Tout commence à Runnymede…

Si l’année 2015 est particulièrement riche en commémorations historiques en Grande-Bretagne — cinquantenaire de la mort de Churchill, bicentenaire de Waterloo auquel vient s’ajouter la célébration des 600 ans d’Agincourt — les huit cents ans de la Grande Charte (Magna Carta) sont incontestablement l’événement le plus marquant outre-Manche. De nombreuses manifestations — colloques, expositions, concerts — sont organisées dans tout le pays pour fêter le document le plus célèbre de l’histoire de l’Angleterre, dont l’élaboration a conduit à la création d’un parlement.

portrait-john-hunting-cotton-claudius-d-ii-f116Dans un contexte de guerre civile entre le roi Jean sans Terre et ses barons, le texte affirme pour la première fois que personne, y compris le roi, n’est au-dessus de la loi. Au-delà des clauses renvoyant à des points précis d’histoire locale, le document présente des principes constitutionnels généraux : le gouvernement par la loi (rule of law), ainsi que la garantie des libertés pour les hommes libres. L’arbitraire royal est désormais contesté et Jean, qui a succédé à son frère Richard Cœur de Lion en 1199, est contraint d’apposer le sceau royal sur le document appelé alors la Charte de Runnymede le 15 juin 1215, dans la prairie marécageuse située sur les bords de la Tamise, à mi-chemin entre Windsor et Londres, bastion des barons rebelles.

Tandis que l’empire Plantagenêt s’effondre dès 1204 avec la perte successive de la Normandie, l’Anjou, la Touraine et le Poitou, les tentatives du roi pour récupérer ses terres sur le continent échouent en 1214 lors de la bataille de Bouvines : la Normandie revient définitivement au domaine royal français du capétien Philippe Auguste. Cette défaite scelle le début de la révolte des barons, accablés de taxes et résolus à lutter contre les exactions financières de ce roi tyran, à qui l’on attribue également le meurtre de son neveu Arthur en 1202. Vu sous un angle strictement politique, la Grande Charte s’avère un échec puisque le roi non seulement refuse de mettre en œuvre les clauses du traité, mais reçoit également le soutien du pape Innocent III qui annule le document peu de temps après (bulle du 24 août 1215). La guerre entre Jean sans Terre, les barons et Louis de France perdure jusqu’à la mort du roi en 1216. En revanche, la portée juridique et symbolique du texte est indéniable, puisqu’il est repris sous la régence de Guillaume le Maréchal en 1217 et par le fils de Jean, Henry III, en 1225, puis par Edward I en 1297.

Grâce au projet de recherche mené depuis trois ans (The Magna Carta Project), David Carpenter (King’s College, Londres), Nicholas Vincent (University of East Anglia) et leur équipe ont pu montrer le rôle crucial de l’Église dans la préservation et la transmission du document. Sur la dizaine d’exemplaires existants, seuls quatre datant de 1215 nous sont parvenus. Des deux manuscrits appartenant à la collection de la British Library, un aurait été la propriété de la Cathédrale de Canterbury, les deux autres sont ceux respectivement de la Cathédrale de Salisbury et de Lincoln, qui possède le document le mieux conservé. L’étude paléographique des documents de Salisbury et de Lincoln révèle que le travail de copie a été réalisé par des clercs. Ces découvertes laissent penser qu’au XIIIe siècle, le texte a été essentiellement perçu comme un document ecclésiastique.

Pour la première fois de leur histoire, les quatre documents ont été exposés ensemble, à la British Library puis dans les chambres du Parlement. De façon symbolique, 1215 visiteurs tirés au sort ont pu avoir accès à ce document mythique de 3550 mots écrits en latin sur un parchemin, à l’instigation d’Étienne Langton, archevêque de Canterbury. Sur la soixantaine de clauses du document original, seules quatre ont été retenues, la 39e et la 40e étant les plus célèbres. La première stipule qu’« aucun homme libre ne sera arrêté ni emprisonné, ni dépossédé de ses biens, ni déclaré hors-la-loi, ni exilé, ni exécuté de quelque manière que ce soit (…) sans le jugement légal de ses pairs et conformément à la loi du pays ». Et la seconde : « Nous ne vendrons à personne, nous ne refuserons ni ne différerons le droit ou la justice ». « No free man is to be arrested, or imprisoned, or disseised, or outlawed, or exiled, or in any other way ruined, nor will we go against him or send against him, except by the lawful judgment of his peers or by the law of the land. » And, « to no one will we sell, to no one will we deny or delay, right or justice. »

