Les temporalités du rapport aux objets. Rencontre avec Anne Perrin-Khelissa autour du rapport aux objets précieux à l’époque des Lumières

Compte-rendu de l’interview d’Anne Perrin-Khelissa (12 janvier 2021) réalisé par Lorine Cahuet, Nathan Dacier-Falque, Estelle Legoix et Guillaume Parisis

Quelles relations les hommes et les femmes du XVIIIe siècle entretenaient-ils avec leurs objets précieux ? En quoi celles-ci peuvent-elles nous apporter un éclairage sur notre propre rapport aux objets ? Ce sont, entre autres, à ces problématiques que s’intéresse Anne Perrin Khelissa dans son ouvrage Luxe intime : essai sur notre lien aux objets précieux, publié en mars 2020 aux éditions du CTHS. Historienne de l’art spécialiste des arts décoratifs du XVIIIe siècle, l’auteure est enseignante-chercheuse à l’Université Toulouse Jean-Jaurès et co-porteuse, depuis 2016, du programme de recherche ACA-RES sur « Les académies d’art et leurs réseaux dans la France pré-industrielle ».

L’ouvrage, organisé en quatre parties – «L’objet domestique », « L’objet en société », « Fabriquer l’objet » et « L’objet de notre imaginaire » – est une réflexion sur le rapport à l’objet précieux au XVIIIe siècle. S’appuyant sur une approche interdisciplinaire mêlant histoire, histoire de l’art et anthropologie, Anne Perrin Khelissa propose d’étudier les objets précieux non seulement du point de vue artistique mais en prenant également en compte leur dimension sociale et culturelle, le XVIIIe siècle étant une période de transformation du rapport aux objets.

Cette notice synthétise trois thématiques qui ont émergé lors de l’interview menée le 12 janvier 2021 par quatre étudiants de Master 1 Gestion des Archives et de l’Archivage de l’Université Versailles Saint- Quentin-en-Yvelines : l’interdisciplinarité méthodologique pratiquée par l’auteure, l’historicité du rapport à l’objet et le statut de l’iconographie dans l’ouvrage.

L’approche interdisciplinaire de l’auteure

L’un des aspects ayant émergé à la lecture de l’ouvrage et lors de notre échange avec Anne Perrin Khelissa est la question de l’interdisciplinarité dont fait montre son essai. Sur ce point, l’historienne a tenu à souligner l’importance des bases disciplinaires en termes d’historiographie, de bibliographie et de méthode pour construire un discours rigoureux sur l’objet. L’interdisciplinarité ne se conçoit pas en effet hors du cadre d’une analyse proprement historienne de l’objet. L’enjeu, tout en restant dans son champ disciplinaire, est d’intégrer la possibilité de le regarder autrement, de le confronter à un autre point de vue qui déstabilise et enrichit le regard de l’historien. Pour Anne Perrin Khelissa, ce croisement des champs disciplinaires s’est naturellement opéré au cours de sa formation, qui l’a amenée à associer histoire, histoire de l’art et anthropologie dans sa réflexion. Le séminaire de Daniel Roche[1] au Collège de France a notamment contribué à nourrir son attrait pour l’interdisciplinarité. Dans le cadre de ses recherches sur l’objet précieux, le recours à l’anthropologie permet par exemple de mettre au jour des invariants transverses à différentes sociétés et différentes époques. La méthodologie de l’enquête de terrain et le recours à des entretiens (avec des conservateurs de musée ou des ouvriers d’art à la manufacture de Sèvres par exemple), qui ne sont pas habituels pour l’historien, est extrêmement stimulante car elle permet de susciter des questionnements inédits.

Le rapport à l’objet précieux

L’analyse du rapport à l’objet est une autre thématique abordée lors de notre entretien avec Anne Perrin Khelissa. Au prisme du rapport qu’entretenaient les hommes et les femmes du XVIIIe siècle avec leurs possessions, l’auteure nous invite à explorer notre propre relation aux objets et le rôle qu’ils jouent dans notre intimité. Si, comme le souligne Anne Perrin Khelissa, le XVIIIe siècle constitue un tournant dans le rapport à l’objet qui devient un terrain d’exploration de l’individualité en dehors des représentations holistiques d’appartenance à une famille, un corps ou une société, il faut se méfier des parallèles trop faciles. Bien que le XVIIIe siècle puisse être considéré comme un moment de genèse, où sont posées les bases anthropologiques et philosophiques de notre rapport actuel aux objets, il existe des différences fondamentales.

Les biais technologiques et culturels auxquels l’historien contemporain est soumis entravent sa perception des interactions intimes que les hommes du XVIIIe siècle nouaient avec leurs possessions matérielles. L’auteure s’attarde notamment sur deux mutations actuelles : le changement des modes de consommation et l’accélération technologique. La premier nous éloigne de nos prédécesseurs pour qui la rareté demeurait la règle, même si les objets accessibles se multiplient à l’époque des Lumières ; la seconde témoignerait d’un renversement du rapport à l’objet, dont les potentialités dépasseraient désormais l’intelligence de ses usagers. L’intérêt de l’analyse réside donc sans doute moins dans la recherche des origines du rapport contemporain aux objet que dans la mise en écho des périodes de rupture dans le rapport aux objets que sont les Lumières, d’une part, et le monde numérique du XXIe siècle, d’autre part.

Comme le souligne Anne Perrin Khelissa, la définition même d’objet et son statut n’ont cessé de varier. En évoquant l’exemple des testaments aristocratiques, des lois somptuaires ou des costumes, elle montre en quoi ces variations ont de fortes implications sociales et politiques. Certains objets peuvent ainsi avoir un sens social fort, voire même un statut juridique particulier, et manifester une identité, une appartenance ou un engagement ce qui modifiera, et modifie d’ailleurs aujourd’hui encore, les comportements de leurs propriétaires à leur encontre, en public comme en privé. À la question de savoir dans quelle mesure l’objet est un catalyseur d’attentes, d’émotions et de souvenirs, Anne Perrin Khelissa nous renvoie aussi à nous-mêmes, à notre subjectivité et à nos convictions. À tous points de vue, l’objet semble donc être toujours plus que sa réalité matérielle et faire l’objet d’un processus de sublimation.

 

Première de couverture et éléments iconographiques

Placées en écho des étapes de la réflexion proposée par l’ouvrage, les reproductions d’objets d’art et les notices qui les accompagnent fonctionnent aussi comme un système de lectures parallèles, indépendantes du corps du texte. Anne Perrin Khelissa a tenu à ce qu’apparaissent les pièces de mobilier de luxe « incontournables » des arts décoratifs – comme cette Commode en forme de tombeau dite « Mazarine » (fig. 13 p. 63) d’André-Charles Boulle (datée de 1708) ou une porcelaine de Meissen datée de 1737, Le Baise-Main de Johann-Joachim Käendler (fig. 15 p. 69). Elle souhaitait cependant aussi montrer la diversité des objets et des supports de la culture matérielle et visuelle des Lumières – des fastueux portraits, comme celui du financier Gabriel Bernard de Rieux (peint par Gabriel Quentin de La Tour entre 1739-1741, fig. 11 p. 56), aux estampes produites en de multiples exemplaires. Son souci était donc de confronter le lecteur à un large spectre d’objets anciens, précieux, originaux et parfois assez peu connus – comme ces éventails-lorgnettes du dernier tiers du XVIIIe (fig. 3 p. 29) – ou des « objets métis » comme ce vase chinois en céladon, agrémenté en Europe d’une monture en bronze doré (fig. 10, p. 49).

L’illustration de première de couverture est tout à fait représentative de cette démarche, et, plus globalement, de la problématique de l’ouvrage. Il s’agit de la photographie d’un objet d’art qui est en fait un objet de rebut – un fragment brisé d’une reproduction à petite échelle en biscuit de la manufacture de Sèvre d’une sculpture, le Triomphe de Bacchus de Louis-Simon Boizot. Une main – en fait celle de la mère de l’auteure – maintient ce fragment, indiquant l’échelle et soulignant ainsi la petite taille de l’objet. Celle-ci témoigne de pratiques caractéristiques du XVIIIe siècle comme l’art de la miniaturisation et la diffusion d’une œuvre d’art sous différents avatars et supports. Cette mise en scène induit aussi l’idée d’un rapport intime avec l’objet dont l’appréhension première a vocation à être tactile. La dimension physique voire sensuelle de l’objet est en effet à restituer en lien avec ses interactions avec son environnement. Cette couverture ouvre ainsi d’emblée la voie à une réflexion sur les modalités de présentation des objets, l’auteure insistant dans son ouvrage sur les recherches muséographiques actuelles pour mettre en place des dispositifs d’exposition qui rende l’objet d’art plus accessible et sensibilise les visiteurs à ses valeurs d’usage, à ses valeurs symboliques ou affectives – et non ses seules valeurs artistiques et patrimoniales. 

En conclusion, Luxe intime: essai sur notre lien aux objets précieux propose une nouvelle approche historiographique de l’étude des objets précieux. Ceux-ci sont à la fois objets d’art et également objets socio-culturels, vecteurs d’émotions, d’attentes et d’inter-relations. Leur étude nécessite donc d’être attentif à ces différentes facettes, et en cela une approche interdisciplinaire est bénéfique au chercheur. Percevoir rétrospectivement les sentiments d’une personne du XVIIIe siècle relève de l’impossible, mais rendre sensible l’historicité des objets – de leur production et de leurs usages – ouvre une brèche et permet aussi de réinterroger notre propre rapport aux objets.

 

 

 

[1]Daniel Roche, historien du XVIIIe siècle, pionnier de l’interdisciplinarité en se saisissant des outils de l’anthropologie pour traiter les questions d’histoire matérielle.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search