Les rencontres “Dîwân” des doctorants en Histoire des Mondes Musulmans Médiévaux

Lyon, édition 2015

Du 11 au 13 juin dernier se sont tenues à Lyon les XVIIIe rencontres “Dîwân” des doctorants en Histoire des Mondes Musulmans Médiévaux soutenues par de nombreuses institutions telles que le CIHAM (Histoire, archéologie, littératures des mondes chrétiens et musulmans médiévaux – UMR 5648), l’IISM (Institut d’études de l’Islam et des sociétés du monde musulman), le GIS, l’EPHE (École pratique des hautes études), l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, le CEFAS (Centre Français d’Archéologie et de Sciences Sociales de Sanaa)… L’occasion pour une trentaine de doctorants de présenter leurs travaux et les avancées de leurs recherches ainsi que de découvrir la ville de Lyon. De l’histoire (vie sociale, religieuse, patrimoine culinaire) à l’histoire de l’art (peintures, tapisseries…), en passant par la littérature (poésies, chroniques…), les sciences (médecine…) et l’archéologie (céramiques, gravures…) le programme des interventions s’inscrit dans l’interdisciplinarité. On s’attardera dans ce court billet sur une des thématiques abordées lors de ces trois journées de conférences : celle du patrimoine. Il est possible de trouver le programme complet ici : http://diwan.hypotheses.org/. Les actes de ces journées de rencontres seront publiés en septembre.

Ménestrel

En prélude des XVIIIe Rencontres Dîwân s’est tenue le jeudi 11 juin une demi- journée des Médiévistes sur le net (Ménestrel) co-organisée par Messieurs Valérian (Université Lyon 2, CIHAM) et Valet (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, IUF). Créé en 1997, le site vise à présenter de façon critique l’ensemble des ressources en ligne utiles pour les études médiévales (archéologie, littérature, philosophie, papyrologie, histoire de l’alimentation…). Depuis plusieurs années existe un ensemble de rubriques relatives à l’Islam médiéval, proposées et mises à jour par un réseau international de chercheurs spécialistes du monde islamique.

M. Valérian a notamment insisté sur la nécessité d’une amélioration des ressources pédagogiques à destination du secondaire ainsi que sur le fait que Ménestrel représente un enjeu scientifique et pédagogique pour les études sur l’Islam. C’est pourquoi une coopération et un travail entre chercheurs de Ménestrel et enseignants apparaissent comme primordiaux.

La thématique patrimoniale

Si dans la session « cultures matérielles » Ludwig Ruault a abordé le patrimoine jordanien, syrien, palestinien et la société musulmane primitive à travers les graffiti des premiers siècles de l’Hégire que l’on peut constater sur les roches encore de nos jours, c’est sur le patrimoine culinaire arabe de l’Espagne à travers les traités anciens que j’ai décidé d’intervenir.

En accord avec M. Laurioux, l’un des axes de mes recherches annoncé lors de cette conférence sera de mettre en évidence le patrimoine culinaire arabe de l’Espagne en m’appuyant sur deux livres de cuisine arabo-andalous (le Kitāb al-abīj, Anonyme, et le Fuḍālat al- ẖiwān fī ayyibāt al-a‘ām wa-l-alwān d’ Ibn Razīn al-Tuǧībī) datant des XIIe et XIIIe siècles et sur un livre de cuisine espagnol catalan (le Sent Soví) du XIVe siècle (même si les trois manuscrits existants sont clairement du XVe). L’étendue temporelle de l’analyse permettra de mesurer l’évolution et les transformations des recettes chez les musulmans, les chrétiens et les juifs et de prendre la mesure de la permanence des pratiques culinaires dans la cuisine espagnole actuelle. La notion de patrimonialisation est un des thèmes à développer.

Les sept siècles de présence arabo-musulmane en Espagne (vous me pardonnerez l’anachronisme du terme) ont laissé dans l’histoire de l’alimentation un patrimoine gastronomique et culturel évident toujours identifiable de nos jours.

Dans le cadre du « nationalisme » catalan, le Sent Soví est l’objet d’un véritable culte. Il constitue le témoin de l’évolution sociale, culturelle et culinaire qui a mené la société catalane jusqu’à la modernité. La volonté des catalans d’inscrire le Sent Soví au patrimoine mondial de l’UNESCO ne fait qu’appuyer l’importance que ce livre revêt pour les Espagnols du Nord-Est.

 

Hélène Jawhara Piñer,

doctorante en espagnol au laboratoire DYPAC


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *