 16 au 27 juin dernier s’est tenue à Poitiers la 59e édition des semaines d’études médiévales organisée par le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM) de l’université de Poitiers. L’occasion pour une quarantaine d’étudiants de niveau Master et Doctorat venus du monde entier d’écouter les conférences proposées par une quinzaine de chercheurs et de découvrir la ville de Poitiers et quelques-uns des monuments de la région. De l’histoire à l’histoire de l’art, en passant par la littérature et l’archéologie, le programme fait le pari réussi de l’interdisciplinarité. On se concentrera dans ce court compte-rendu sur les différentes approches du patrimoine poitevin qui ont été mises en avant au cours de ces deux semaines de conférences et de visites. Pour le programme complet, c’est ici : http://cescm.labo.univ-poitiers.fr/spip.php?article504&lang=fr

Le patrimoine monumental au cœur du CESCM

Le patrimoine abordé aux semaines est d’abord monumental. L’architecture est au cœur du programme, avec de nombreuses visites dans la ville et la région. Dans Poitiers, la déambulation a concrétisé une réflexion sur l’ensemble cathédral et son unicité aux différentes époques, alors même que le tissu urbain actuel a emmêlé les circulations médiévales entre la cathédrale[1], l’église Notre-Dame la Grande et le baptistère Saint-Jean.

La communication de Gerardo Boto Varela a étendu à l’Espagne les problématiques qui se posaient localement, en analysant les scénarios architecturaux de quatre sièges épiscopaux : Tarragone, Roda de Isabena, Saragosse et La Seu d’Urgell. S’appuyant sur les méthodes archéologiques les plus récentes, il s’est employé à décortiquer les modifications architecturales et structurales qui ont accompagné la restructuration chrétienne des territoires repris aux musulmans,  l’implantation de cultes exaltant les saints évêques ou encore les réformes canoniales successives : construction et reconstruction des édifices, renouvellement des logiques de circulation, insertion de la cathédrale dans son contexte urbanistique via l’organisation de parcours liturgiques [2]

Deux excursions à la journée, la première à Chinon et Fontevraud le dimanche 22 juin[3], et la seconde à Saint-Savin le mercredi 25 juin, ont élargi les problématiques à d’autres types de bâti :

  • l’église collégiale de Saint-Mexme de Chinon, actuellement amputée de près d’un tiers de sa surface médiévale, récemment rendue à sa vocation après des décennies d’utilisation du bâtiment comme école[4] ;
  • le château de Chinon et ses fortifications, au cœur des conflits entre roi de France et roi d’Angleterre ;
  • l’abbaye de Saint-Savin-sur-Gartempe, classée monument historique dès 1840 et inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1983, qui, grâce aux campagnes de restauration qui se succèdent depuis 2006, laisse voir ses peintures murales, dont les techniques d’analyse d’images les plus poussées permettent de restituer les étapes de réalisation et les modifications postérieures.

Le verbe et l’image : patrimoines écrit et visuel

La destruction des archives cathédrales par les Gascons en 1552 au cours des guerres de  religion n’a pas laissé beaucoup de place aux sources écrites dans la connaissance de la période médiévale à Poitiers. Le patrimoine écrit a tout de même fait parler de lui aux Semaines médiévales, notamment grâce à la présentation des deux manuscrits les plus précieux des collections patrimoniales de la médiathèque de Poitiers : l’Evangéliaire de l’Abbaye de Sainte-Croix de Poitiers du IXe siècle[5] et la Vie de Sainte Radegonde par Venance Fortunat du XIe siècle[6].

Enfin, un café-débat a permis de mettre en valeur dans une ambiance plus détendue un autre type de patrimoine, peu connu, parfois mutilé, voire détruit. Lancé fin 2013, le programme de recherche ARMMA (pour un ARMorial Monumental du Moyen Âge), piloté par Laurent Hablot et Matteo Ferrari, entend en effet revaloriser le patrimoine héraldique, constitué des figurations d’armoiries présentes dans les bâtiments. À l’échelle de la France entière, le but est de recenser et d’étudier la totalité de ces images polymorphes réhabilitées par Michel Pastoureau, qu’elles soient isolées ou insérées dans des complexes visuels plus vastes et ambitieux, toujours en place ou seulement documentées par d’anciennes photographies[7].

Réunissant les deux approches, la base de données Romane recense l’ensemble des clichés du fonds iconographique d’art roman du CESCM, riche de plus de 160 000 documents en cours d’indexation et de numérisation[8]. À portée de clic, le patrimoine n’a jamais été aussi accessible…

 

Lucie Tryoen

Doctorante en histoire médiévale


[1]Sur la cathédrale de Poitiers, voir la récente publication collective, dirigée par Claude Andrault-Schmitt : La Cathédrale Saint-Pierre de Poitiers, enquêtes croisées, Geste, 2013.

[2]Voir ses contributions dans les livres collectifs qu’il dirige, à paraître : Cathedrals in Mediterranean Europe (XIth-XIIth centuries) – Ritual Stages and Sceneries, Brepols (sous presse) ; Escenificar catedrales en la Edad Media : orden espacial, autoridad episcopal y discursos teologicos, B.A.R. (sous presse).

[3]On peut lire un compte-rendu de cette visite sur le carnet du CESCM : http://cescm.hypotheses.org/2519

[4]Sur cet édifice, voir la dernière mise au point : Elisabeth Lorans (dir.), Saint-Mexme de Chinon. Ve-XXe siècle, Paris, éditions du CTHS, 2006.

[5]On peut en voir quelques images sur le site de la médiathèque :  http://patrimoine.bm-poitiers.fr/EXPLOITATION/PATRIMOINENUM/evangeliaire.aspx

[7]Pour plus d’informations sur ce programme : http://cescm.hypotheses.org/1999 ; http://heraldica.hypotheses.org/1106


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *