Mémoire d’Anaëlle Herrewyn, « La Maison de Mesdames, filles de Louis XV (et tantes de Louis XVI) »

Présentation du mémoire de M2 d’Anaëlle Herrewyn, réalisé au laboratoire DYPAC sous la direction de Pauline Lemaigre-Gaffier, soutenu en septembre 2020

Louis XV et Marie Leszczynska eurent une grande progéniture dont de nombreuses filles, connues sous le titre de « Mesdames de France ». Six de leurs filles survécurent à l’enfance : Louise-Élisabeth, Henriette, Adélaïde, Victoire, Sophie et Louise. Ces princesses – à l’exception de l’aînée – n’ont jamais été mariées et vécurent à la cour durant toute leur vie. Pour assurer le service de ce groupe de princesses célibataires, Mesdames eurent une Maison, qui est au centre de notre mémoire de recherche.

Mesdames et leur Maison ont été très peu étudiées, probablement en raison de l’intérêt limité que suscite ces princesses, régulièrement cantonnées à une image de vieilles filles dévotes et aigries, image largement reprise au cinéma et dans les ouvrages de vulgarisation. Cependant, l’émergence depuis les années 1990 de travaux sur les femmes à la cour amène à reconsidérer le rôle des reines, princesses et favorites, et ainsi sortir de l’histoire « anecdotique ». Malgré cette nouvelle tendance, la Maison de Mesdames n’a jusqu’ici jamais fait l’objet d’une étude approfondie. Elle dispose pourtant d’un terreau fertile à la recherche, grâce à la conservation aux Archives Nationales d’un corpus d’archives particulièrement important, sur lequel nous basons la plupart de notre étude.

Extrait du film Marie-Antoinette de Sophia Coppola, 2006. La jeune dauphine Marie-Antoinette (à droite), en compagnie de « Tante Sophie » (à gauche) et « Tante Victoire » (au centre) : Columbia Pictures, American Zoetrope, Tohokunshinsha Film Corporation.

Dans un premier temps, nous avons dressé « l’histoire » de la Maison de Mesdames, dont la création en 1746 est à mettre en lien avec leur statut de princesses. En tant que Filles de France (le titre donné aux filles et sœurs du roi) Mesdames étaient intégrées au cérémonial dès leur naissance et recevaient les honneurs dus à leur rang. En raison de ce statut, Mesdames devaient avoir un service digne de leur qualité de princesses. Leur Maison fut créée dans l’optique d’en faire une structure de service et d’éducation avant leur mariage. Louis XV, qui contrôlait la Maison et la vie de ses filles, a opéré – économie oblige – une mutualisation des services, du personnel et des moyens. Deux Maisons furent créées pour cinq princesses : la Maison de « Mesdames Aînées » (pour Henriette et Adélaïde) et la Maison de « Mesdames Cadettes » (pour Victoire, Sophie et Louise). La Maison, d’abord temporaire, s’imposa progressivement comme une structure pérenne en raison du célibat de Mesdames et dut s’adapter aux besoins de ces princesses devenues adultes.

François-Hubert Drouais. Mesdames Adélaïde, Victoire et Sophie. Non daté. Château de Versailles (Wikimedia Commons)

Nous avons cependant pu constater une réelle scission à la mort de leurs parents, qui, paradoxalement, leur furent bénéfiques sur le long terme. De leur mère, Marie Leszczynska (morte en 1768) Mesdames reçurent un héritage et des responsabilités provenant des volontés testamentaires de celle-ci. La mort de Louis XV en 1774 les libéra de la tutelle paternelle. Leur neveu, Louis XVI accorda à chacune de ses tantes – qui n’étaient plus que trois, Henriette étant morte en 1752 et Louise devenue carmélite en 1770 – leur propre Maison, un service plus important et indépendant, ainsi que des revenus revus à la hausse. La bienveillance de Louis XVI envers ses tantes et les revenus considérables de ces princesses leur permirent de gagner en liberté (achat de propriétés, gestion autonome de certains revenus, éloignement de la cour, etc.) qui était pourtant relative et dépendante de la volonté du roi. Toutes ces libertés furent remises en cause à la Révolution française ; d’emblée considérées comme suspectes, Mesdames durent se plier aux exigences révolutionnaires et abaisser le coût de leur Maison. Elles décidèrent finalement de fuir en Italie, où débuta pour elles une vie d’errance, qui s’acheva à leur mort à Trieste, en 1799 pour Victoire, et en 1800 pour Adélaïde.

Johann-Ernst Heinsius. Marie-Louise-Thérèse-Victoire de France. 1786. Château de Versailles (Wikimedia Commons).

Après avoir présenté une vue d’ensemble et sur le long terme des évolutions de la Maison de Mesdames, nous avons porté notre attention sur son fonctionnement. Le service de Mesdames était avant tout le fait de leur personnel, qui connut plusieurs augmentations et diversifications entre 1750 et 1780. D’abord limité à la Chambre (femmes, garçons et valets de chambre, coiffeuses, etc.), la Chapelle (aumôniers, clercs de chapelle, confesseur, etc.) et à quelques charges réservées à la noblesse, le service de Mesdames s’est progressivement étoffé. En 1750, chacune d’entre elles avait une vingtaine de personnes à son service exclusif, contre une centaine en 1780, ainsi que plusieurs officiers communs et dédiés à la gestion de leur Maison et de leurs propriétés.

Johann-Ernst Heinsius. Marie-Adélaïde de France. 1785. Château de Versailles (Wikimedia Commons).

La Maison de Mesdames comprenait également une « Maison-Bouche », qui assurait le service de leur table et devait se distinguer par son luxe. L’appartenance au milieu des élites imposait au prince de manifester ouvertement son statut privilégié et sa richesse, et cette distinction passait notamment par la dépense en produits de luxe, en particulier pour la table et l’habillement. La Bouche de Mesdames, d’abord rattachée à celle du roi, fut indépendante en 1780. Elle reçut des fonds très élevés qui servirent à garnir leur table en mets de fins et choisis, mais également en boissons (principalement du vin) pour ces princesses et leur domesticité. La Garde-robe obéissait aux mêmes critères de distinction et de paraître : Mesdames recevaient en conséquence des moyens permettant d’assurer le luxe de leur habillement, selon la mode, leur âge et leurs préférences. La Maison comprenait en plus la Chambre, ainsi que la cassette de Madame Sophie, dont l’importance était mineure.

AN O¹ 3758, État de paiement des dépenses, tableau récapitulatif de l’année 1784. (photo personnelle)

Les limites de la Maison de Mesdames s’étendent en-dehors de la sphère domestique avec l’acquisition de leurs propriétés, achetées entre 1774 et 1781, et dont la gestion fut incluse dans la Maison. Parmi ces trois possessions, deux étaient des demeures de plaisance : le château de Bellevue (situé à Meudon) et le château de l’Ermitage (à Versailles), qui avaient vocation à devenir des lieux de séjour alternatifs à la cour. Mesdames dépensèrent pour leur aménagement et entretien des sommes particulièrement élevées et qu’elles n’avaient pas toujours. Leur duché, Louvois, acheté en 1776 à un descendant du ministre de Louis XIV, était une terre seigneuriale pour laquelle Mesdames eurent un intérêt plus limité, et dont les revenus étaient pour la plupart réinjectés dans le domaine.

Dans un dernier temps, nous avons pu voir que la Maison a permis la formation autour de Mesdames d’une petite « société » autour de ces princesses. Celle-ci avait pour origine la domesticité de Mesdames, composée de domestiques qui pouvaient appartenir à une même famille, dont certains étaient à leur service depuis plusieurs années voire décennies. L’entourage amical de Mesdames, surnommé la « vieille cour », comprenait les dames de compagnie de ces princesses ainsi que des personnes choisies et certainement appréciées, sans que cette réunion d’individus n’ait un caractère politique. En tant que  « maîtresses » de leur Maison, Mesdames avaient des responsabilités morales envers leur société ancillaire. Cette responsabilité – qui restait limitée – prenait surtout la forme d’une protection et d’un soutien financier, qui étaient  sollicités ou accordés spontanément.

En dehors de la cour, Mesdames s’étaient attachées un ensemble de personnes grâce à leurs actes de charité et leur pratique du « pensionnage », soit l’octroi de pensions, qui étaient des sommes d’argent versées régulièrement. Ces nombreux dons et marques de charité, voire de bienfaisance, semblent avoir attribué à Mesdames une réputation de princesses charitables qui poussa de nombreux individus dans le besoin à solliciter leur aide. Mesdames – notamment l’aînée, Adélaïde – devinrent en 1768 les exécutrices d’une partie des volontés testamentaires de leur mère, Marie Leszczynska, mais également de leur grand-père, Stanislas Leszczynski, roi de Pologne déchu qui reçut de Louis XV en 1737 le duché de Lorraine et du Bar. Ces princesses héritèrent de plusieurs rentes qui furent utilisées afin de poursuivre la politique de bienfaisance menée par le roi de Pologne dans son duché (dons, aumônes, pensions à ses anciens serviteurs, soutien et création de fondations éducatives et religieuses, etc.) et les demandes de Marie Leszczynska (poursuite de la construction du Couvent de la Reine et pensions). Plus tardivement, elles purent conserver les revenus personnels de leur sœur Sophie, décédée en 1782, afin d’exécuter certaines de ses dernières volontés. Enfin, dans une certaine mesure, Mesdames, par leur soutien à plusieurs artistes dont notamment la peintre Adélaïde Labille-Guiard et l’architecte Richard Mique, purent endosser un rôle de patronnes.

AN O¹ 3782/A Lettres patentes de Louis XV du 1er Avril 1771 relatives à l’usage par Mesdames d’une rente de Stanislas Leszczynski. (photo personnelle)

L’étude de la Maison de Mesdames nous montre l’adaptation du système de cour – réputé très rigide – à la singularité de la situation de ces princesses, qui s’est ensuite traduite dans leur service. Notre recherche a essayé de proposer une vue d’ensemble de leur Maison et de ses différentes composantes, d’abord domestiques, pour évoluer vers une Maison « plurielle » comprenant des propriétés et un réseau à part, celui de la « vieille cour ». Ce travail sur cette Maison pourrait amener à repenser la place des Maisons féminines à la cour de France au XVIIIe siècle, mais également à considérer Mesdames sous un autre angle que celui, pour reprendre l’expression de B. Cortequisse, d’une « clique abominable ».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search