Faire graver la matrice de son sceau au Moyen Âge

Si le caractère universel de la pratique sigillaire médiévale est un fait, tout un chacun disposant en effet d’un sceau qui permet à la fois de valider un acte et de définir une identification, il n’en reste pas moins vrai que face à la commande d’une matrice, un paysan, un bourgeois ou un membre de l’élite sociale ne se trouvent pas dans les mêmes conditions, matérielles, iconographiques et techniques.

Matrice d’Henri Amorri, BnF, MMA n° 1087

Fig. 1 : Matrice d’Henri Amorri, BnF, MMA n° 1087.

Ainsi lorsque dans le courant du XIVe siècle le villageois Henri Amorri doit se doter d’une matrice (fig. 1), il est probable qu’il se soit rendu au marché de la ville la plus proche à l’échoppe d’un marchand ou à l’étal d’un vendeur itinérant. Il choisit alors un flanc lisse en plomb dont le revers muni d’une prise présentera un aspect plus ou moins ouvragé[1]. Sur ces formes lisses produites à partir de moules en pierre réutilisable, il fera graver son nom dicté au graveur, ce qui explique le flottement orthographique que l’on peut relever dans ce type de production, ainsi qu’une image prise dans un répertoire de signes le plus souvent abstraits mais qui peut être aussi un objet comme un épi ou un outil[2]. Henri disposera ainsi sa vie durant d’une matrice lui permettant de valider les quelques actes qu’il aura à sceller.

Si l’on s’éloigne de l’univers rural pour rejoindre celui des villes, un clerc vivant au XIIIe siècle pouvait quant à lui acheter sa matrice chez un scelleur tenant boutique dans le quartier des orfèvres de Paris par exemple. Ce marchand lui proposait toute une gamme de produits et de services. En fonction de ses moyens, notre personnage se faisait faire une matrice dans un alliage cuivreux sur laquelle il choisissait d’illustrer son nom, sa dévotion, son appartenance à un ordre religieux, tout en précisant grâce à la légende son nom de baptême et sa fonction. Il pouvait aussi, comme Jean Ade (fig. 2), choisir une image prédéfinie qu’il puisait dans un stock iconographique correspondant de manière large à son état clérical (Vierge à l’Enfant, Agnus Dei, arbre de Vie, etc.). Cet objet préfabriqué était fourni au scelleur par un fondeur, artisan responsable de la production de toute une gamme de petits objets de consommation. La matrice inachevée sortant de l’atelier du fondeur était ciselée, polie et parfois dorée par le scelleur qui s’avérait en l’espèce être avant tout un graveur.

Fig. 2 : Matrice de Jean Ade, clerc, BnF, MMA n° 19

Fig. 2 : Matrice de Jean Ade, clerc, BnF, MMA n° 19.

Tout en haut de la pyramide sociale, la riche clientèle faisait appel à des orfèvres travaillant les métaux précieux, qu’ils soient généralistes ou bien spécialisés dans la gravure des sceaux (fig. 3). Contrairement aux deux cas de figure précédents, pour l’élite, le choix de l’image était soumis à un encodage rigoureux des modes de représentations ce qui limitait de facto l’expression d’une individualité.

Fig. 3 : Matrice de Robert Fitz Walter, British Museum, inv. 1841, 0624-1

Fig. 3 : Matrice de Robert Fitz Walter, British Museum, inv. 1841, 0624-1.

En outre, si les modalités techniques de mise en œuvre recoupent alors en partie la structuration de la production de masse notamment pour ce qui concerne la distinction entre le travail de la fonte et celui de la gravure, la complexité de certaines matrices princières permet d’envisager l’intervention de nombreux spécialistes dans tel ou tel domaine (décor, figure, l’épigraphe etc.).

Cette approche schématique de la production des sceaux au Moyen Âge ne doit pas dissimuler la complexité intrinsèque dont les documents comptables et fiscaux, les règles de métier mais aussi l’analyse des objets eux-mêmes rendent compte. Dans la réalité, tous les cas de figure sont envisageables. Il existe des personnages dont l’envergure sociale est assez modeste et qui pourtant commandent leurs matrices dans les métaux les plus précieux. À l’inverse, des personnages considérables ont pu opter pour les alliages cuivreux. Finalement, pour les deux derniers siècles du Moyen Âge, la qualité du métal est sans doute moins importante que la virtuosité avec laquelle un graveur parvient à rendre sur une surface restreinte des programmes iconographiques complexes et à créer l’illusion d’un espace. Malgré ces profondes disparités dans la production, ce que nous enseigne l’étude des matrices de sceau du Moyen Âge c’est bien la place centrale d’un artisan particulier : le graveur.

Ambre Vilain

Postdoctorante sur le projet Ademat

 

[1] Maneuvrier Christophe, « L’usage des sceaux dans les campagnes de la Normandie médiévale », dans Apposer sa marque : le sceau et son usage, actes du colloque de Cérisy, juin 2013 (à paraître).

[2] Vilain Ambre, « De l’image de l’outil à l’image-outil », Revue d’Histoire de l’art, n° 74 (2014), p. 45-50.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *