Tout est bien qui finit bien.

Tandis que le mystère Cervantès est peut-être sur le point d’être résolu après la découverte à Madrid de fragments osseux dans le couvent des Trinitaires, l’Angleterre s’apprête de son côté à inhumer le roi Richard III, dont les ossements ont été retrouvés lors de la construction d’un parking municipal à Leicester en 2012.

Pour la première fois depuis sa mort, lors d’une cérémonie privée qui s’est tenue à l’université de Leicester le 16 mars dernier, les restes de Richard III ont été scellés dans un coffre de plomb, puis placés dans un cercueil de chêne, réalisé par l’ébéniste canadien Michael Ibsen, descendant de la sœur ainée de Richard et dont l’ADN a permis d’identifier le souverain qui a régné sur l’Angleterre de 1483 à 1485. Selon l’archéologue Richard Buckley, le squelette du roi a été disposé de façon à reproduire la position dans laquelle il a été découvert. Des étoffes évoquant l’époque médiévale, parmi elles une toison de laine, de la ouate, de la toile écrue ont été déposées près du squelette.

La cérémonie, dont la date a été fixée au 26 mars 2015, sera retransmise sur Channel 4, et constituera l’acmé d’une semaine consacrée au roi. En effet, le cortège funéraire du dernier Plantagenêt quittera l’université le 22 mars pour suivre un parcours symbolique qui débutera à Fenn Lane Farm, lieu le plus proche, pense-t-on, de l’endroit où le roi est mort en 1485 durant la bataille de Bosworth, puis traversera plusieurs lieux emblématiques de la campagne du Leicestershire tels que, notamment, le « Bosworth Battlefield Heritage Centre » et le village de Desford où des roses blanches, symbole des York, seront placées le long de la procession. Le cercueil regagnera la cathédrale de Leicester pour une veillée funéraire de trois jours, durant laquelle le public pourra venir lui rendre hommage. Lors de la cérémonie des funérailles, Justin Welby, archevêque de Canterbury, dispersera dans le tombeau de la terre provenant respectivement de Fotheringhay Castle dans le Northamptonshire, lieu de naissance du roi, de Middleham dans le Yorkshire, où il fit la rencontre de sa future épouse, et enfin de Bosworth.

Cet événement exceptionnel, porté par la ville de Leicester, a été rendu possible par les travaux de l’historien John Ashdown-Hill et les recherches des équipes scientifiques de l’université de Leicester, qui ont permis de localiser l’emplacement du monastère franciscain (Greyfriars), détruit sous le règne d’Henry VIII, et ainsi de retrouver le squelette du roi, enterré en hâte après la bataille de Bosworth, remportée par son rival, le futur Henry VII, fondateur de la dynastie Tudor. Au film expérimental « Looking for Richard », réalisé par Al Pacino en 1997, dans lequel il demandait aux passants, aux acteurs ce qu’évoquait pour eux le nom de Richard III, succédait de facto l’entreprise du « Searching for Richard » : le « désossage » métaphorique du roi dans le film se muait dès lors en quête bien réelle d’ossements.

Lorsque les résultats des analyses d’ADN confirmèrent que le squelette présentant une scoliose et des blessures de guerre était bien celui de Richard III, la volonté de réhabiliter le roi, à l’origine de la création de la « Richard III Society » en 1924, pouvait désormais se concrétiser en lui offrant une véritable sépulture.

Il aura fallu cependant surmonter un certain nombre d’obstacles pour que cet événement puisse avoir lieu. Les cérémonies orchestrées plus de cinq cents ans après sa mort permettront-elles d’apaiser les tensions qui ont résulté de points de vue divergents, qu’il s’agisse de la demande de l’Alliance Plantagenêt de réenterrer le roi à York et non à Leicester, demande rejetée par la Haute Cour de Londres en mai 2014, ou de la pétition réclamant que le cercueil soit conduit dans une chapelle catholique avant la cérémonie anglicane, ou encore du refus de certains de dépenser l’argent public pour un usurpateur meurtrier ?

Permettront-elles en effet d’effacer de la mémoire collective l’image d’un tyran sanguinaire, machiavélique, au corps déformé, héritée du personnage créé par William Shakespeare, qui s’était lui-même inspiré de sources contaminées, et plus spécifiquement de l’Histoire du roi Richard III (1513) de Thomas More, l’auteur de l’Utopie. En faisant son entrée dans la troisième partie d’Henry VI, le duc de Gloucester, futur Richard III est d’emblée perçu au prisme de la duplicité, tel Protée capable de changer de formes à son gré, et d’ajouter des couleurs au caméléon. Dans la scène d’ouverture de la pièce éponyme, rédigée autour de 1593, immortalisée par Laurence Olivier, le dramaturge offre un autoportrait du roi en orateur brillant, usant sans scrupule de la rhétorique de la difformité pour arriver à ses fins : la propagande Tudor est à l’œuvre pour noircir le soleil d’York. L’histoire incroyable du « roi du parking », parviendra-t-elle à promouvoir la déconstruction de la réputation monstrueuse de ce roi sans cheval qui, dans l’ultime temps de la tragédie, voit défiler en rêve la cohorte des fantômes, victimes de sa cruauté ? Le temps est-il venu pour une nouvelle lecture de l’autre corps du roi ?

Anne Geoffroy
Professeur agrégé, Laboratoire DYPAC

Source image :
King Richard III © Wikimedia Commons.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *