À propos du colloque « Le corps polychrome, couleurs et santé. Antiquité, Moyen Âge, Époque moderne »

Du 14 au 16 mars 2018 s’est déroulé, à l’UVSQ (Maison de l’Étudiant), à Paris (Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne) et à Nanterre (Bâtiment Max Weber), un colloque international regroupant des chercheurs de différents domaines autour de la couleur du corps en relation avec la santé dans l’histoire, autrement dit au chromatisme naturel de l’enveloppe et des sécrétions corporelles et à leur rôle dans la médecine des sociétés pré-industrielles.

Si la couleur des yeux, des cheveux, de la peau, est visible dès le premier coup d’œil et peut informer sur la personne, notamment son origine ou son âge, pour les médecins, elle constitue un des signes à prendre en compte dans le pronostic. Selon leur époque et leur compétence, les soignants en usent comme d’indices pour identifier les maladies possibles et tentent, en étudiant, puis codifiant les couleurs des excrétions et secrétions corporelles, d’en établir une typologie signifiante. Les textes littéraires apprécient aussi la polychromie humaine comme signe de « bonne » ou de « mauvaise » santé. Seront donc étudiées, dans les œuvres littéraires, savantes et médicales ainsi que dans l’iconographie, les couleurs de la peau, des cheveux, des yeux, et des dents, mais aussi celles du sang — par effusion ou sécrétion —, de la sueur, et des larmes, du sperme, de la salive aussi, ainsi que celles des expectorations et des différentes excrétions (buccales ou nasales), des selles et, last but not least, de l’urine.

Cette analyse a nécessairement croisé la question de la couleur des humeurs, tout comme la théorie de la physiognomonie. Ont été envisagées les nuances et les expressions proposées par les différents lexiques, et les teintes offertes par les représentations des corps malades ou sans vie dans l’art occidental. Pâleur, rougeur, teint jaune ou grisâtre, de l’imagerie antique à la peinture du XVIIIe siècle, les artistes ont souvent su donner au corps une palette de couleurs riches de signification.

Le projet s’est aussi attaché à mettre en évidence la transmission des savoirs (textes et images) en ces domaines ainsi que celle des savoir-faire des praticiens, sensibles à la subtilité des regards portés par les médecins, les malades ou leur entourage. L’enquête a, en revanche, délibérément laissé de côté les couleurs artificielles, qu’elles relèvent des peintures sur le corps, des tatouages ou des fards et produits cosmétiques ainsi que le domaine de la thérapeutique.

Dans la tradition des « Rencontres d’histoire de la médecine, des pratiques et des représentations médicales dans les sociétés anciennes », organisées depuis 1997 par Franck COLLARD (PU – UPN) et Evelyne SAMAMA (PU – UVSQ), dont ce fut la huitième édition, se sont rassemblés, dans une perspective d’étude diachronique et trans-disciplinaire, des spécialistes de l’histoire et de l’histoire de la médecine, de la littérature de l’histoire de l’art ainsi que des philologues, des médecins, des pharmaciens et biologistes.

Le programme, varié, a permis d’entendre des communications sur des domaines aussi divers que la clarté idéale de la chevelure médiévale, les couleurs chez Platon, la peinture flamande, la dépigmentation chez certaines populations subsahariennes, le corpus galénique, les traités physiognomoniques latins ou grecs, l’importance de la couleur de la peau pour le choix d’une nourrice, les indices sur les ongles d’un empoisonnement à l’arsenic, les textes des médecins salernitains du XIIIe siècle ou ceux des médecins byzantins, l’uroscopie médiévale, les pigments de l’Egypte ancienne ou la manipulation du mercure par les artisans français du XVIIIe siècle. Voir blanchir ses cheveux, rosir de pudeur amoureuse ou rougir au moment d’empoisonner son prochain, les occasions de changer de couleur en lien avec la médecine ne manquent pas, jusqu’à la dépigmentation ou la modification de la couleur de l’iris.

Le lecteur curieux de ces aspects pourra, pour plus de précisions et en attendant la sortie du livre prévue pour la fin de l’année 2018, se reporter au programme.

Deux journées d’études préliminaires (1er octobre 2016 et 10 mars 2017) ont permis de poser les premiers jalons.

Ce colloque trouve son prolongement dans le projet « Couleurs et soins dans les médecines anciennes aux époques antique et médiévale entre Orient et Occident, Grèce, Rome, Inde, Proche-Orient », organisé par Isabelle Boehm et Laurence Moulinier-Brogi à Lyon, les 15 et 16 novembre 2018, qui sera centré sur l’utilisation des couleurs dans la thérapeutique.

***

Les colloques précédents ont permis la publication des ouvrages suivants :

Air, miasmes et contagion. Les épidémies dans l’Antiquité et au Moyen Âge, études réunies par E. Samama, D. Quéruel, et S. Bazin-Tachella, Langres : Dominique Guéniot, juin 2001, 198 pages, ISBN 2-87825-208-X

Le corps à l’épreuve. Poisons, remèdes et chirurgie : aspects des pratiques médicales dans l’Antiquité et au Moyen Âge, études réunies par E. Samama et Fr. Collard, Langres : Dominique Guéniot, juillet 2002, 192 pages, ISBN 2-87825-233-0

Mires, physiciens, barbiers et charlatans. Les marges de la médecine de l’Antiquité au XVIe siècle, études réunies par E. Samama et Fr. Collard, Langres : Dominique Guéniot, mars 2004, 180 pages, ISBN 2-87825-277-2

Pharmacopoles et apothicaires. Les « pharmaciens » de l’Antiquité au Grand Siècle. Études réunies par E. Samama et Fr. Collard, Paris : éd. L’Harmattan, août 2006, 196 pages [ISBN 2-296-01061-X]

Handicaps et sociétés dans l’Histoire. L’estropié, l’aveugle et le paralytique de l’Antiquité aux Temps modernes. Etudes réunies par E. Samama et Fr. Collard, Paris : éd. L’Harmattan, février 2010, 224 pages [ISBN 978-2-296-11443-2]

Dents, dentistes et art dentaire. Histoire, pratiques et représentations, Antiquité, Moyen Âge, Ancien Régime. Etudes réunies par E. Samama et Fr. Collard, Paris : éd. L’Harmattan, décembre 2012, 370 pages [ISBN 978-2-336-29012-6]

Poux, puces, punaises  la vermine de l’homme. Découverte, descriptions et traitements, Antiquité, Moyen Âge, Temps Modernes, Etudes réunies par Franck Collard et Evelyne Samama, Paris : éd. L’Harmattan, décembre 2015, 408 pages [ISBN 978-2-343-07898-4]


Aurélia Desplain

Ingénieure de recherche chargée de valorisation scientifique pour les laboratoires CHCSC (EA 2448) et DYPAC (EA 2449) à l'Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines. Chercheure associée au laboratoire LAM (UMR 5115), membre du bureau des jeunes chercheur.e.s du GIS Asie.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *