Le goût des archives. Discussion entre Marie-Anne Chabin et Patrick Boucheron

Organisée par les étudiants de Master 1 Culture et Communication (UVSQ) – Archives départementales des Yvelines, 19 novembre 2018

À l’initiative de leurs enseignants – Pierre Chastang, Pauline Lemaigre-Gaffier et Rémy Roques –, les étudiants du Master 1 Gestion des archives et de l’archivage ont reçu Patrick Boucheron et Marie-Anne Chabin le 19 novembre 2018. L’objectif de cette rencontre organisée aux Archives départementales des Yvelines était de faire dialoguer l’historien médiéviste et l’archiviste à partir du concept d’ « archives essentielles » et de faire émerger des pistes inédites après les vifs débats de l’année 2017-2018.

Présentation des deux intervenants

Patrick Boucheron (PB), pourriez-vous vous présenter en mettant en lumière votre rapport aux archives et en définissant ce que sont pour vous les archives ?

PB : Le rapport aux archives interroge notre rapport intime avec le passé. Cette question est à la fois très technique et très commune. Nous sommes des institutions sociales et à ce titre sommes en droit de nous interroger sur ce que nous gardons de nous et sur ce que nous jetons.

Qu’est-ce que je garde et qu’est-ce que je jette ? Le rapport aux archives revêt une dimension psychanalytique. La lecture du livre de Jacques Derrida, Mal d’archive[1] est, de ce point de vue, indispensable.

L’archiviste et l’historien forment un vieux couple. Et l’histoire de ce couple repose sur un malentendu qui date de la fin du XIXe siècle. S’est opérée une division du travail entre, d’un côté, des archivistes qui conservent et, de l’autre, des historiens qui consultent. Les premiers seraient les gardiens jaloux d’un trésor. Les seconds veulent toujours plus voir.

Au milieu des années 1990, les historiens ont cru que, grâce à l’ouverture des archives de Moscou, ils auraient un accès total au passé des sociétés de l’Europe de l’Est[2]. Mais entre le moment où l’archive est produite et celui où elle est consultée, il existe une série de médiations[3].

Résultat de recherche d'images pour "Le goût de l’archive"Lorsque j’ai commencé mes études d’histoire, j’ai lu le livre d’Arlette Farge, Le goût de l’archive[4]. La scène inaugurale est très belle, mais elle est trompeuse : car entre le document et moi s’intercalent celles et ceux qui l’ont collecté, indexé, côté, répertorié, conservé, etc. . Les archives ne sont pas produites pour les historiens. Yann Potin aime rappeler cette citation d’Yves Pérotin : « La recherche historique est un sous-produit de l’administration »[5].

Je jette à peu près tout parce que je sais que d’autres archivent pour moi. On laisse toujours des traces. Même les chercheurs, car les archives de savants sont de plus en plus lourdement administratives.

Le bon historien n’est pas celui qui est choqué qu’il y ait des manques. Il faut ici se rapprocher de la démarche des physiciens : ceux-ci se demandent toujours pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ?

Je suis médiéviste, spécialiste des cités italiennes[6] dont on conserve beaucoup d’archives, même si cela est peu par rapport à l’océan des archives contemporaines qui peut décourager le chercheur. Car si les archives sont un trésor, en même temps, elles sont une masse inerte. Les archives se détruisent et elles se conservent accidentellement.

Il faut bien avouer aussi que la pente ordinaire de la carrière de l’historien est de s’éloigner progressivement des fonds d’archives.

Ce que j’ai acquis comme certitude c’est qu’une période historique se définit d’abord par son régime documentaire et son style historiographique. Mais quelle que soit la période, les sociétés sont traversées par deux angoisses : s’effacer ou se laisser déborder. L’époque médiévale était la solution confortable, à mi pente de ces deux angoisses.

 

Marie-Anne Chabin (MAC), pourriez-vous vous présenter en insistant dans vos expériences professionnelles sur votre pratique des éliminations d’archives ? Que sont pour vous les archives ?

MAC : Je suis devenue archiviste « par hasard ». Et je ne me considère plus archiviste aujourd’hui, mais je garde, de ma formation, une appétence pour la diplomatique que je considère comme la grammaire du document[7].

J’ai intégré l’École des Chartes par amour pour le latin et pour les langues en général. Ma première relation aux archives date de ma thèse pour obtenir le diplôme d’archiviste-paléographe[8]. J’ai étudié la correspondance d’un savant du XVIIIe siècle, dont j’ai eu parfois l’impression de violer l’intimité. Qu’aurait pensé cet érudit s’il avait su que ses archives personnelles seraient utilisées par un historien deux siècles plus tard ? L’expérience des archives (publiques ou privées) est intéressante pour apprendre le respect dû envers les traces des autres.

J’ai ensuite été archiviste en département où j’ai réalisé des inspections, dans le cadre du contrôle scientifique et technique[9]. Mon directeur de l’époque avait une définition de ce que sont les « archives essentielles » : en inspection, l’essentiel ce sont les délibérations des conseils municipaux, l’état civil et le cadastre. Ces documents sont d’une importance capitale pour éclairer les décisions et documenter l’histoire des populations et des territoires. Un autre souvenir de cette époque est d’avoir réalisé que des archivistes opéraient des tris et des destructions sans les documenter. Il s’agissait de la série K des Archives départementales (série relative aux « Lois, ordonnances, arrêtés depuis 1790 ») mais j’ai pu constater par la suite que c’était pareil pour les autres séries.

J’ai ensuite été confrontée, lors de mon passage dans l’Essonne, aux effets de la dévolution des archives de l’ancien département de Seine-et-Oise[10]. Directrice des Archives départementales, j’ai pris la décision de re-coter l’ensemble du fonds contemporain, car cela faisait sens.

En 1995, j’ai quitté les Archives publiques pour créer mon cabinet de conseil. Je m’ennuyais intellectuellement aux Archives de France…. En outre, j’avais le sentiment d’être juge et partie. Je suis partie dans le privé car j’apprécie la relation contractuelle où un client demande quelque chose qu’on doit lui fournir.

Sur la question de savoir comment on peut mesurer l’écart entre ce que l’on a et ce qu’il manque, je dirais que les deux mots clés sont : représentativité et proportionnalité.

 

@ PB : qu’est-ce que pour vous un archiviste ? Quelles sont vos attentes vis-à-vis de cette profession ?

PB : Pendant ma maitrise, alors que je travaillais sur le duel à l’époque napoléonienne[11], je me suis rendu à Vincennes et aux Archives nationales. J’ai découvert que les fonds étaient disponibles parce que des archivistes savaient comment les exploiter. Les archivistes sont ceux qui permettent aux historiens d’exploiter les documents. Ils sont détenteurs d’une science qui en fait de vrais spécialistes des documents, de la manière de documenter une période. La production documentaire n’est pas une aubaine pour l’historien (au sens étymologique, que connaissent bien les médiévistes, de ce qui advient ou est advenu) mais c’est, en soi, un objet d’histoire . Mon attente est de produire un savoir partagé. Le plus désastreux serait un partage strict des rôles. Le travail des archivistes doit être observé par les historiens pour comprendre ce qui va documenter leur pratique professionnelle.

 

@ MAC : qu’est-ce que pour vous un historien ? Quel rôle les historiens jouent-ils dans le quotidien professionnel de l’archiviste ?

MAC : L’historien est un des utilisateurs des archives. Il n’est pas le seul. En tant qu’archiviste, j’ai fait  des efforts pour collecter des archives avec l’idée que l’historien me ferait toujours des reproches sur ce que je n’aurai pas conservé. Je pense, au contraire de Patrick Boucheron, qu’il doit y avoir un partage des professions. L’historien est un médiateur entre le passé et le présent. L’archiviste est un médiateur entre le document et l’historien, les administrations, les usagers.

Ce qui me désole aujourd’hui c’est que l’archivistique[12], science à la fois technique et théorique, est en déperdition, car il y a eu une démission de la profession. L’archivistique doit évoluer, notamment pour faire face à l’explosion des données.

PB : Les historiens des périodes anciennes ont une vision un peu faussée car ils entendent par « données » la numérisation des archives existantes, c’est un chantier en cours, qu’il faut financer et maitriser, mais il est impossible d’en attendre autre chose que du positif, l’accélération de la consultation par exemple.

Il y a aussi la question du passage aux archives nativement numériques, que produisent en grande majorité l’État et les officiers publics aujourd’hui. Les archives notariales[13] n’existent plus, il y a une base de données et un fichier central[14]. Il n’y a donc plus d’archives, mais des données. Ce nouveau cadre nécessite un travail collectif. Les historiens ne sont pas suffisamment compétents pour étudier seuls des données en masse. Il faut s’appuyer sur les informaticiens, mais aussi les économistes qui ont une méthode pour agréger et analyser une très grande quantité de données.

Il faut savoir jouer des effets de mode. Si vous voulez avoir une source de financement publique aujourd’hui, dites que vous montez une base de données. Pas que vous faites une édition critique.

 MAC : Tout dépend de la définition que l’on donne des archives. Dans le cas des minutes notariales, je pense que l’évolution des contenus des actes (et de leur intérêt relativement à d’autres sources) compte plus que le changement  des supports.

La production et la collecte des archives

@ PB : Reprenant vos propos sur France Culture, Marie-Anne Chabin évoquait « la liberté de ne pas produire, de ne pas archiver ou de détruire des documents qui n’ont pas de connotation réglementaire ou contractuelle ». N’est-ce pas en contradiction avec votre travail d’historien, qui nécessite de disposer des archives des autres ?

PB : C’est une question sérieuse. Il faut savoir ce qu’on veut conserver pour plus tard, ce qui constitue quand même un pari impossible. On ne peut pas anticiper pour savoir quelles archives seront demandées par les historiens demain pour leurs recherches. Le débat sur les archives essentielles, bien que mal posé, est toutefois utile car il pose la question du rapport d’une société à sa mémoire. Mais il faut se méfier de ce que certaines positions ont de purement idéologique et, parfois, d’absurde. Doit-on, par exemple, conserver pieusement l’exhaustivité les copies des concours d’entrée dans la haute fonction publique ? Alors qu’en même temps on conserve mal les demandes de naturalisation ?

Vous posez la question des archives des chercheurs[15]. On pourrait penser qu’en ne conservant pas ses archives et ses livres, on perd un maillon essentiel d’une tâche dans un travail intellectuel. Mais est-ce qu’une bibliothèque documente réellement un état de lecture ? Dans la carrière du chercheur se constitue une bibliothèque passive. Elle contient des livres qu’on nous envoie et que l’on ne lit pas nécessairement. Aucun historien ne fait son égo-histoire. Au mieux, ils écrivent des souvenirs.

 

@ MAC : au-delà du cadre réglementaire, comment penser le choix des documents à conserver et la liberté des acteurs dans ce domaine ?

MAC : Les archives sont le fruit d’une sélection. Et la définition légale des archives est actuellement source de confusion pour la profession. D’ailleurs, c’est une mauvaise interprétation de la loi qui est une des origines du débat sur les archives essentielles.

Sur un point, je ne suis pas d’accord avec Patrick Boucheron : nous pouvons anticiper les futurs besoins de la recherche en conservant des « archives essentielles » que sont l’état civil, le cadastre et ce qui documente la prise de décision publique.

L’archive est d’abord le sous-produit d’une activité qui engage la responsabilité (record). Au-delà, elle peut être une source de mémoire… Je propose une théorie sur les « 4 / 4 des archives historiques » : 3 / 4 sont des records[16]et le 4e quart est constitué de « non records » collectés ici et là par les archivistes[17].

Archives départementales de la Haute-Loire. Cadastre napoléonien (3 P 2568).

Archives départementales de la Haute-Loire. Cadastre napoléonien (3 P 2568)

 

Les éliminations

 

@ PB : doit-on tout conserver ? Qu’est-ce qui peut motiver l’acte d’élimination ? L’historien a-t-il besoin de « toutes » les archives ? Ne peut-on pas aussi faire l’histoire d’une société à partir de ce qu’elle détruit ?

PB : Évacuons immédiatement ce fantasme que le numérique peut tout enregistrer, sans effort, par captation de l’ensemble de l’activité continue du monde. Ensuite, consacrons notre énergie sur ce qu’il faut garder, plutôt qu’à ce qu’il faut détruire. Mais en gardant à l’esprit que l’on ne conserve pas systématiquement ce dont les historiennes et les historiens de demain souhaiteront lire. Les institutions conservent ce qui est utile pour elles, ce qui défend leurs droits.

Considérons enfin que le métier futur d’historien sera de cisailler rapidement une masse inerte, trouver une source, pour documenter un état de mémoire de la société dont celle-ci n’a pas conscience.

L’histoire médiévale se distingue ici de l’histoire contemporaine, entre la rareté et le trop plein. Ce n’est quand même pas le même exercice historique quand on a un sujet dont l’ensemble de la documentation pour l’étudier peut être lue ou quand on doit faire des choix de plus en plus drastiques pour gérer un trop plein. Je le répète, le métier futur d’historien sera d’aiguiser un rasoir si tranchant qu’il permettra d’inciser d’un coup toute cette masse inerte et d’aller trouver une source qui fera court-circuit et documentera un état de mémoire ou d’histoire.

Quand on y pense, faute d’écrit, les historiens des sociétés préhistoriques rassemblent des vestiges et les surestiment peut-être, mais ils n’ont pas le choix[18]. Ces vestiges documentent quand même des choix culturels. Je pense ici aux pratiques funéraires. Les préhistoriens considèrent qu’il y a un changement profond à partir de l’instant où les morts sont inhumés et non plus incinérés. Les sociétés anciennes sont alors définies par leur rapport aux morts. Notre société contemporaine est définie de bien des manières, mais jamais dans son rapport aux morts[19]. Or, bientôt en France il y aura plus d’incinérations que d’inhumations. N’est-ce pas un changement profond de civilisation ?

 

@ MAC : quelle formation reçoivent (ou devraient recevoir) les archivistes pour pratiquer des éliminations, évaluer les documents ?

MAC : Il existe des outils méthodologiques. Le plus important est que l’archiviste prenne la dimension de ce qu’il est opérationnellement en capacité de faire. Et d’avoir une cible. Il faut prendre de la hauteur et demander à quoi ressemble la collectivité dont je suis en train de collecter les archives. Faire, en quelque sorte, le portrait-robot du fonds qu’on devrait avoir. Lorsque V. Smith[20], doyenne de l’université de Princeton, est partie à la retraite en 2015, elle a laissé 45 000 mails dans sa boîte de messagerie. Une équipe pluridisciplinaire (archiviste, assistante de direction, informaticien) a été constituée. Leur travail a permis de définir l’algorithme de sélection des données à archiver.

Et l’archiviste aujourd’hui, face aux masses considérables de documents et de données, n’est plus là pour classer après coup, mais pour anticiper qualitativement ce qu’il faut conserver, quitte à se faire historiographe, en quelque sorte, et choisir les événements à documenter.

 

Notices biographiques

  •  Patrick Boucheron

Patrick Boucheron est né en 1965 à Paris. Il obtient l’agrégation d’histoire en 1988. C’est sous la direction de Pierre Toubert qu’il soutient en 1994 à l’université de Paris 1 sa thèse de doctorat d’histoire médiévale, publiée quatre ans plus tard sous le titre Le pouvoir de bâtir. Urbanisme et politique édilitaire à Milan (XIVe-XVe siècles), Rome, École française de Rome, 1998 (Collection de l’EFR, 239). Maître de conférences en histoire médiévale à l’École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud de 1994 à 1999 puis à l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne à partir de 1999, il fut membre junior de l’Institut universitaire de France de 2004 à 2009. En 2009, il soutient à l’université de Paris 1 une habilitation à diriger des recherches intitulée La trace et l’aura (garant : Jean-Philippe Genet) et est élu professeur d’histoire du Moyen Âge dans cette même université en 2012. Il est, depuis 2015, président du conseil scientifique de l’École française de Rome. Il a été élu la même année professeur au Collège de France sur la chaire « Histoire des pouvoirs en Europe occidentale, XIIIe-XVIe siècle », prononçant sa leçon inaugurale le 17 décembre 2015 (Ce que peut l’histoire, Collège de France, Fayard, 2016).

  • Marie-Anne Chabin

Marie-Anne Chabin, née en 1959, est diplômée de l’École des Chartes. D’abord conservateur à la direction des archives de France, elle fut consultante en gestion électronique de documents (GED) et responsable de la vidéothèque d’actualités de l’Ina. En 2000, elle a créé son propre cabinet de conseil, Archive 17. En 2011, ouvre son Blog de Marie Anne Chabin, Critique malicieuse et hebdomadaire de l’information numérique dans la société; à l’usage de ceux qui pensent (et donc archivent). Reconnue au niveau international, elle est professeur associé à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis. Parmi ses ouvrages consacrés aux archives :

Je pense donc j’archive (1999) en ligne sur le blog.

– Le management de l’archive, Hermès-Lavoisier, 2000.

– Archiver, et après ? (2007) en ligne sur le blog.

 

[1] Jacques DERRIDA, Mal d’archive, une impression freudienne, Paris, Galilée, 1995. Dans ce texte, l’auteur propose une analyse psychanalytique du concept d’archive, « refoulée » par l’autorité qui empêche l’accès à son origine, risquant sa disparition. Jacques Derrida rappelle aussi la dimension politique des « archives », dont le terme dérive du grec « arkheion » qui désigne le lieu du pouvoir. Pour une étude de la réflexion de Derrida sur les archives, cf. Marc AYMES, « L’archive dans ses œuvres (Rancière, Derrida) », Labyrinthe, t. 17, 2004, p. 69-77.

[2]  Sophie COEURÉ, La Mémoire spoliée. Les archives des Français, butin de guerre nazi puis soviétique. Paris, Payot, 2007.

[3] Quelques jalons historiographiques : Joseph MORSEL, « Les sources sont-elles le “pain de l’historien” ? », Hypothèses, n° 7, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003, p.271-286 ; Étienne ANHEIM et Olivier PONCET, « Fabrique des archives, fabrique de l’histoire », Revue de synthèse, t. 125, Paris, Éditions de l’ENS/Rue d’Ulm, 2004.

[4] Arlette FARGE, Le goût de l’archive, Paris, Éditions du Seuil, 1989.

[5] Yann POTIN, « Intervention de Yann Potin », La Gazette des archives, 2012, Vol. 225 (1), p.49-53.

[6] Patrick BOUCHERON, Le Pouvoir de bâtir : urbanisme et politique édilitaire à Milan (XIVe-XVe siècles), Rome, Collection de l’École française de Rome, 1998 ; Id., Les Villes d’Italie (vers 1150-vers 1340), Paris, Belin, 2004 ; Id., Conjurer la peur. Sienne, 1338. Essai sur la force politique des images, Paris, Éditions du Seuil, 2013.

[7] La diplomatique est « la science qui étudie la tradition, la forme et l’élaboration des actes écrits. Son objet est d’en faire la critique, de juger de leur sincérité, d’apprécier la qualité de leur texte, de dégager des formules tous les éléments du contenu susceptibles d’être utilisés par l’historien, de les dater, enfin de les éditer » (Vocabulaire international de la diplomatique).

La diplomatique, nommée d’après les diplômes des souverains du haut Moyen Âge, s’attache au document dans son contenu, mais elle est attentive aussi aux supports matériels utilisés : le type d’encre, les feuilles des parchemins, la figure des lettres, les sceaux, les formules. La diplomatique étudie les actes écrits consignant des actions (ventes, donations, mises en gage, testament), ou des faits juridiques (naissance, décès). Une chronique rapportant une donation n’a pas de caractère diplomatique. De ces documents, la diplomatique fait la critique, elle vérifie s’ils sont authentiques et n’ont pas été forgés ou déformés par un faussaire. Voir également : Marie-Anne Chabin, « Peut-on parler de diplomatique numérique ? »  2011. Cet article a été publié en 2013 dans l’ouvrage Vers un nouvel archiviste numérique, sous la dir. de Valentine Frey et Matteo Treleani, (L’Harmattan), en ligne.

[8] Marie-Anne CHABIN, Les Français et la Russie dans la première moitié du XVIIIe siècle. La famille Delisle et les milieux savants, thèse pour le diplôme d’archiviste-paléographe, sous la direction de MM. Poulle et Vodoff, Paris, École nationale des Chartes, 1983.

[9] Le Code du Patrimoine, dans son article R212-3, dispose que le « Le contrôle scientifique et technique exercé par le service interministériel des archives de France de la direction générale des patrimoines porte sur les conditions de gestion, de collecte, de sélection et d’élimination ainsi que sur le traitement, le classement, la conservation et la communication des archives ». Le contrôle scientifique et technique se concrétise, par exemple, par la signature d’un bordereau d’élimination, par le contrôle de l’état de conservation des archives courantes et intermédiaires, ou par la validation d’une externalisation de stockage (pour les archives intermédiaires d’une collectivité). Cf. La Gazette des archives, n°237, 2015-1 : « Le contrôle scientifique et technique en questions. Actes des Rencontres annuelles de la section Archives départementales (RASAD) de l’Association des archivistes français, 15 et 16 mai 2014 ».

[10] La dévolution correspond à « remise officielle, généralement en  vertu  du  principe  de  pertinence, d’archives  définitives  par  un  service  d’archives  à  un  autre  qui  a hérité de tout ou partie de ses compétences » (Dictionnaire de terminologie archivistique, Direction des Archives de France, 2002). Par exemple, suite à la division des départements de la Seine et de la Seine-et-Oise (1968), des documents intéressant les communes de banlieue conservés par les Archives de Paris ont été versés aux Archives départementales des Hauts-de-Seine, de Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne.

[11] Patrick Boucheron, Le duel dans l’armée napoléonienne, mémoire de maîtrise sous la direction de Jean-Paul BERTAUD, Université Paris 1/École Normale supérieure de Fontenay/Saint-Cloud, 1987.

[12] L’archivistique est « la science qui étudie les principes et les méthodes appliqués à la collecte, au traitement, à la conservation, à la communication, et à la mise en valeur des documents d’archives » (Dictionnaire de terminologie archivistique, Direction des Archives de France, 2002, p. 11). Voir aussi : http://transarchivistique.fr/definitions-darchivistique/

[13] Les archives notariales sont toutes les archives produites par les notaires au cours de leur profession. Les notaires ont l’obligation de conserver leurs minutes depuis la Révolution, et elles sont devenues publiques par la loi de 1928, ce qui a permis de les regrouper (les archives notariales de Paris, au Minutier Central des Archives Nationales, et pour la province, dans les archives départementales) et d’éviter leur éparpillement comme c’était le cas avant la loi. Les archives notariales. Manuel pratique et juridique, Commission des archives notariales du conseil supérieur des archives, 2013.

[14] La dématérialisation des archives notariales vient du fait que le métier évolue avec son temps, et que l’électronique prend le dessus lors de la rédaction des actes notariés, le tout restant encadré par la loi. Mais si les minutes notariales des notaires en format papier reste en leur possession jusqu’à la fin de leur activité, les minutes dématérialisées doivent directement être envoyé au Minutier central des notaires.  Dématérialisation et Authenticité : quelles perspectives pour l’acte notarié ? Commission numérique du 113e congrès des notaires, 19 avril 2017.

[15] Patrick BOUCHERON et Jacques DALARUN (dir.), Georges Duby. Portrait de l’historien en ses archives, Paris, Gallimard, 2015.

À l’heure actuelle, les pratiques professionnelles de recherche, de documentation et de publication des chercheurs tendent à se constituer en un domaine d’analyse propre. Les « archives des savoirs », qui désignent les « documents ou artefacts produits [et reçus] dans le cadre d’une activité de recherche » (Jean-François BERT et Marc J. RATCLIFF, « Introduction. Pourquoi archive-t-on les savoirs aujourd’hui ? Et comment ? » in id. (dir.), Frontières d’archives. Recherches, mémoires, savoirs, Paris, Archives contemporaines, 2015, p. III-XIV, ici p. IV.), sont « les traces de la science en train de se faire »  (Lucie FAVIER et Widad Mustafa EL HADI, « L’archivage numérique des savoirs. Perspectives européennes », Les Cahiers du numérique, vol. 11, n° 1, cité par J.-F. Bert et M. J. Ratcliff, « Introduction… », op. cit., p. V).

[16] Records : « documents créés, reçus et préservés à titre de preuve et d’information par une personne physique ou morale dans l’exercice de ses obligations légales ou la conduite de son activité » (Norme ISO 15489). Le Records management, à l’origine, est une pratique anglo-saxonne, conséquence du développement des administrations et des entreprises, puis de l’importance croissante de l’information numérique. Le Records management est un mode de gestion de l’information recherchant l’efficacité.

[17] http://transarchivistique.fr/definition-archiveshistoriques/

[18] Luc BARAY et Jean-Paul DEMOULE, Pratiques funéraires et sociétés de l’âge du Fer dans le Bassin parisien (fin du VIIe siècle-troisième quart du IIe siècle avant J.-C.), Paris, Éditions du CNRS, 2004.

[19] Gaëlle CLAVENDIER, Sociologie de la mort : Vivre et mourir dans la société contemporaine, Paris, Armand Colin, 2009 ; Thomas LAQUEUR, Le travail des morts : une histoire culturelle des dépouilles mortelles, tr. fr., Paris, Gallimard, 2018.

[20] Administratrice américaine spécialiste de la littérature et de la culture afro américaine, actuelle présidente du Swathmore college. http://archivagemanagerial.fr/

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.