Le Médaillier du Musée des Beaux-Arts de Lyon

Historique de la collection

Comme la plupart des collections de matrices comparables, le fonds conservé dans le Médaillier du musée des Beaux-Arts de Lyon a été rassemblé entre l’extrême fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle au moment de la dispersion de grandes collections particulières.

Le directeur de l’époque, Jean-Baptiste Giraud (1844-1910), mena une véritable politique d’acquisition de matrices faisant du musée lyonnais la première institution française à posséder ce type d’objets. En 1883, il acquit un bon nombre de la collection rassemblée par Jules Charvet puis en 1900 des matrices de la collection de Charles Lormier, tandis qu’en 1905, il accepta le legs Morin-Pons (1831-1905). À ces grands ensembles vinrent s’ajouter des acquisitions ponctuelles parmi lesquelles citons les collections Devret (1893) et Grignon de Montigny en 1900. En outre, le fichier papier conservé dans la documentation du musée de Lyon nous apprend qu’on s’adressa également à la Maison Florange et à Félix-Bienaimé Feuardent. Dans ces années le musée lyonnais a su profiter d’un mouvement favorable lié à l’arrivée sur le marché des collections constituées à partir du milieu du XIXe siècle.

Formée de plus de 2000 objets, la collection lyonnaise se compose comme bien des collections comparables de deux tiers de matrices médiévales, avec une forte proportion d’objets des XIVe et XVe siècles, le restant étant constitué de matrices des XVIe et XVIIe siècles. Parmi le premier ensemble, à côté de quelques objets ayant appartenu à des personnages « importants » comme Otton de Bourgogne et le Cardinal de Coëtivy, ce qui fait l’intérêt de la collection c’est que l’immense majorité des matrices est issue des classes moyennes de la société, à proportion égale entre clercs et laïcs[1]. Cette réalité permet de compléter la connaissance du corpus sigillaire dans la mesure où proportionnellement peu de sceaux de cire de ces catégories sociales nous sont parvenus. Le fait est d’autant plus intéressant que dans le cas lyonnais, la qualité matérielle des objets rend le travail d’identification relativement aisé.

Si la collection Morin-Pons, constituée d’objets recueillis dans le Lyonnais et les régions avoisinantes, témoigne de la vivacité d’une érudition locale, l’ensemble rassemblé par Jules Charvet correspond à un type de collectionnisme bien différent. Parisien, le collectionneur assouvissait son goût en acquérant tout ce qui était à sa portée. Le fait est que sous le Second Empire, une bonne part du marché de l’art était approvisionnée par des objets italiens, ce qui explique la forte proportion de matrices issues de la péninsule.

 

Entretien avec François Planet, Conservateur du Médaillier du musée des Beaux-Arts de Lyon

 

Deux sceaux illustres de la collection lyonnaise

cat-195a-copie

Othon de Bourgogne, seigneur de Salins

Fils du comte Hugues de Chalon et d’Adélaïde de Bourgogne, Othon de Bourgogne (1248-1303) disposa au cours de son existence de plusieurs matrices correspondant à l’évolution de ses titres[2]. Avant de devenir comte de Bourgogne à la mort de sa mère en 1279, Othon titré seigneur de Salins utilisa une matrice présentant un écu à l’aigle entouré de la légende Sigillum Ottonis Burgondie (1271, B 83). Après cette date, devenu Othon IV comte palatin de Bourgogne, il se fit graver un grand sceau équestre et son contre-sceau héraldique présentant le semé de billettes au lion brochant de Franche Comté (1283, B 85 et bis).  La matrice du musée des Beaux-Arts de Lyon présente une aigle identique à celle présente sur le premier sceau, sur la légende en revanche est mentionné le titre de seigneur de salins ce qui permet de dater sa gravure après 1267, date de la mort de son père. On ne connaît de cette matrice aucune empreinte de cire.

cat-31bis-a-copie

Alain IV de Coëtivy

 

On connaît deux sceaux ayant appartenu à Alain de Coëtivy, le premier lorsqu’il est évêque d’Avignon entre 1437 et 1442, le second lorsqu’il est nommé cardinal de Sainte-Praxède en 1448.

La matrice lyonnaise présente au centre du champ un édicule tripartite surmonté de dais architecturés à pans. De part et d’autre d’une niche centrale semée de roses et abritant la Vierge à l’Enfant sont figurés saint Paul et saint Pierre debout dans deux autres niches vues de manière oblique, également semées de rinceaux. Dans le soubassement s’ouvre une niche surmontée d’un arc surbaissé accosté de deux écus aux armes de Coëtivy, posés sur des crosses, abritant la figure de l’évêque en prière de face. Le fond de la niche est semé de roses. La légende se lit comme suit : sigillum pontificale alani episcopi avinionensis.

D’un point de vue stylistique, la matrice épiscopale d’Alain de Coëtivy s’intègre parfaitement à la production orfévrée du début du XVe siècle par la complexité de la composition, la profusion des ornements et la virtuosité dans le rendu des détails.

 

Ambre Vilain

Université de Nantes, chercheur associé au laboratoire DYPAC

[1] Cette production fera l’objet d’un futur billet du Blog

[2] Thierry le Hête, Les comtes palatins de Bourgogne et leur descendance agnatique : histoire et généalogie d’une dynastie sur 8 siècles, IXe-XVIIe, La Bonneville-sur-Iton, 1995.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *