La place des SHS dans Horizon 2020, interview d’Étienne Anheim

Intervenant du séminaire de Caen, Étienne Anheim porte sur la place des SHS dans Horizon 2020 un regard qui distingue trois dimensions, politique, stratégique mais surtout épistémologique. Retour sur sa contribution.

L’épistémologie est l’un des 3 piliers qui soutiennent votre discours. Dans quelle mesure la clarification de l’épistémologie des SHS est-elle importante ?

La question épistémologique est l’une des plus importantes car, en fonction de la réponse choisie, les stratégies, à la fois de recherche et de réponse aux appels à projets, seront différentes.

Beaucoup de gens considèrent que chaque discipline a un ensemble de règles épistémologiques propres. D’autres considèrent que, au-delà de ces épistémologies très locales, il existe des épistémologies régionales : par exemple, une épistémologie propre aux sciences de l’Homme et une autre propre aux sciences de la nature. Une dernière manière de voir les choses est de considérer qu’il y a une épistémologie générale possible, qui serait le point commun entre tout ce que les savants appellent « Science ».

Selon que l’on considère ou non qu’il existe des passerelles entre les sciences de la nature et les sciences de l’homme, la réponse à un appel à projets, qui ne sectorise pas ses thématiques par discipline mais par « grands défis », ne sera pas la même.

L’enjeu d’H2020 se situe là. Que fait-on à partir du moment où l’on reconnaît qu’il n’y a pas de thématique spécifique ? On peut faire contre mauvaise fortune bon cœur et essayer de faire rentrer la thématique des SHS dans certains défis, ce qui est une première manière pragmatique de répondre à la question ; mais il y a également une manière plus théorique de répondre, qui est celle que je défends. Il s’agit de faire la preuve de la scientificité des SHS dans un contexte de dialogue direct avec les sciences expérimentales.

Vous dites que l’épistémologie des SHS n’est pas si différente de celle des autres sciences

En réalité, il y a moins de différence de substance qu’on le dit habituellement entre les sciences de la nature et les SHS.

Depuis la fin du 19e, les schémas dominants sont ceux qui opposent les sciences de l’ « esprit » aux sciences « de la nature ». Ce schéma dualiste repose sur l’idée qu’il y a d’un côté des éléments naturels inertes qui n’ont pas d’effet retour sur l’expérimentation, et de l’autre, des phénomènes humains qui relèvent d’une forme de compréhension, au sens psychologique du terme. Les sciences de la nature seraient donc les sciences de l’explication, au sens de la loi (e.g. les lois de Newton), quand les sciences de l’homme seraient les sciences de la compréhension.

Cette position classique n‘a pas toujours été partagée par tout le monde. La sociologie en France, sous le modèle de Durkheim, a tenté de se représenter comme une science au sens fort du terme en mettant en évidence des lois. De cette tradition déterministe est née toute une partie de la sociologie du 20e siècle qui a utilisé des méthodes quantitatives et statistiques pour mettre en évidence les régularités du comportement humain et montrer que sa prévisibilité n’est pas nulle et que l’on peut y voir, sinon des lois, des tendances.

Au cours du 20e siècle, le caractère relatif des sciences naturelles a également émergé, permettant de représenter le rapport entre sciences exactes et sciences de l’homme comme une sorte de continuum dont certains aspects sont partagés d’un bout à l’autre de la chaîne. Ce nouveau rapport à la science a permis d’attribuer une place à toute une série de disciplines intermédiaires qui seraient sinon difficiles à classer.

Le critère de la prédictivité, qui a été un des grands critères pour distinguer la science de la non-science, est lui-même devenu un critère relatif, de même que le critère de la reproductibilité. Nous faisons face à une variété de cas très complexes où les formes de circulation entre ce que l’on appelle science et ce que l’on n’appelle pas science sont plus compliquées que ce que l’on croit. Nous devons donc réfléchir à l’arrière-plan théorique que nous mobilisons.

L’accent est souvent mis sur la diversité, l’hétérogénéité des SHS qui serait leur atout, leur richesse. Dans votre texte, vous plaidez davantage pour une mise en lumière des points de convergence.

Il s’agit d’un choix théorique au départ. De fait, dans beaucoup de documents programmatiques, on trouve l’idée que ce qui caractériserait les SHS, c’est leur diversité. Selon moi, ce discours masque une relative timidité à formuler ce que pourraient être les points communs scientifiques des SHS. Je ne pense pas que les SHS soient plus diverses que les sciences expérimentales. En revanche, je pense qu’il y a des traditions disciplinaires assez fortes qui donnent l’impression aux individus qu’ils ont des pratiques fortement différenciées, ce qui n’est pas toujours vrai d’un point de vue épistémologique.

De mon point de vue, c’est un effet d’optique lié au fonctionnement de l’institution. Si vous créez des institutions, des libellés, des postes et des sociétés, vous créez des identités. Mais, derrière ces identités institutionnelles, il n’existe qu’un nombre limité de postures scientifiques et je pense qu’il est tout à fait possible d’envisager un noyau commun de  procédures et d’ambition scientifique que se partageraient toutes les sciences de l’homme.

Pensez-vous, comme Immanuel Wallerstein, qu’il faudrait revenir à une épistémologie commune et considérer les SHS comme une seule discipline ?

Oui, c’est aussi mon point de vue. Je pense qu’il est intéressant d’avoir le projet intellectuel le plus intégratif possible. Il faut commencer par le mot « Science », qui serait le nom du projet de connaissances que l’homme cherche à établir sur le monde et sur lui-même. Nous pouvons ensuite le spécifier : homme ou nature, en sachant, avec Philippe Descola, que cette division est elle-même une construction historique des sociétés humaines, puis, à l’intérieur de cette science de l’Homme, considérer les différentes disciplines et sous-disciplines. Cependant, quel que soit l’endroit où l’on se situe dans cette chaîne de fragmentation, il me semble important de ne pas perdre de vue que l’on se rattache tous à une seule et même ambition scientifique.

Les chercheurs en sciences humaines et sociales doivent assumer cette ambition scientifique et cesser de s’imposer à eux-mêmes un modèle de la science obsolète, pour dire qu’ils ne peuvent pas y souscrire. Le modèle newtonien, qui réduit la science à des lois écrites en langage physico-mathématique, est périmé depuis longtemps. La « Science », c’est d’abord un discours ordonné et critique sur la connaissance que l’on peut avoir d’un phénomène.

Vous insistez sur la nécessité d’effectuer un travail d’explication afin de démontrer l’utilité, la scientificité et la pertinence des SHS.

Très souvent, les SHS ont des difficultés à répondre à la question de leur justification sociale. Or il existe au moins 2 réponses qui vont dans des directions certes différentes mais complémentaires.

Tout d’abord, il faut redéfinir l’utilité. L’utilité ne se traduit pas seulement par la mise en place de dispositifs techniques. Il existe différentes formes d’utilité et celle des SHS se manifeste au niveau de la constitution même des sociétés humaines. Nos disciplines servent à prolonger un effort pluriséculaire des sociétés pour se penser elles-mêmes et transmettre des savoirs et des objets de culture. La transmission de grands textes littéraires, des connaissances sur les sociétés humaines, des règles de fonctionnement économique et social, n’est pas moins utile que d’avoir la possibilité de passer l’aspirateur en dépensant moins d’énergie.

Ensuite, quand bien même on admettrait de rentrer dans la dimension instrumentale de l’utilité, les SHS sont largement à même de prouver leur efficacité, même quand ses conséquences sont discutables. Le marketing ou les sondages politiques, qui sont des faits massifs de structuration de l’opinion démocratique, libérale et capitaliste de nos sociétés, sont directement liés au développement de la sociologie. La politique au sens occidental du terme n’existerait pas sans la philosophie et la rhétorique, ni l’économie financière sans l’économie en tant que science sociale.

Nous devons prendre la mesure de l’effet de nos disciplines. Les chercheurs en SHS doivent être conscients que, comme les biologistes et les physiciens, leurs travaux scientifiques ont une efficience. Il faut qu’ils le disent et le montrent. Cela doit également les inciter à la prudence. La mise en circulation de textes, la production de savoirs, la défense de telle ou telle tradition ont des effets sur la vie sociale. Prenons pour exemple les programmes scolaires. Depuis 15 ans, les deux éléments avancés dans les programmes d’histoire sont l’histoire des arts et l’histoire des religions. Ce n’est pas anodin, ni pour ce que cela dit de notre société, ni pour ce que cela peut avoir comme effet sur la structuration des générations actuellement formées dans ce rapport à l’histoire.

Il y a, dans l’opinion commune, cette espèce de foi, construite depuis ce qu’on appelle la révolution scientifique du 17ème, selon laquelle certaines disciplines transforment le monde et d’autres non. Beaucoup sont prêts à reconnaître que la physique a des applications pratiques, peu de gens, en revanche, sont prêts à le reconnaître pour la sociologie ou l’anthropologie.

Les chercheurs en SHS ont une capacité à transformer le regard des sociétés par le savoir qu’ils produisent. Les sciences de l’environnement, par exemple, sont nourries par une réflexion sur le statut même de la nature et le rapport entre l’homme et la nature, menée par les anthropologues, les historiens… L’histoire du climat a commencé avec Le Roy Ladurie, 30 ans avant que se pose la question du réchauffement climatique.

Un dernier mot sur H2020 ?

Dans un cadre comme celui des défis européens, je pense qu’il est important de travailler sur nous-mêmes afin de prendre conscience que nous avons une action et une responsabilité sociale. H2020 peut être l’occasion de présenter notre rapport épistémologique aux savoirs et de prouver notre utilité sociale.

Il y a à la fois un travail de pédagogie à faire et une prise de conscience à opérer.

Source : Lettre d’information de l’Alliance Athena

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 13/10/2015

    […] Sciences humaines et sociales » organisé par l’alliance Athéna : ce dernier y voit un enjeu épistémologique, politique et  stratégique pour les sciences humaines et […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *