Mémoire de Julian Batas, « La famille sous la fin de la République romaine dans la série télévisée Rome »

Présentation du mémoire de M2 de Julian Batas, réalisé au laboratoire DYPAC sous la direction de Vincent Puech, soutenu en juillet 2020

En se servant du modèle audiovisuel diffusé par la série télévisée Rome, ce mémoire propose d’étudier la question de la famille romaine sous la fin de la République. Chaque séquence de fiction choisie et décrite donne l’occasion d’examiner une ou plusieurs thématiques de la vie familiale. Ce mémoire fournit pour chacune des scènes décrites une analyse thématique fondée sur la bibliographie scientifique. L’objectif final est de mettre en corrélation la vie de famille telle qu’elle est décrite par cette fiction et les informations provenant des études de faits réels.

À travers cette étude, nous avons pu voir dans un premier temps en quoi consistaient certains des rapports sociaux entre les membres de familles populaires et aristocratiques romaines à la fin de la République. Ces rapports sociaux sont composés d’une part de liens privés, et d’autre part de comportements liés à la vie quotidienne ou à des événements exceptionnels. Nous avons défini dans cette étude les figures majeures qui composaient la famille romaine. Elle comprenait la figure centrale et prépondérante du père ou chef de la famille (pater familias). Puis on a identifié à ses côtés la mère, la fille et le fils. En analysant la figure du père, on a pu voir qu’un élément principal se démarquait du reste de ses caractéristiques, le pouvoir du père (patria potestas). Ce pouvoir était le principal facteur des affects dans la famille, le véritable pilier de l’ordre et de la hiérarchisation en son sein, et le gardien des traditions d’une culture propre au foyer.

Plusieurs résultats découlent de cette analyse thématique. Le chef de famille avait un grand pouvoir sur ceux qui vivaient avec lui : il pouvait décider du mariage et du divorce, punir les membres de sa famille ou choisir leur métier. La patria potestas s’étendait même sur les fils adultes et leur propre famille, car un homme n’était pas considéré comme un pater familias tant que son père vivait (sauf procédure particulière d’émancipation). À la fin de la République, la femme pouvait continuer à rester sous la puissance de son propre père. La mère élevait souvent les enfants, mais c’est le père qui enseignait généralement les arts virils à son fils. À sept ans, un garçon commence son éducation. L’implication et l’aide du père dans la carrière du fils était importante et souvent essentielle, notamment dans la politique, et cela malgré les liens conflictuels qui pouvaient exister entre le père et son fils adulte. Les familles étaient fondées sur des liens de sang ou l’adoption, mais aussi des alliances politiques et économiques. Le mariage était considéré bien plus comme une alliance financière et politique que comme une association sentimentale, et cela encore plus dans les classes supérieures. Le divorce et le remariage étaient des entreprises assez fréquentes, et, tout comme le mariage, les événements familiaux tels que les banquets et les obsèques sont régis par les rites religieux et le respect de la tradition.

Dans un second temps, nous avons pu évaluer le niveau de réalisme historique dépeint par les scènes étudiées. La méthode utilisée pour faire cette étude nous a permis de faire le lien entre la fiction et la réalité historique pour treize scènes bien distinctes comportant au total une quinzaine de thématiques. Les descriptions des différentes scènes fictives ont amené à une interprétation personnelle fondée sur des hypothèses. Chacune de ces interprétations a ainsi conduit à une série de questions sur les différentes thématiques exposées par les scènes. Ces questionnements ont été accompagnés d’une démarche de recherche appuyée sur des travaux historiques, et cette partie est la plus importante de chaque chapitre. Cette démarche permet de mettre en lumière sur les corrélations et les différences entre les faits historiques et la fiction. En effet ces recherches analysant les thématiques permettent l’établissement d’une critique de chacune des scènes, précisant quels sont les éléments retranscrits avec justesse et lesquels ne le sont pas, tout en expliquant pourquoi. Cette dernière partie a pour but ultime de donner une évaluation de ce qui est appelé le « niveau de réalisme » des scènes étudiées.

Les résultats découlant de la comparaison entre fiction et réalité sont significatifs, surtout quand on prend en compte les opinions différentes qu’a suscitées la question du réalisme historique de cette série. Environ deux tiers de ces scènes sont d’un niveau de réalisme « élevé », avec peu ou pratiquement aucun élément purement fictif. Ainsi les thématiques retranscrites avec justesse par la fiction sont « Les obsèques dans une famille de plébéien et dans une famille de patricien. La famille durant la préparation d’un banquet. Fiançailles, virginité, appartenance au père : situation de la jeune femme avant le mariage. La situation financière d’un centurion, et le repas d’un plébéien dans son foyer. Conception de l’amitié dans une famille de haut rang. Conception du divorce et du remariage et influence de la famille sur la vie de couple de la fille. Implication du père dans la carrière politique d’un fils. L’importance de la beauté dans le quotidien des femmes nobles. »

Environ un quart de ces scènes disposent d’un niveau de réalisme « moyen », c’est-à-dire mitigé entre des éléments en accord avec les connaissances historiques et d’autres éléments purement fictifs. Les thématiques concernées sont « L’exercice de la violence dans l’éducation et les sentiments envers les esclaves au sein de la famille. Le mariage : offrandes, conditions et types de mariage. Éducation de l’adolescent noble. Relations entre la mère et le fils. » Il est intéressant de constater que la majorité de ces thématiques au réalisme jugé « moyen » concernent les rapports sociaux dans la famille en dehors d’un événement spécifique comme le mariage. Cela est dû au fait que dans ces thématiques, les liens et affects dans la famille sont envisagés dans un sens plus large, en dehors du cadre précis de coutumes historiquement reconnues : une telle optique est plus difficile à retranscrire avec justesse dans la fiction. Une seule scène a été jugée faible en termes de réalisme, la séquence « Féminité, inceste, homosexualité, rapport à la différence sexuelle« , dont la majorité des éléments exposés étaient à caractère purement fictif. Cette scène est un échec dans son exercice de réalisme car elle projette une vision très moderne et occidentale de l’histoire du monde antique. Elle représente la quintessence de ce que les historiens ont reproché à la série, une volonté trop récurrente de faire du sensationnel, en déformant les traits et les mentalités des personnages afin de les rendre plus excentriques et plus marquants.

Bien que plusieurs séquences nous montrent l’importance de la distance critique à opérer vis-à-vis de la série, ce mémoire prouve aussi, à travers l’étude de la famille romaine, que Rome n’est pas non plus une fiction totalement dénuée de réalisme historique, comme certains spécialistes l’entendent. En effet, la majorité des scènes étudiées exprime un réel désir d’offrir aux téléspectateurs un témoignage crédible sur les liens sociaux au sein de la famille, et cela même si la série a pour but principal de toucher une audience adulte très large dont la majorité est « non savante » au sujet de la Rome antique.  


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search