Un grimoire dans une armoire ? Ou de l’utilité de perdre, parfois, des livres

Paris, BnF, fr. 782, fol. 2v, Roman de Troie

Les 5, 6 et 7 avril 2017 se tient, entre autres à l’UVSQ, un colloque international consacré à la diffusion de la légende troyenne dans l’Europe médiévale. La miniature ci-dessus, utilisée pour l’affiche du colloque, est tirée d’un manuscrit1 du Roman de Troie, composé vers 1165 par Benoît de Sainte-Maure. Ce récit des deux destructions de Troie (l’Antiquité tardive et le Moyen Âge font en effet prendre la ville une première fois à Jason et aux Argonautes, au retour de la quête de la Toison d’or) ainsi que des retours des Grecs après la chute de la cité, qui s’étend sur plus de 33 000 vers, connaîtra une diffusion extrêmement importante dans l’Occident médiéval, et deviendra l’un des textes centraux constitutifs de l’imaginaire médiéval troyen (et ce au moins jusqu’à Shakespeare et Troïlus et Cresside, dont le personnage féminin trouve sa source, en dernier lieu, via Chaucer, John Lydgate et William Caxton, chez Benoît).

Image 2 : Paris, BnF, fr. 782, fol 2v

Avant d’être recopié, mis en prose, traduit et adapté, le Roman de Troie s’inscrit dans le mouvement des romans d’Antiquité : leurs auteurs adaptent au XIIe siècle en roman, c’est-à-dire en « français », et non en latin, les grands récits de l’Antiquité classique. Même s’il a été copié plus de 150 ans plus tard en Italie, c’est bien dans le sillage de cette opération de translatio studii, de « transfert du savoir », que le programme iconographique du manuscrit français 782 de la Bibliothèque nationale de France situe le Roman.

La miniature choisie pour l’affiche illustre directement le prologue [vignette f. 2v en entier : image 2] : l’auteur y relate notamment comment le neveu de Salluste, Cornélius, qui « a Athenes teneit escole » (v. 86, éd. L. Constans, SATF, 1906), retrouve par hasard, parmi des « livres de gramaire »2, dans « un aumaire » (« une armoire », c’est-à-dire les rayonnages d’une bibliothèque, v. 87-88), un récit jusqu’alors perdu de la guerre de Troie et écrit du point de vue d’un troyen, Darès le Phrygien. Cornélius, nous dit le prologue, traduira en latin ce récit grec, et Benoît à son tour va nous en proposer une mise en roman.

Ce motif du « livres perduz, qu[i] ne fu trovez ne veüz » (v. 117-118), qu’il corresponde ou non à une réalité, est un topos de la littérature médiévale, et c’est la découverte de cette source exhibée, garante de l’autorité du texte qui va suivre, que la miniature met ici en scène, en identifiant soigneusement par une inscription le nom du découvreur. Dans le cas du roman d’Antiquité qu’est le Roman de Troie, ce motif permet aussi à son auteur d’incarner dans un objet le principe de la translatio studii : le livre de Darès, écrit en grec, perdu pendant longtemps mais retrouvé à Athènes, sera ensuite traduit en latin et passera dans l’orbite culturel romain, avant d’être mis en roman, ici en « français ».

Image 3 : Paris, BnF, fr. 782, fol. 4v

Le cycle iconographique du manuscrit travaille, en ce début de Roman et au-delà de cette seule illustration, à l’inscription du récit dans un mouvement de transmission du savoir. Ainsi l’auteur, dans le prologue, se peint en clerc, c’est-à-dire en lettré, et avant tout au Moyen Âge en lecteur des textes qui font autorité, lui qui « trui[t] lisant » (« trouve en lisant », v. 81). L’illustration nous le présente bien dans cette position, au fol. 4v [image 3], et le situe ainsi à la suite d’une série de personnages antiques que l’illustration du début du manuscrit nous donne en partie à voir :

Image 4 : Paris, BnF, fr. 782, fol. 1

Benoît apparaît après Cornélius, rencontré au fol. 2v, et surtout après Salomon, emblème de la sagesse et du savoir pour le Moyen Âge, qui ouvre à la fois le roman (c’est le premier mot du récit) et son illustration dans le manuscrit fr. 782 [image 4]. Toutes ces connaissances se transmettent via la lecture et le commentaire des textes, comme on le voit dans la marge inférieure du premier feuillet, et grâce aux sept arts libéraux, piliers du savoir et de l’enseignement, qui s’affichent dans une chaîne de sept médaillons entre les deux premières colonnes du texte.

C’est ainsi que le livre de Darès, considéré comme un témoin oculaire de la guerre de Troie, et de ce fait bien davantage digne de foi que le récit d’Homère, n’est finalement perdu que pour être mieux retrouvé.

Anne Rochebouet

Maître de conférences, laboratoire DYPAC

 

 

  1. Paris, BnF, fr. 782, fol. 2v. Le manuscrit est consultable sur Gallica, ark:/12148/btv1b520004567 []
  2. Le grimoire, autre forme du mot grammaire, peut être, à l’origine, un livre en latin, voir le Dictionnaire du Moyen Français http://www.atilf.fr/dmf/definition/grammaire []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *