Les « archives coloniales ». Discussion entre Amélie Hurel et Fabienne Chamelot

Organisée par les étudiants de Master 1 Culture et Communication (UVSQ) – Archives départementales des Yvelines, 10 février 2020

La discussion s’est déroulée en présence d’Amélie Hurel, de Fabienne Chamelot, des étudiants de 1ère et de 2e année du Master « Gestion de l’archivage » de l’UVSQ, ainsi que de Pierre Chastang et Pauline Lemaigre-Gaffier, responsables du Master.

Photo de la rencontre (à gauche Amélie Hurel et à droite Fabienne Chamelot)

Présentation des deux intervenantes

Diplômée de l’École des hautes études en sciences sociales et de l’École normale supérieure (Ulm), Amélie Hurel a été archiviste vacataire au Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères entre 2016 et 2017. Elle est, depuis janvier 2018, conservateur du patrimoine aux Archives nationales d’Outre-Mer où elle occupe, depuis juillet 2019, le poste de responsable des fonds ministériels et de la cartothèque.

Doctorante à l’Université de Portsmouth, Fabienne Chamelot réalise une thèse sur « le régime colonial français et ses archives de 1894 aux indépendances », avec un intérêt spécifique porté au ministère des Colonies, à l’Indochine et à l’Afrique-Occidentale française. Elle a effectué son master sur « l’administration des archives coloniales au ministère des colonies en France » sous la direction de Michel Offerlé et Emmanuelle Saada, à l’École des hautes études en sciences sociales et à l’École normale supérieure.

 

À partir de vos pratiques scientifiques et professionnelles, comment définiriez-vous la notion « d’archives coloniales » ? Celle-ci paraît-elle pertinente ?

Tout d’abord, Amélie Hurel souligne la multiplicité des réponses possibles à cette question. Le métier d’archiviste est encadré par une législation, le Code du patrimoine, qui définit la notion d’archives de la manière suivante :

Les archives sont l’ensemble des documents, y compris les données, quels que soient leur date, leur lieu de conservation, leur forme et leur support, produits ou reçus par toute personne physique ou morale et par tout service ou organisme public ou privé dans l’exercice de leur activité. (Article L211-1).

Pour le législateur, les archives publiques sont donc une double fiction : elles naissent telles quelles et se valent toutes. Depuis 2015, les archives publiques sont également toutes reconnues comme « trésors nationaux », quels que soient leur date et leur lieu de conservation[1]. Si l’on se réfère à cette définition légale, il n’y a pas d’« archives coloniales », mais seulement des archives publiques. Cela implique, de la part de l’archiviste, une certaine neutralité et une équité dans la manière de travailler. Mais ces principes ont été énoncés bien après la production de ces archives, si bien que dire qu’il n’y a pas « d’archives coloniales » revient à nier leur historicité.

Amélie Hurel revient ensuite sur la constitution des « archives coloniales » et les pertes qu’elles ont pu subir. Les raisons en sont multiples, entre choix volontaires, déménagements, locaux inadaptés, manques de moyens et personnels non qualifiés. Les fonds tels qu’on les connaît aujourd’hui sont parfois incomplets. Toutes les archives rapatriées sont des archives territoriales (par opposition aux archives ministérielles), c’est-à-dire produites par les administrations coloniales sur place (gouvernement général, résidences, communes mixtes…). Au sein de ces fonds territoriaux, les archivistes ont distingué les archives de souveraineté (rapatriées) des archives de gestion (laissées sur place). Si les fonds d’Indochine et d’Inde furent globalement rapatriés de manière ordonnée, grâce notamment à des conventions signées[2], ce n’est pas le cas de tous les fonds coloniaux.

Enfin, Amélie Hurel s’est attardée sur le contenu des archives coloniales. Elles sont « sensibles » car elles témoignent d’une mémoire douloureuse, encore très proche dans le temps. Les passions autour de la guerre d’Algérie sont encore vives[3]. Le contenu de documents soulève des interrogations pour l’archiviste, en particulier concernant la manière dont il doit travailler. Doit-il utiliser le vocabulaire colonial ? Comment communiquer des archives aussi sensibles ? Où s’arrête le rôle de médiateur de l’archiviste[4] ? Ce dernier doit s’assurer que les chercheurs puissent travailler et se forger leurs propres idées sans que le travail préliminaire des archivistes n’oriente leurs recherches.

Vue du quai Victor Mange à Ben Thuy, province de Ngê An (1907)

Fabienne Chamelot ajoute que les acteurs de l’époque pouvaient avoir une vision de ces archives qui différait de notre perception contemporaine. Si aujourd’hui, dans le monde post-colonial, l’unité de ces archives correspond à une certaine réalité, il en était autrement lorsqu’elles furent produites. De plus, elle souligne que la mission des archivistes coloniaux était différente de celle des archivistes actuels ; ceux-ci étaient aussi des administrateurs coloniaux, et leur intégration à l’administration française pouvait rendre difficile l’application de principes d’équité et de neutralité, inhérents à la déontologie des archivistes qu’évoquait Amélie Hurel.

La définition des « archives coloniales » se complexifie lorsqu’on élargit le champ d’études aux autres pays, notamment aux pays anglophones puisque leur définition de la notion d’archives est différente[5]. Ainsi, certaines « archives » coloniales françaises ne seraient pas considérées comme « archive » en Grande-Bretagne. Cet écart soulève des questions méthodologiques auxquelles Fabienne Chamelot a dû se confronter tôt, dans la mesure où son travail porte sur le domaine français mais que sa thèse menée dans une université anglaise. Cette situation constitue une chance pour la recherche car elle permet de faire un pas de côté, ainsi que d’interroger la construction de concepts tenus pour acquis en fonction d’un contexte et d’une histoire nationale.

Pour Fabienne Chamelot, il existe un certain paradoxe dans la manière d’appréhender les archives à l’époque coloniale. Elles sont considérées comme des papiers administratifs dont le traitement n’est pas forcément différent des archives contemporaines et pourtant elles posent d’autres problèmes, comme a pu le constater Claude Faure, le premier archiviste professionnel nommé en Afrique Occidentale française (AOF) en 1911[6]. Malgré sa formation à l’École des chartes, celui-ci a rencontré des difficultés pour gérer les archives de l’AOF lorsqu’il a souhaité y appliquer les méthodes utilisées lors de son passage aux Archives départementales de la Drôme. Rapidement il en a perçu les limites car elles ne prenaient pas en compte l’organisation politique des colonies, par exemple pour les documents émanés de la justice indigène. D’autres archivistes en poste dans les colonies françaises trouvent des solutions, comme Paul Boudet en Indochine. Si sur le plan technique et théorique ce sont les mêmes archives – des archives administratives –, les clivages politiques et administratifs propres au régime colonial portent une spécificité dont les archivistes coloniaux sont tributaires.

 

Quels ont été les grands jalons historiographiques de l’émergence des archives coloniales et postcoloniales ? Ont-ils permis un renouveau dans la recherche coloniale ? Dans quelle mesure ont-ils conduit à aborder les archives coloniales en tant que sources ou objets d’étude ?

Fabienne Chamelot souligne le nombre conséquent de débats sur l’historiographie, les historiens et les archives. Les questions sont nombreuses mais semblent pour l’instant sans réponse satisfaisante et seul le temps nous dira où nous en sommes de l’évolution historiographique. La première question qui se pose à propos des archives est celle de la narration et de savoir si on peut se contenter de ces sources qui, selon certains, ne portent que la voix du pouvoir. Il ne s’agit pas d’une problématique spécifique à l’historiographie coloniale. Fabienne Chamelot cite ainsi E. P. Thompson[7] et sa vision d’une histoire qui fait le récit de la vie des dominés (bottom-up history) qu’il oppose à la traditionnelle top-down history[8]. Elle cite également Carlo Ginzburg[9] et ses travaux sur la micro-histoire. Cependant, la nature du contexte colonial porte des spécificités dans cette perspective, notamment l’articulation des notions de race et de domination.

Concernant l’historiographie coloniale et son lien aux archives spécifiquement, le grand tournant est constitué de travaux inspirés par ceux de Michel Foucault[10] et Jacques Derrida[11] qui ont, chacun à leur façon, ouvert des voies de réflexion sur les archives et l’écriture de l’histoire. Pour les résumer, ces travaux posent, pour la plupart, la question de la neutralité des archives et invitent à réfléchir de façon critique sur le contexte de création et de conservation de ces documents et sur la manière dont ils sont utilisés.

Si les débats sont nombreux, Fabienne Chamelot souligne un point commun à ces discussions académiques : l’absence relative des archivistes qui ne semblent pas invités dans la conversation. Elle prend ainsi l’exemple d’Ann Laura Stoler[12] dont l’ouvrage propose d’aborder les archives sous un autre angle que celui d’une narration toute puissante du pouvoir, celui des failles du pouvoir. Or cet ouvrage, important dans le panorama de la recherche contemporaine, ne discute pas les théories de l’archive telles qu’élaborées par l’archivistique. Il y est en fait question des documents d’archives (records) et pas des archives (au sens français) en tant que fonds constitués. Cela n’enlève évidemment rien à la pertinence du propos, mais il faut noter que Derrida aussi bien que Foucault (et d’autres) pensent les archives sans les archivistes.

Fabienne Chamelot regrette, de la même façon, le manque d’espaces de discussion offerts par les archivistes avec les chercheurs sur les archives.

Amélie Hurel reconnait que les deux professions – d’historien.ne.s et d’archivistes – n’arrivent pas toujours à bien se parler et à se comprendre, ce qu’elle lie au problème d’ego des deux métiers qui ne permettrait pas un dialogue sain, alors que les deux partagent la même matière. Le débat qui a eu lieu au sujet des archives essentielles[13] en a témoigné. Fabienne Chamelot ajoute qu’il était étonnant, à l’occasion de cette « controverse », de constater en effet une certaine difficulté à dialoguer entre historiens et archivistes, mais également l’apparente méconnaissance de certains historiens concernant le métier d’archiviste (et en réalité la variété des métiers d’archiviste) et la pratique archivistique. Il est étonnant de constater que les cursus universitaires en histoire ne proposent que très peu – voire pas du tout – de formation aux notions de base de l’archivistique.

Par ailleurs, sur ce point encore, le contexte français diffère des contextes anglophones, comme le souligne Fabienne Chamelot. Suite notamment aux mouvements « decolonising the curriculum » dans les universités, un certain dialogue pour identifier de potentiels trous à combler dans la politique de collecte s’est mis en place entre chercheurs, archivistes et bibliothécaires et « militants ». Seul le temps nous dira comment ces initiatives vieilliront. Il faut ajouter qu’elles sont aussi facilitées précisément dans un contexte archivistique anglophone différent de celui de la France, où la distinction entre « fonds » et « collection » n’est pas aussi nette. Amélie Hurel estime cependant qu’elle n’a pas la légitimité nécessaire pour identifier les besoins, et qu’il reste extrêmement compliqué de décider que tel fonds n’intéressera jamais personne, comme en atteste le nombre de chercheurs, amateurs ou professionnels, qui déplorent aujourd’hui la perte de fonds. Le débat sur les archives essentielles avait tenté de créer les conditions d’un dialogue entre archivistes et historiens. Force est de constater que, même à l’issue de la grande consultation numérique qui avait été mise en place, les résultats sont peu probants. Les séminaires et les discussions comme celle-ci, organisée par les étudiants de Master, peuvent être utiles. L’enjeu, selon Amélie Hurel, se situerait davantage sur la formation des futures générations car c’est là que l’on peut mettre plus facilement tout le monde en relation. L’interdisciplinarité est importante, comme le souligne Fabienne Chamelot, car elle permet de s’emparer des archives qui ne sont pas réductibles à des sources pour l’histoire, mais sont des objets d’étude à part entière.

 

En 1966 s’ouvre le centre des ANOM pour conserver principalement deux ensembles : les archives des secrétaires d’État et Ministères chargés des colonies et archives des anciennes colonies et de l’Algérie de 1954 à 1962. Pourriez-vous nous présenter les grandes étapes et les motifs de la constitution des fonds d’archives coloniales, qui bien sûr ne sont pas exclusivement conservées aux ANOM ?

Les Archives nationales d’outre-mer à Aix-en-Provence

Amélie Hurel commence par corriger la question, puisqu’en 1966 il ne s’agissait pas encore d’archives ministérielles. Les archives ont été rapatriées en grande quantité, puisqu’on compte près de 15 000 boîtes pour l’Indochine, dans des conditions difficiles. L’état matériel des archives, heureusement, n’a pas été trop altéré dans l’ensemble. Après différents transits, il est décidé de les installer à Aix-en-Provence pour plusieurs raisons, parmi lesquelles la disponibilité de terrains sur place, une prémisse de la déconcentration, mais aussi la présence dans la région de populations elles aussi rapatriées. La première extension des ANOM date ensuite de 1986, moment où les archives ministérielles les rejoignent. C’est également là que la bibliothèque des ANOM est constituée après de grandes luttes, car ce projet d’Aix, qui impliquait un éloignement des ressources de la capitale, n’était pas forcément vu d’un bon œil par les universitaires parisiens. Enfin, en 1995, les archives du Secrétariat d’État à la Marine viennent compléter les fonds des ANOM. Au final le centre d’archives d’Aix est unique dans le paysage archivistique français car il réunit des fonds territoriaux mais également des fonds de l’administration centrale. Les fonds sont dans l’ensemble aujourd’hui très majoritairement communicables

Livre publié à l’occasion des 50 ans des Archives nationales d’outre-mer

Ces choix sont importants, comme le souligne Fabienne Chamelot, pour l’accès aux sources et la production scientifique. Cela soulève d’importantes questions méthodologiques, mais aussi financières et pratiques. Même si ces dernières ne relèvent évidemment pas de la responsabilité de l’institution archivistique, c’est un élément important à prendre à compte : les chercheurs des pays anciennement colonisés doivent aujourd’hui venir en France pour consulter les sources de l’histoire coloniale, ou en tout cas une partie d’entre elles, ce qui peut entraîner des frais conséquents pour ces chercheurs, d’autant plus que les niveaux de vie peuvent être assez différents. Au-delà des aspects financiers, des freins administratifs existent également, avec par exemple des visas qui sont plus ou moins difficiles à obtenir selon le pays et le contexte politique du moment. Ces contraintes ne se posent pas forcément de manière aussi forte pour les chercheurs français allant dans les pays anciennement colonisés pour y consulter les archives coloniales dites « locales » restées sur place, ou au Sénégal pour consulter le fonds de l’AOF.

  1. Page d’accueil du site Web des Archives nationales du Sénégal (http://www.senarchives.org.sn/)

Ces choix ont donc des conséquences concrètes sur les conditions de réalisation de la recherche. Si le centre des ANOM est un passage obligé compte tenu de la richesse des sources qu’il contient, il faut faire attention à ne pas se réfugier dans un « confort » qui ferait négliger des sources peut-être moins essentielles mais pour autant pleinement informatives sur la réalité du pouvoir au plus petit échelon de l’administration coloniale ou à sa « marge ». Force est de constater que les séjours de recherche ont un coût à la fois financier et en termes de temps. Tous les chercheurs n’auront pas les mêmes facilités d’accès aux documents, les enjeux de cette situation dépassant largement le métier d’archiviste et la conservation des archives. En cela, Fabienne Chamelot rejoint la pensée d’Amélie Hurel puisqu’elle considère les centres d’archives comme des outils très puissants pour un chercheur mais qui peuvent poser d’autres difficultés comme celles évoquées[14]. Un autre obstacle potentiel pour l’accès et l’utilisation des archives coloniales est celui de la langue.

Cette dernière remarque permet notamment à Amélie Hurel de reprendre la question en parlant de sa propre expérience. En effet, dans le cadre d’un stage elle a réalisé au centre n°1 des Archives nationales du Vietnam à Hanoï, elle a pu constater que la consultation y est payante et que les analyses des fonds d’époque coloniale sont rédigées en français. En revanche, le logiciel de recherche mis à disposition du public en salle de lecture n’est disponible qu’en langue vietnamienne. On rejoint les deux problèmes évoqués par Fabienne Chamelot. Cette fermeture des archives vietnamiennes ne favorise pas la recherche des chercheurs français. Au final, qu’on soit un chercheur français ou sénégalais par exemple – et pour des raisons différentes – les conditions d’accès sont souvent problématiques.

Centre n°1 des Archives nationales du Vietnam à Hanoï (vue extérieure)

En revanche le centre d’Hanoï a servi de véritable laboratoire en archivistique grâce à Paul Boudet[15] qui a été chargé en 1917 de trouver une solution pour les archives d’Indochine. Son souci était de créer un système qui permettait de classer les fonds déjà présents, pour favoriser l’accroissement des archives, mais aussi pour s’adapter aux évolutions institutionnelles touchant l’administration coloniale. Aujourd’hui encore les archivistes d’Hanoï travaillent à partir de son manuel[16]. Les archivistes vietnamiens ont développé leurs propres pratiques. D’où une base commune entre l’archivistique française et l’archivistique vietnamienne, mais des évolutions différentes. Fabienne Chamelot confirme l’idée que les archives d’Indochine étaient pionnières en la matière, en ajoutant que ce service d’archives fut le seul qui était réellement fonctionnel et centralisé dans les colonies françaises dès les années 1920. La plupart des autres services n’ont commencé à être performants qu’à la fin des années 1940, finalement peu de temps avant le processus de décolonisation. Cela suscite néanmoins des questions sur le degré d’innovation et les raisons du « succès » : était-ce parce que la colonie était riche et que l’équipe de Boudet avait beaucoup plus de moyens que ses homologues des autres colonies ou était-ce parce que cette équipe était très bien formée et que les archivistes locaux étaient tout aussi performants ?

Centre n°1 des Archives nationales du Vietnam à Hanoï (les magasins)

 

Dès les processus d’indépendance, des revendications[17] ont été formulées par les anciennes colonies sur les archives conservées en France. Il y a de même de plus en plus de demandes de restitution d’œuvres d’arts de la part des anciennes colonies françaises. Comment pensez-vous que l’on puisse répondre à ces demandes de restitution ? Les propositions récemment formulées à propos des objets conservés dans les musées pourraient-elles inspirer des solutions originales et de nouvelles formes de partage ?

Amélie Hurel commence par préciser que les archives sont des trésors nationaux et ont donc une propriété inaliénable et imprescriptible, ce qui explique que les archives restent en France. Pour faire sortir des archives du territoire national, il faudrait donc trouver une faille dans la législation. Se posent ensuite la question de la propriété des archives qui ont été produites par l’administration française et la question morale suscitée par le fait qu’elles concernent aussi l’histoire des populations locales. Ces interrogations en soulèvent d’autres : si ces archives sont « rendues » le site des ANOM ne conserverait plus que les fonds ministériels qui ne sont pas concernés par les revendications. La restitution des archives soulève la question de leur accessibilité une fois rendues aux pays demandeurs. En effet ces archives seront-elles accessibles dans ces pays qui ont une législation différente dans le domaine du droit d’accès ? Les laisser en France permet parfois de préserver leur consultation. Une possibilité de restitution numérique des documents a été envisagée dans le cadre du programme « mémoires partagées », mais certains pays demandeurs veulent recevoir les originaux et non pas leur version numérisée. Reste la possibilité de les mettre en ligne mais certains pays ne veulent pas que ces archives soient publiées sur Internet. Se posent enfin des questions concernant le récipiendaire de la restitution de ces archives ? En effet d’anciennes colonies sont aujourd’hui divisées en plusieurs États comme l’Indochine qui regroupaient le Viêtnam, le Laos et le Cambodge actuels.

Sur cette question, Fabienne Chamelot rappelle qu’une fois encore il est d’intéressant d’observer le décalage entre les pays anglophones et francophones et de comparer les blocages. Chaque pays a une historiographie qui s’inscrit dans une perspective différente. Ainsi, l’historiographie américaine s’ancre dans une perspective qui est celle d’un pays, en partie constitué de descendants de colons, ayant conquis son indépendance au sein de l’Empire britannique. Les débats sur la question coloniale ne s’y posent pas dans les mêmes termes qu’en France ou en Grande-Bretagne. De plus, la différence de vocabulaire prête aussi à équivoque puisque le terme « rapatriement » (repatriation) à un sens différent en anglais lorsqu’il s’applique aux archives coloniales. Ainsi, en français, il induit un transfert des archives vers l’ancienne métropole tandis qu’en anglais il s’agit d’un transfert vers les pays anciennement colonisés – là aussi, la raison est probablement historique : il n’y a pas eu de « fonds rapatriés » en Grande-Bretagne à la même échelle qu’en France.

Fabienne Chamelot pense donc qu’il est important de prendre en compte le contexte de production des archives au sens large du terme. S’il n’est pas certain, de son point de vue, que les historiens et plus généralement les chercheurs doivent apporter une réponse à la question de la restitution en dehors d’une mission d’expertise officielle, ils peuvent en revanche fournir un éclairage sur la question en produisant des travaux sur l’histoire des fonds d’archives, leur trajectoire et leur constitution.

En cela Fabienne Chamelot rejoint Amélie Hurel qui considère également qu’il n’existe pas une réponse unique, la situation différant d’un pays à un autre. Mais il est impossible pour le moment de faire du cas par cas. De plus, les revendications d’archives font partie d’un ensemble de demandes plus complexe selon elle, puisque bien souvent elles sont liées à des enjeux politiques qui dépassent le simple cadre patrimonial.

 

Enjeux mémoriels : comment mobiliser ces archives pour l’enseignement de l’histoire de la colonisation française ? Au-delà des moments de la production et du classement des documents, quels usages en ont été faits et en sont faits à l’heure actuelle ? Par qui ?

À cette question, Amélie Hurel répond qu’il faut que les chercheurs viennent aux ANOM pour utiliser les archives, et qu’il y a un énorme travail à faire pour rapprocher les chercheurs et les archivistes. La grande problématique est la mise en valeur au sein des universités du travail de l’archiviste afin de sensibiliser les étudiants. Mais la formation à l’archivistique et la connaissance des institutions archivistiques au sein des Universités est très mal mise en valeur, ce qui se ressent lorsqu’un apprenti historien arrive pour la première fois aux archives. Il faut donc mettre davantage en valeur les institutions du réseau des archives et ne pas se contenter d’un discours porté sur les archives comme sources de l’histoire. Il est important de créer des ponts entre les chercheurs et les archivistes afin que ceux-ci puissent discuter et mieux se comprendre. Pierre Chastang ajoute que les archives coloniales suscitent des projets de recherches qui conduisent à rendre poreuse une frontière intellectuelle qui ne l’était pas jusque-là. De plus depuis une dizaine d’années beaucoup d’archivistes deviennent également chercheurs ce qui soulève des questions d’équité et d’éthique, souligne Amélie Hurel. L’archiviste peut avoir des facilités d’accès, sans la contrainte des horaires des salles de lecture, de quotas de communication, etc.

Aujourd’hui encore l’utilisation et de la communication des « archives coloniales » reste en débat selon Amélie Hurel. L’idée de l’exposition est intéressante mais le choix des documents à sélectionner pour une exposition d’archives est très compliqué car ce sont les archives prestigieuses qui attirent le public. Il existe un réel malaise autour des archives coloniales ce qui a poussé pendant une certaine période les ANOM à se replier sur elles-mêmes. Maintenant les ANOM cherchent à développer une politique active en matière culturelle, scientifique, pédagogique pour présenter leurs archives. Par leur dimension sensible les archives coloniales posent de réels problèmes lorsqu’il faut s’adresser à un grand public.

 

Questions libres

Les relations entre les archives d’Hanoï et les chercheurs et centres d’archives français semblent être généralement bonnes, est-ce le cas pour tous les pays ?

À cette question Amélie Hurel répond que c’est très variable. En Algérie, les règles d’accès aux archives sont différentes. De plus les ANOM n’ont pas de liens directs avec ces centres d’archives donc le seul vrai moyen d’accès reste les articles des chercheurs qui résument ce qu’ils ont pu consulter sur place. Les relations entre les centres d’archives dépendent parfois des relations entre les deux pays. En revanche pour ce qui est du Canada, et des autres anciennes colonies nord-américaines, les relations sont plutôt amicales et tendent vers la coopération, tout comme le Vietnam qui s’est très tôt emparé de la question des archives et a su l’imbriquer dans son récit national, tout en tournant la page.

Les chercheurs français qui ne parlent pas vietnamien sont relativement dépendants des archivistes locaux selon Fabienne Chamelot, d’où l’importance de préparer son séjour et de créer des rapports de confiance avec les archivistes. Amélie Hurel rebondit sur ce point en ajoutant qu’il n’y pas vraiment de vocabulaire formalisé dans certains instruments de recherche, ce qui peut rendre la recherche compliquée. De plus les lecteurs privilégient souvent la recherche par mots-clés, ce qui constitue un décalage avec les méthodes de traitement des fonds par les archivistes qui reposent sur des descriptions structurées en arborescences complexes et sur l’emploi d’un vocabulaire normalisé pour l’indexation. Cette situation engage les centres d’archives à réfléchir sur la manière de créer leurs outils d’accès – les ANOM sont en ce moment en pleine refonte de leur plate-forme numérique –, et à connaître les habitudes de recherche de chacun.

Garder ces archives n’est-ce pas exercer un moyen de contrôle sur les anciennes colonies ?

La gestion des archives a été très improvisée lorsqu’est venu le temps de la décolonisation, et ne pas vouloir rendre les archives n’est pas forcément une volonté de contrôle de la part des archivistes. D’autant plus qu’il est tout à fait normal qu’un pays ne veuille pas forcément divulguer les archives de l’administration centrale car, comme le rappelle Amélie Hurel, les législations diffèrent grandement. Ainsi restituer des archives communicables peut les rendre incommunicables et inversement. Finalement aujourd’hui nous sommes héritiers des choix des années 60 et dans l’état actuel il est peu probable de voir de grandes restitutions d’archives.

 

Notes

[1] La qualité de trésor national impose un régime de circulation contraignant. Les trésors nationaux ne peuvent pas sortir du territoire, excepté à titre temporaire et après autorisation du ministère de la Culture et de la Communication et aux seules « fins de restauration, d’expertise, de participation à une manifestation culturelle ou de dépôt dans une collection publique » (art. L. 111-7 du code du patrimoine). https://siafdroit.hypotheses.org/433

[2] Accords entre la France et les États créés à l’occasion de l’accession à l’indépendance. Les archives dites de souveraineté sont rapatriées en France métropolitaine, tandis que les archives de gestion sont maintenues dans les territoires. Les conventions attestent que les archives de souveraineté sont bien la propriété et la responsabilité de la France, et vice-versa pour les archives de gestion.

[3] Les guerres de mémoires. La France et son histoire, Pascal Blanchard et Isabelle Veyrat-Masson (dir.), Paris, La Découverte, 2010.

[4] L’archiviste-caméléon, médiateur du quotidien, La Gazette des archives, 251/3, 2018.

[5] La définition légale des archives en France établit que tout document, dès sa production, est archive ; ainsi les documents naissent archives. La définition en anglais est tout autre puisque les documents (records) deviennent archives (archives) après le processus d’archivage pour un motif particulier (valeur historique). Le records management privilégie une gestion des archives par le risque. Cette pratique professionnelle considère que l’archiviste doit intervenir le plus tôt possible dans la chaîne de production du document, si possible dès sa création. Le records management se définit comme le « champ de l’organisation et de la gestion en charge d’un contrôle efficace et systématique de la création, de la réception, de la conservation, de l’utilisation et du sort final des documents, y compris des méthodes de fixation et de préservation de la preuve et de l’information liées à la forme des documents ». (Norme AF-ISO 15489-1).

[6] Claude Faure (1881-1942) est diplômé de l’École des chartes en 1906. De 1909 à 1911 il est archiviste aux Archives départementales de la Drôme. C’est en 1911 qu’il fonde à Dakar les Archives du gouvernement général de l’Afrique Occidentale française. Il est ensuite affecté aux Archives départementales de Haute-Savoie en 1920 avant d’être nommé archiviste en chef du département du Rhône en 1926, poste qu’il occupe pendant quinze ans.

[7] Edward Palmer Thompson, The Making of the English Working Class, Londres, Victor Gollancz, 1963. E. P. Thompson (1924-1993), est un historien britannique spécialiste de l’histoire sociale et culturelle du Royaume-Uni. Il est le promoteur d’une histoire « par le bas » c’est-à-dire qu’il s’intéresse aux individus et non pas aux structures et estime que la classe sociale se définit par des processus historico-culturels et d’identification sociale.

[8] Les Subaltern Studies, qui émergent en Inde dans les années 1980 avec l’historien Ranajit Guha, reprennent le même principe, avec une approche de « l’histoire par le bas » des sociétés postcoloniales. Cf. Isabelle Merle, « Les Subaltern Studies. Retour sur les principes fondateurs d’un projet historiographique de l’Inde coloniale », Genèses, 56/3, 2004, p. 131-147 et Emmanuelle Sibeud, « Post-Colonial et Colonial Studies : enjeux et débats », Revue d’histoire moderne & contemporaine, 51/4bis, 2004, p. 87-95.

[9] Carlo Ginzburg, Rapports de force : histoire, rhétorique, preuve. Paris, Gallimard/Seuil, 2003.

Carlo Ginzburg, né en 1939 est un historien italien fondateur de la micro-histoire. Ses travaux qui portent sur l’histoire des persécutions, des hérésies et des marginaux, ont montré « qu’un cas exceptionnel peut dévoiler d’essentiel sur les cultures et les sociétés du passé ».

[10] Michel Foucault, Les Mots et les choses une archéologie des sciences humaines, Paris, Gallimard, 1966.

Michel Foucault (1926-1984), est un philosophe français dont les travaux portaient sur les concepts de population, de « sociétés de contrôles », de relations de pouvoir ainsi qui du concept grec de souci de soi comme fondement de l’éthique.

[11] Jacques Derrida (1930-2004) est un philosophe français largement connu pour sa théorie de la « déconstruction ». Il s’interroge sur les archives dans son essai Mal d’archives : une impression freudienne, Paris, Galilée, 1995.

[12] Ann Laura Stoler, Au cœur de l’archive coloniale. Questions de méthode, Paris, EHESS, 2019, préface d’Arlette Farge.

[13] La notion « d’archives essentielles » est issue de l’archivistique canadienne, et a fait son apparition en France à la suite d’une fuite d’une circulaire ministérielle en novembre 2017. La circulaire préconisait la réévaluation des archives et une collecte plus sélective en favorisant la numérisation. Le terme avait tout d’abord été introduit en mars de cette même année par le rapport de Christine Nougaret, alors vice-présidente du Conseil supérieur des Archives, c’est à la suite de la publication du journal Le Monde que les associations d’historiens et d’archivistes se sont emparées de la question.

[14] Actualité brûlante sur l’accès aux archives : https://www.archivistes.org/Le-crepuscule-des-archives-Entre-acces-restreint-pour-les-citoyens-et

[15] Paul Boudet (1888-1948) sort de l’École des chartes en 1914, à la suite de quoi il travaille trois ans dans des services d’archives en métropole. C’est en 1917 qu’il est envoyé en Indochine afin d’étudier le classement des archives pour le compte de l’École française d’Extrême-Orient. Le 30 novembre 1917, il est nommé directeur des Archives et bibliothèques de l’Indochine, un service qui n’avait alors ni crédit ni personnel. Il est resté très attaché à ce service qu’il a développé jusqu’à sa mort en 1948.

[16] Paul Boudet, Manuel de l’archiviste : instructions pour l’organisation et le classement des Archives de l’Indochine, Hanoï, Direction des Archives et des bibliothèques, 1934.

[17] La revendication est l’action par laquelle les pays décolonisés réclament la restitution d’archives dont ils s’estiment les propriétaires légaux, alors que dans la loi française ils ne le sont pas.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search