Ces libertés fondamentales, véritable socle de la constitution, ont été invoquées et réinterprétées lors de moments-clé de l’histoire d’Angleterre : Edward Coke et les opposants à Charles Ier s’emparent du texte au XVIIe siècle tandis que les Pères Pèlerins l’emportent avec eux et s’en inspirent pour rédiger la Déclaration d’Indépendance. En 1948, Eleanor Roosevelt s’y réfère elle aussi lorsqu’elle compare la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme à une « Magna Carta » pour toute l’humanité. En 2014, Tim Berners-Lee, fondateur du World Wide Web, s’est prononcé en faveur d’une « Magna Carta numérique » qui assurerait la neutralité du net, la liberté d’expression et imposerait des limites à la surveillance massive. Enfin, lors de la cérémonie officielle du 15 juin dernier, présidée par la reine, David Cameron a profité de l’occasion pour rappeler son intention de se défaire de la Convention européenne des droits de l’homme et de la remplacer par une loi britannique pour sauvegarder l’héritage de la Magna Carta. L’opportunisme du premier ministre a suscité de vives réactions, y compris dans son propre camp.

Le programme commémoratif a également investi les planches du théâtre du Globe. En mettant en scène Le Roi Jean de Shakespeare, pièce peu jouée, datant probablement des années 1595, la webmail-perso.uvsq.frRoyal Shakespeare Company boucle la boucle. De fait, la représentation de cette « Histoire », qui précède chronologiquement les deux tétralogies, coïncide avec le projet du Globe de mettre en scène les 38 pièces écrites intégralement ou partiellement par le dramaturge. Ce sera donc chose faite en juin 2015, près de vingt ans après l’ouverture du théâtre du Globe sur la rive sud de la Tamise. Bien que l’épisode de Runnymede ne soit mentionné à aucun moment dans le Roi Jean — dans ce monde médiéval perçu au prisme de la Renaissance où l’absence de référence au texte est aussi le signe de son oubli partiel par la dynastie Tudor — James Dacre a cependant fait le choix d’insérer une évocation de la Charte. En apposant le sceau de la Magna Carta sur le texte shakespearien, le metteur en scène réinstaure la pierre angulaire de la démocratie britannique au sein d’une pièce dominée par une esthétique de l’hésitation, par le flux et reflux des points de vue. Le temps d’une saison donc, Dacre inscrit l’entreprise commémorative du Globe dans la problématique chère à Paul Ricœur, celle de tenter de relever le défi de la « juste mémoire ».

 Anne Geoffroy,

Professeur agrégé d’anglais, docteur

Laboratoire DYPAC

 

Ouvrages récents:

  • A. Carpenter, Magna Carta (London, 2015)
  • C. Vincent, Magna Carta: The Foundation of Freedom 1215-2015 (London, 2015)

Exposition:

British Library: ‘Magna Carta: Law, Liberty, Legacy’ (jusqu’au 1er septembre 2015)

King John: Temple Church, London, (10-19 avril 2015), Holy Sepulchre Church Northampton (28 avril-16 mai), Salisbury Cathedral (27-30 mai), Shakespeare’s Globe (1-27 juin), the Sam Wanamaker Playhouse (13 juin).

Sources des visuels :

Copy of Magna Carta, Wikimedia commons, from British Library’s Online Gallery, https://commons.wikimedia.org/wiki/Magna_Carta#/media/File:Magna_Carta_%28British_Library_Cotton_MS_Augustus_II.106%29.jpg

Portrait of King John hunting, British Library, http://www.bl.uk/people/king-john

King John by William Shakespeare, shakespearesglobe, http://www.shakespearesglobe.com/theatre/whats-on/globe-theatre/king-john-2015


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *