Dossier – Ce que compter veut dire

Dossier « Ce que compter veut dire : culture de cour, gouvernement princier et pratiques comptables (Europe occidentale, XIIIe-XVIIIe siècles) » dans Comptabilités. Revue d’histoire des comptabilités (2019) : en ligne.

Archives nationales, O1/2886 (Pauline Lemaigre-Gaffier)

Formulé à la rencontre de deux terrains de recherche – ceux, d’une part, de Pauline Lemaigre-Gaffier sur cette administration curiale de la France des Lumières qu’était le « département » des Menus Plaisirs, et, d’autre part, de Florence Berland sur cette cour princière intégrée au réseau de cours du Paris des XIVe et XVe siècles qu’était la cour de Bourgogne –, ce numéro spécial de Comptabilités a pour ambition d’élargir l’enquête aux pratiques comptables d’autres cours de la « société des princes » du XIIIe au XVIIIe siècle. Il s’agit en premier lieu de mettre à l’épreuve l’hypothèse selon laquelle les pratiques comptables participent pleinement de l’élaboration de la culture de cour.  En partant de la matérialité des documents (support, organisation interne…) mise en évidence par une approche codicologique, de leur processus de production au sein même de la cour et des processus d’énonciation de celle-ci qu’ils déterminent, l’historien dégage en effet l’un des lieux non seulement de l’enregistrement des réalités curiales, mais aussi de la configuration de ce monde spécifique. En second lieu, l’objectif est de rendre visible ce temps de la cour, que constitue ce que l’on pourrait qualifier, pour reprendre l’expression de Jacques Le Goff, de « long Moyen Âge », qui va du XIIIe au XVIIIe siècle et qui s’incarne dans une continuité – au moins apparente – des pratiques documentaires et des représentations du pouvoir princier qui leur sont associées. Tant pour comprendre les traits caractéristiques de cet ancien régime documentaire curial que pour identifier finement les inflexions de la production et des usages de ces écrits, il importait en effet de décloisonner les traditionnelles approches par période académique qui tendent à fragmenter cet ensemble ou, inversement, à enfermer l’archive comptable princière dans une supposée immobilité liée aux « archaïsmes » hérités du Moyen Âge.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.