Initiation à la recherche – Le récit de pèlerinage de Bernard de Breydenbach

Lors du premier semestre 2020-21, des étudiants et étudiantes de L3 de l’UVSQ ont travaillé sur les éditions incunables du récit de pèlerinage de Bernard de Breydenbach. Le travail a commencé par une série de séances introductives de lecture et de mise au point méthodologique ; ils ont ensuite effectué un premier travail de recherche, à partir d’un travail individuel ou en binôme, et d’une mise en commun collective à l’échelle du groupe. Après un engagement irréprochable tout au long du semestre malgré des conditions de travail difficiles, ils ont finalement rédigé une synthèse de la recherche effectuée dont les deux meilleures sont publiées ici.

Bibliographie indicative

Quelques références générales à titre de comparaison

  • Frédéric Barbier, « Quelques observations sur les origines d’un succès européen », dans Édition et diffusion de l’Imitation de Jésus-Christ, Paris, Bibliothèque Nationale de France, 2011, p. 35-52.
  • Roger Chartier, « L’ordre des livres », dans Histoire du monde au XVe siècle, Paris, Fayard, 2009, p. 756-768.
  • Ezio Ornato, « Les conditions de production et de diffusion du livre médiéval (XIIIe –XVe siècles) », Publications de l’École Française de Rome, 1985, vol. 82, n°1, p. 57–84.
  • Trung Tran, « Le texte illustré au XVe siècle, stratégie éditoriale ou création littéraire ? », dans L’Acte éditorial. Publier à la Renaissance et aujourd’hui, Paris, Classiques Garnier, 2010, p. 59–88.

Histoire des récits de pèlerinage

 

Sur Bernard de Breidenbach

  • Bernard von Breydenbach, Die Reise ins Heilige Land. Ein Reisebericht aus dem Jahre 1484, éd. Elisabeth GeckPressler, Wiesbaden, 1977.
  • Elizabeth Ross, Picturing Experience in the Early Printed Book : Breydenbach’s « Peregrinatio » from Venice to Jerusalm, University Park, University of Pennsylvania Press, 2014.
  • Frederike Timm, Der Palästina-Pilgerbericht des Bernhard von Breidenbach und die Holzschnitte Erhard Reuwichs. Die Peregrinatio in terram sanctam (1486) als Propagandainstrument im Mantel der gelehrten Pilgerschrift, Stuttgart, Dr. Ernst Hauswedell & Co., 2006

Synthèse de Cassandre Bataille et Léonie Fertin

En 1483, Bernard de Breydenbach, doyen de la cathédrale de Mayence, débute son pèlerinage. Docteur en droit, membre de la noblesse et de l’élite ecclésiastique de Mayence, et ayant un rôle important au sein de l’Inquisition, Bernard de Breydenbach est un homme influent. Durant son pèlerinage, qui a pour destination finale Jérusalem, il parcourt différentes villes, notamment Venise où il rejoint un autre groupe de pèlerins dans lequel se trouve Félix Fabri et Paul Walter, ensemble ils rencontreront divers peuples aussi bien chrétiens, juifs que musulmans, ils observent différents monuments, etc.
À l’issue de leur pèlerinage, les trois hommes produisent tous un récit différent du même voyage. Avec son ouvrage nommé Pérégrination en Terre Sainte, Bernard de Breydenbach signale une réelle volonté d’observation, mais aussi une volonté intellectuelle et théologique de transmettre. Pour parvenir à ses fins, Breydenbach s’entoure d’un interprète et d’un artiste, Erhard Reuwich qui réalise durant tout le voyage des croquis ayant pour finalité d’illustrer l’ouvrage de l’auteur. De fait, grâce à l’étude des illustrations présentes dans les différentes éditions réalisées entre 1486 et 1498 dans divers lieux d’impression en Europe, il est possible d’affirmer que les illustrations jouent un rôle important aussi bien dans la compréhension, l’accessibilité ou la structure d’un ouvrage.

Il est donc possible de se demander, quels éléments expliquent le succès de cet ouvrage ? En quoi, malgré les diverses et nombreuses rééditions, peut-on dire que l’édition princeps reste un ouvrage de référence pour les imprimeurs ?
Dans un premier temps nous avons abordé la question du succès de l’édition au travers de ses rééditions et de leur répartition géographique. Dans un second temps, nous avons analysé et comparé leur mise en page ainsi que leurs illustrations. Enfin, nous avons étudié la réception de l’ouvrage et son usage.

L’ouvrage de Bernard de Breydenbach a connu un réel succès comme en témoignent différents éléments, tels que le nombre d’éditions, la géographie de diffusion ou encore les langues d’éditions. L’édition princeps[1] des Pérégrinations a été réalisée, en latin, en 1486 à Mayence par Erhard Reuwich. Ce n’est cependant pas l’utilisation du latin qui permet le succès de l’ouvrage mais la traduction en langue vernaculaire qui a entraîné avec elle un diffusion dans différentes villes d’Europe, comme le mettent en avant les lieux d’impressions et la chronologie de cette dernière. Le pôle de diffusion majeur reste l’Allemagne, avec des villes d’éditions telles que Mayence et Augsbourg. En effet, sur neuf éditions de l’ouvrage quatre proviennent du pôle allemand: l’édition princeps, une édition en allemand datant de 1486[2], une édition similaire en 1488[3], provenant toutes trois de Mayence, puis une édition réalisée à Augsbourg en 1488 par Anton Sorg[4] . La France, et plus particulièrement la ville de Lyon, constitue aussi un deuxième pôle important en sortant deux éditions différentes en 1488 , par les imprimeurs Michel Topié et Jacques Heremberck[5], puis en 1489 avec l’imprimeur Gaspard Ortuin[6]. L’étendue de la diffusion géographique de l’ouvrage, et le succès de cedernier est aussi perceptible avec trois éditions en provenance de Spire en 1490[7] , Pilsen[8] et Saragosse[9] toutes deux imprimées en 1498. Les divers lieux d’impression à travers l’Europe sont des éléments importants au succès de l’ouvrage, compte-tenu de la langue dans lequel il est imprimé, mais aussi des relations commerciales que peuvent entretenir les différentes villes. La ville de Lyon peut par exemple vendre son ouvrage dans le reste de la France, mais aussi en Flandre, en Italie, en Angleterre… Les villes d’édition permettent des exportations dans le royaume ainsi que des régions périphériques.

Page de titre de l’édition de Saragosse, 1498 (exemplaire conservé à la Biblioteca Nacional de Espana)

Par ailleurs, un autre élément significatif du succès de récit de Bernard de Breydenbach est la rapidité avec laquelle les différentes éditions se sont succédées. Entre 1486 et 1490, sept éditions ont vu le jour, soulignant ainsi une rapidité mais aussi une certaine demande, donc un public. En ce qui concerne le public, il a pu être élargi grâce au remplacement du latin par les langues vernaculaires. Ce changement de langue est un point significatif car il y a comme une démocratisation de l’ouvrage. Des nobles, des bourgeois, une élite artisanale, des étudiants… peuvent avoir accès à l’ouvrage sans maîtriser le latin. De plus, par rapport aux livres universitaires les Pérégrinations en décrivant les différentes étapes du pèlerinage, les diverses sociétés, les villes ou encore les monuments, amènent les lecteurs à un voyage intellectuel ainsi qu’à un voyage intérieur.

Les Pérégrinations de Bernard de Breydenbach ont donc connu un véritable succès comme en témoigne la géographie et la rapidité de diffusion, ainsi que la diversité des langues de publication et l’élargissement du lectorat.

Les illustrations participent grandement au rayonnement de l’ouvrage. Si beaucoup sont reprises, on remarque que les imprimeurs font parfois le choix d’en préférer à d’autres. En prenant comme ouvrage de référence l’édition princeps[10] , on retrouve, dans un premier temps, des vues de villes. Ces dernières sont très réalistes mais le graveur recompose souvent l’image afin de faire apparaître tous les éléments souhaités. Ce qui importe est la qualité esthétique, l’objectif étantd’impressionner le lecteur. On retrouve ainsi une vue de Venise, mais aussi de Rhodes qui sont parfois réalisées sur des pages pliées et ajoutées rendant l’illustration plus grande et impressionnante. Ces représentations permettent au lecteur de s’imaginer la ville, telle une carte postale ou un guide touristique même si ces termes sont anachroniques. La suite de l’ouvrage est ornementée de représentations de peuples avec leurs alphabets. L’insertion de ce type d’illustration dans l’ouvrage permet de faire voyager le lecteur. On remarque cependant que ce sont des mises en scènes qui permettent de véhiculer des stéréotypes mais aussi les prises de positions de l’auteur, notamment à l’encontre de la communauté juive. On peut relever aussi une mise en scène de la richesse ou non de certains peuples. La communauté syrienne est représentée autour d’un repas à-même le sol ce qui contraste avec la communauté sarrasine représentée richement vêtue et armée de l’édition princeps.

Edition de 1486 de Mayence, fol. 79v (exemplaire de la BSB).

La présence d’un si grand nombre d’alphabets différents peut être assimilée à une justification de la part de l’auteur afin de prouver sa présence dans le lieu évoqué. A la suite de cela, se trouve une carte de la Terre Sainte. Il s’agit d’une représentation des lieux mythiques, ne correspondant donc pas à la réalité. Elle permet de transmettre une vision religieuse et mythique du lieu. Un bestiaire prend place en fin d’ouvrage. Il est composé d’animaux exotiques mais aussi fantastiques ce qui justifie l’aspect mythique de la Terre Sainte préalablement illustré. L’ouvrage se conclut par une illustration de cavaliers Turcs. La présence de cette illustration s’explique par la menace ottomane qui plane durant le XV e siècle. Si les rééditions s’appliquent à reprendre et reproduire la majorité des illustrations, certaines sont plus reprises que d’autres. En effet, la carte de la Terre Sainte n’est présente que dans peu de rééditions, ce qui peut s’expliquer par la volonté d’appuyer sur le sujet du voyage de l’ouvrage. On remarque aussi que les vues de villes sont parfois totalement absentes comme c’est le cas dans l’édition de Lyon datant de 1488[11].

L’édition de Saragosse de 1498[12] se démarque des autres. En effet, si elle contient 92 illustrations, 72 d’entre elles sont des ajouts de l’imprimeur. Ce dernier fait le choix d’insérer dans l’ouvrage des illustrations portant sur le Nouveau et l’Ancien testament accordant une plus grande importance à la portée religieuse de l’ouvrage. Il en est de même pour l’édition de Pilsen[13] . N’étant formé que de 64 pages, l’ouvrage ne reprend aucunes illustrations de l’édition princeps. L’imprimeur a sans doute souhaité faire sa propre édition, en se basant sur le voyage. Cette édition à moindre coût illustre le succès de ce livre, quitte à en faire une reproduction plus grossière et éloignée de l’originale.

La reprise ou non d’illustrations peut s’expliquer par un choix idéologique de l’imprimeur mais aussi par des raisons économiques. En effet, certaines éditions reprennent les mêmes bois que l’édition princeps, cela se remarque par la présence des mêmes défauts sur les illustrations, comme peut le signaler l’édition de Mayence en produite en 1486[14]. Cela peut s’expliquer par la vente ou dispersion des bois suite à la mort de l’imprimeur, faillite ou cessation d’activité, expliquant ainsi pourquoi les bois sont les mêmes seulement après 1488, date où Reuwich arrête son activité. Cependant, certaines éditions fabriquent des bois afin d’avoir une illustration des plus semblables. C’est le cas de l’édition de Lyon de 1488.

Edition de Lyon de 1488, exemplaire de la bibliothèque de l’Université de Liège, p. 140

La circulation des bois et le choix des imprimeurs, dans la reprise des illustrations, montre bien l’importance qu’elles ont dans le succès de l’ouvrage. On remarque que le sens de l’ouvrage change au fil du temps avec une insistance particulière sur l’aspect du voyage, au travers du choix des illustrations, mettant de côté l’aspect religieux.

La question de la réception de l’ouvrage par les lecteurs est un autre point important. Par le succès qu’il a connu, l’ouvrage a réussi à toucher un lectorat varié : des ecclésiastiques, les étudiants, des érudits, de simples lecteurs… Avec l’observation de différents exemplaires il est possible de dire que l’ouvrage pouvait déboucher sur plusieurs types d’utilisation. Par exemple un exemplaire de l’édition de 1488 d’Erhard Reuwich possède une multitude d’annotations manuscrites au niveau des marges, ainsi que des numéros de livrets ajoutés à la main, de fait, il est possible de dire que cet exemplaire était soit un outil de travail pour des professionnels, soit un outil d’étude pour des étudiants[15]. A l’inverse, l’exemplaire de l’édition de 1486, en allemand[16], réalisée par Erhard Reuwich, ne possède que peu d’annotations manuscrites, mais, des illustrations colorées après sa sortie d’imprimerie. Ainsi l’ouvrage n’est pas destiné au travail ou à l’étude, mais à une utilisation personnelle en lien avec la culture. Par ailleurs, l’ajout de couleur sur les illustrations ou de marques de possessions peuvent quant à eux signaler l’appartenance à une classe sociale élevée. De plus, le récit en lui-même et les illustrations peuvent possiblement jouer une influence sur les lecteurs, et les influencer, les pousser à partir en pèlerinage soit dans une optique purement religieuse, soit une optique culturelle ayant pour but de découvrir de nouveaux lieux, de nouveaux monuments ou encore de nouveaux peuples. Une partie des lecteurs a donc réussi à s’approprier l’ouvrage.

Edition de Mayence de 1488. Exemplaire conservé à la BSB, image 87.

D’un point de vue conservation, certains exemplaires ont été ajoutés à des bibliothèques, des collections privées, comme peuvent en témoigner les marques de possessions : armoiries, sceaux… A l’opposé, des bibliothèques publiques ont aussi été en possession d’exemplaires des Pérégrinations , permettant ainsi de rendre l’ouvrage accessible à un plus grand nombre d’individus. Le fait que des bibliothèques publiques possèdent des peut aussi signaler le succès et la bonne réception de l’oeuvre, car si l’engouement autour de cet ouvrage n’avait pas eu lieu, les bibliothèques n’auraient pas voulu le posséder. D’autre part, la présence de l’ouvrage dans les bibliothèques a aussi permis de diffuser et conserver l’oeuvre de Breydenbach dans le temps. Ainsi, a posteriori d’autres personnes ont pu travailler sur l’ouvrage que ce soit au XVIe , au XVIIe, etc. L’étude de l’ouvrage de Breydenbach dans le temps peut se percevoir avec l’édition en allemand de Erhard Reuwich réalisée en 1486[17] qui ne possède pas des annotations contemporaines à l’édition, mais des annotations datant plus du XVIIe ou XVIIIe siècles.

En conclusion, les rééditions témoignent du succès de l’oeuvre. Si quelques éditions se démarquent, la majorité se veut fidèle à l’édition princeps, notamment au travers des illustrations. Au cours du temps, le choix des illustrations influe sur l’appréhension de l’ouvrage, mettant ainsi en valeur le voyage ou le religieux. La conservation des livres mais aussi les annotations qu’ils contiennent informe sur l’utilisation et la réception de l’ouvrage. On peut cependant se demander, de quelle manière, dans les siècles futurs, les lecteurs appréhendent l’oeuvre ? Est-ce l’aspect religieux de l’oeuvre revête-t-il toujours d’une aussi grande importance, ou le récit de voyage domine-t-il ?

[1] Bernard de Breydenbach, Peregrinatio in terram sanctam, Mayence, Erhard Reuwich, 1486.

[2] Bernard de Breydenbach, Peregrinatio in terram sanctam, Mayence, Erhard Reuwich, 1486, Bayerische StaatsBibliothek, Munich, BSB-Ink B-911 – GW 5077

[3] Bernard de Breydenbach, Peregrinatio in terram sanctam, Mayence, Erhard Reuwich, 1488, Bayerische StaatsBibliothek,Munich, BSB-Ink B-914 – GW 5081

[4] Bernard de Breydenbach, Peregrinatio in terram sanctam, Augsbourg, Anton Sorg, 1488, Herzog August Bibliothek,Augsbourg

[5] Bernard de Breydenbach, Peregrinatio in terram sanctam, Lyon, Michel Topié et Jacques Heremberck, 1488, Bibliothèque Universitaire de Liège, Belgique

[6] Bernard de Breydenbach, Peregrinatio in terram sanctam, Lyon, Gaspard Ortuin, 1489, Université de Liège, Liège

[7] Bernard de Breydenbach, Peregrinatio in terram sanctam, Spire, Peter Drach, 1490, Bayerische StaatsBibliothek, Munich

[8] Bernard de Breydenbach, Peregrinatio in terram sanctam, Pilsen, Mikuláš Bakalář, 1498

[9] Bernard de Breydenbach, Peregrinatio in terram sanctam, Saragosse, Paul Hurus, 1498

[10] Bernard de Breydenbach, Peregrinatio in terram sanctam, Mayence, Erhard Reuwich, 1486

[11] Bernard de Breydenbach, Peregrinatio in terram sanctam, Lyon, Michel Topié et Jacques Heremberck, 1488, Bibliothèque Universitaire de Liège, Belgique

[12] Bernard de Breydenbach, Peregrinatio in terram sanctam, Saragosse, Paul Hurus, 1498

[13] Bernard de Breydenbach, Peregrinatio in terram sanctam, Pilsen, Mikuláš Bakalář, 1498

[14] Bernard de Breydenbach, Peregrinatio in terram sanctam, Mayence, Erhard Reuwich, 1486, Bayerische StaatsBibliothek, Munich, BSB-Ink B-911 – GW 5077

[15] Bernard de Breydenbach, Peregrinatio in terram sanctam, Mayence, Erhard Reuwich, 1488, Bayerische StaatsBibliothek, Munich, BSB-Ink B-914 – GW 5081

[16] Bernard de Breydenbach, Peregrinatio in terram sanctam, Mayence, Erhard Reuwich, 1486, Bayerische StaatsBibliothek, Munich, BSB-Ink B-911 – GW 5077

[17] Bernard de Breydenbach, Peregrinatio in terram sanctam, Mayence, Erhard Reuwich, 1486, Bayerische StaatsBibliothek, Munich, BSB-Ink B-911 – GW 5077

Synthèse d’Antoine Raffin

Publié pour la première fois en 1486 à Mayence, par l’imprimeur Erhard Reuwich, Peregrinatio in terram sanctam est un récit de pèlerinage écrit par Bernhard von Breidenbach (v. 1440-1497).  Issu d’une famille de la noblesse allemande, doyen de la cathédrale de Mayence, mais aussi docteur en droit, il entreprend en 1483 un pèlerinage à travers l’Europe, l’Afrique du nord et le Proche-Orient, avec une volonté de se rendre en Terre Sainte, et d’observer la géographie et les cultures locales des pays traversés. Accompagné par un comte allemand, un chevalier, un interprète, un cuisinier mais surtout par un peintre (Erhard Reuwich), qui se charge des illustrations du voyage, Bernhard von Breidenbach va rejoindre un groupe de pèlerins allemands, dont les moines dominicains et franciscains Félix Fabri et Paul Walther, connus pour avoir également écrit des récits de pèlerinage.

Le récit de Breidenbach est un texte assez froid, écrit dans un style épuré, dans lequel l’auteur tente de concilier volonté intellectuelle et démarche scientifique, accompagnés par des commentaires théologiques. Il avance également des idées politiques et adopte parfois un ton très dur envers les juifs et les musulmans, qui ne partagent pas sa foi religieuse. Après la première publication du récit en 1486 à Mayence, l’édition princeps, le texte rencontre vite un très fort succès à travers l’Europe centrale et occidentale, et a été réédité de multiples fois.

L’objet de cette synthèse est donc de présenter les différentes éditions de Peregrinatio in terram sanctam, et à travers elles, de tenter d’expliquer le succès rencontré par le texte à la fin du XVe siècle.

Parmi les éditions retenues pour cette étude, il est possible d’en citer huit, en plus de l’édition princeps, qui proviennent toutes d’Europe centrale et occidentale. La première édition, comme vu précédemment, a été publiée en latin en 1486, par Erhard Reuwich de Mayence[1].  Il en existe deux rééditions : en 1486[2] et en 1488[3], par le même imprimeur, cette fois-ci en langue allemande. Toujours en Allemagne, il existe une édition allemande imprimée par Anton Sorg d’Augsbourg en 1488[4], et une édition latine par Peter Drach de la ville de Spire[5]. On retrouve également deux éditions françaises à Lyon, en 1488[6] et en 1489[7], par les imprimeurs Michel Topié, Jacques Heremberck et Gaspard Ortuin. Enfin, il existe une édition Tchèque, publiée à Pilsen en 1498 par l’imprimeur Mikuláš Bakalář[8], et une édition espagnole publiée par Paul Hurus à Saragosse en 1498[9]. On constate donc ici la vaste répartition géographique de ces éditions, les principaux pôles étant l’Allemagne avec Mayence, et la France avec Lyon. Par ailleurs, il est intéressant de noter le rythme rapide de publication de ces éditions. On compte en effet quatre traductions différentes en l’espace de douze ans, à mettre en parallèle avec l’importance croissante des publications en vernaculaire. Enfin, le fait qu’il y ait eu trois éditions en deux ans par le même imprimeur, dans la ville de Mayence, témoigne du succès du texte, ce qui est assez rare pour l’époque pour un ouvrage qui n’est pas un livre universitaire.

Il est également intéressant d’étudier la mise en page de ces éditions. On remarque tout d’abord que la grande majorité d’entre elles ont récupéré le format de l’édition princeps, celle-ci ayant été standardisée par le premier imprimeur : caractère gothique, mise en page en longue ligne, format in folio. Hormis quelques ajouts, comme des préfaces ou des lettres de dédicaces (notamment dans les éditions de Erhard Reuwich), il n’y a pratiquement pas de paratexte, ce qui peut signifier que les éditeurs ne recherchent pas forcément un lectorat savant. Si la mise en page apparaît donc plutôt homogène, seules deux éditions présentent des ruptures notables avec l’édition princeps. L’édition de Saragosse de 1498 est ainsi la seule à avoir une mise en page en deux colonnes. L’édition tchèque quant à elle, est imprimée au format in-octavo, et seuls les passages concernant le voyage de Breidenbach ont été traduits.

Edition de Saragosse de 1498, exemplaire conservé à la Biblioteca Nacional de Espana, fol. 2r.

Ces éditions se distinguent également par la présence massive d’illustrations, souvent inspirées par l’édition princeps de 1486. L’édition de Mayence est en effet remarquable par la qualité de ses bois gravés. Les illustrations les plus impressionnantes représentent des villes comme Venise, Rhodes, ou une carte de la Terre Sainte, parfois sur des doubles pages avec des feuillets à déplier[10]. Si ces illustrations ne représentent pas tout à fait la réalité (la prise de vue étant impossible à réaliser), l’objectif ici est bien d’impressionner le lecteur par la multitude de détails, et de lui permettre de visualiser et de se représenter le paysage et la ville, à la manière d’une carte postale ou d’un guide touristique aujourd’hui. On retrouve également des illustrations mettant en scènes des peuples et cultures locales (syriens, turcs, sarrasins, juifs), et des illustrations plus scientifiques, notamment des alphabets[11], servant en quelque sorte à prouver l’authenticité de ce récit, et ajoutant une dimension d’exotisme ainsi que d’étrangeté, pour un lectorat qui découvre pour la première fois ce type d’écriture. Enfin, certaines illustrations mêlent le réalisme à l’imaginaire, comme le bestiaire vers la fin du texte, où chèvre et dromadaire côtoient une licorne et une salamandre.

Edition de Mayence de 1486, exemplaire conservé à la BSB, image 32.

Ces illustrations sont reprises dans les rééditions de Mayence de 1486 et 1488 ; les mêmes bois sont utilisés et certains ont même été ajoutés (un alphabet arménien pour l’édition de 1486 en plus des illustrations en couleur, une représentation de la ville de Candie en Crète, pour l’édition de 1488[12]). La grande partie des éditions qui reprennent l’édition princeps réutilisent les mêmes bois, ou dans le cas contraire, copient les illustrations. Les éditions de Lyon de 1488 et d’Augsbourg de la même année ont ainsi copié la plupart des illustrations, tout en laissant de côté les plus volumineuses, comme les vues de villes sur plusieurs pages. Il est tout à fait possible que ces imprimeurs aient choisi de ne pas les reproduire afin de diminuer les coûts de production. A l’inverse, les défauts visibles sur les bois gravés (notamment l’illustration de la gravure des Turcs en fin de l’ouvrage) des éditions de Lyon de 1489[13] et de Spire de 1490, présents dans l’édition princeps, prouvent bien que ces derniers ont été réutilisés dans la mise en page de ces livres. Seules quelques illustrations sont manquantes dans l’édition de Spire, l’imprimeur ayant choisi de se concentrer avant tout sur les villes et les voyages, en laissant de côté des illustrations à thématique religieuse, comme le Tombeau du Christ ou la carte de la Terre Sainte. Il est donc probable que l’imprimeur Erhard Reuwich ait cessé son activité dans les années 1488-1489, et que ses bois aient été revendus ou redistribués par la suite.

Edition de Spire de 1490, exemplaire de la BSB, image 183.

Enfin, seules deux éditions se distinguent dans l’utilisation des illustrations, il s’agit encore une fois de l’édition de Saragosse de 1498 et de Pilsen de la même année. La première contient, en plus des illustrations originales, plus de soixante-dix nouvelles images, représentant des épisodes de l’ancien testament, des saints et du Christ[14]. Encore une fois, les défauts présents sur certaines illustrations nous prouvent qu’il s’agit des bois de l’édition princeps. La richesse de cette édition témoigne des moyens importants de cet imprimeur, ce qui n’est pas le cas du second. L’édition tchèque ne dispose en effet que d’une seule illustration, représentant des marins sur un voilier[15]. Hormis la thématique du voyage, elle ne présente pas de similitudes avec l’édition originale. Il est donc probable que cet imprimeur ait lui aussi voulu réaliser une édition d’un ouvrage à succès, sans disposer des outils, des moyens et des compétences nécessaires.

Première page de l’édition de Pilsen de 1498, conservé à Prague.

A travers ces éditions plus tardives, on observe que plus l’on avance dans le temps, plus les éditions délaissent les aspects religieux et chrétiens pour se focaliser sur les itinéraires et les périples de ce pèlerinage : les voyages, la découverte de nouvelles villes et de nouvelles cultures, la variété des paysages, et l’exotisme de manière plus générale.

La question de la réception de l’ouvrage est également un aspect intéressant de ce sujet. L’étude des notes manuscrites ajoutées à la marge ou entre les lignes du texte, permettent d’émettre des hypothèses sur le statut social et l’identité du lecteur. La plupart des exemplaires étudiés ne comportent pas ou peu d’annotations marginales ou de marques de possession. Seule l’édition de Mayence de 1488, conservée à Munich, comporte de multiples annotations d’époque sur certaines parties de l’ouvrage[16]. Le lecteur a notamment ajouté des numéros de pages, probablement pour rechercher les informations plus vite, comme s’il préparait son propre pèlerinage. Des exemplaires d’autres éditions (Lyon 1489 – exemplaire conservé à l’université Jena, Pilsen 1490 – conservé à la bibliothèque universitaire de Barcelone, ou encore Mayence 1486 – conservé à Munich), ne disposent, à l’inverse, que de très peu d’annotations, souvent centrées sur les voyages et le pèlerinage en lui-même. La bonne conservation de ces ouvrages prouve enfin qu’ils étaient probablement considérés comme des livres exceptionnels et des pièces de collection par leurs contemporains. Il faut toutefois rester prudent : cette analyse ne se fonde que sur une sélection très restreinte d’exemplaires, et n’est pas forcément représentative de l’ensemble du lectorat.

Il est donc possible de conclure en affirmant que le succès de Peregrinatio in terram sanctam de Bernhard von Breidenbach, tient principalement à la richesse de son édition princeps, et aux multiples illustrations de Erhard Reuwich, exceptionnelles pour l’époque, qui ont servi de modèle pour un grand nombre d’éditions à travers l’Europe. Ces dernières ont en effet cherché à imiter l’originale, afin de proposer leur propre version d’un ouvrage traitant d’un pèlerinage exotique. L’aspect du voyage est ainsi essentiel pour comprendre le succès que Peregrinatio in terram sanctam a pu avoir auprès des lecteurs. Cette question de la réception, bien que difficile à évaluer, étant donné le manque de moyens dont nous disposons aujourd’hui pour connaître les propriétaires de ces ouvrages, montre bien, à travers les interventions sur le texte, que la vie d’un livre ne s’arrête pas au moment de sa sortie des presses. Le public opère lui aussi une réappropriation : le livre peut être acquis pour l’étude, pour la richesse de l’édition, ou pour développer un imaginaire lié aux contrées lointaines, et stimulé par les multiples illustrations.

 

 

[1] Bernhard von Breidenbach, Peregrinatio in terram sanctam, Mayence, Erhard Reuwich, 1486, 294p.

[2] Bernhard von Breidenbach, Die heyligen reyssen gen Jherusalem, Mayence, Erhard Reuwich, 1486, 312p.

[3] Bernhard von Breidenbach, Die heylighe beuarden tot dat heylighe grafft in Jherusalem, Mayence, Erhard   Reuwich, 1488, 316p.

[4] Bernhard von Breidenbach, Die heyligen reyssen gen Jherusalem, Augsburg, Anton Sorg, 1488, 408p.

[5] Bernhard von Breidenbach, Peregrinatio in terram sanctam, Spire, Peter Drach, 1490

[6] Bernhard von Breidenbach, Des sainctes peregrinationes de iherusalem, Lyon, Michel Topié et Jacques Heremberck, 1488, 268p.

[7] Bernhard von Breidenbach, Le saint voiage et pelerinage, Lyon, Gaspard Ortuin, 1489, 362p.

[8] Bernhard von Breidenbach, Traktát o zemi svaté, Pilsen, Mikuláš Bakalář, 1498, 64p.

[9] Bernhard von Breidenbach, Viaje dela tierra sancta, Saragosse, Paul Hurus, 1498, 205p.

[10] Vue de Venise, édition de 1486, Mayence, Erhard Reuwich, Double page et feuillets à déplier, Site de la BSB, image 32-35

[11] Sarrasins et alphabet sarrasin, édition de 1486, Mayence, Erhard Reuwich, dans le corps du texte, site de la BSB, image 159

[12] Illustration de la ville de Candie en Crète, édition de 1488, Mayence, Erhard Reuwich, double page, site de la BSB Image 46

[13]  Cavaliers turcs, édition de 1489, Lyon, Gaspard Ortuin, plein page, Site de la Uliège library, page 337

[14] Le Christ sur la Croix, édition de 1498, Saragosse, Paul Hurus, plein page, site de la BNE, image 85

[15] Marins naviguant à bord d’un voilier, édition de 1498, Pilsen, Mikuláš Bakalář, dans le corps du texte, Manuscriptorium, image 6

[16] Bernhard von Breidenbach, Die heylighe beuarden tot dat heylighe grafft in Jherusalem, Mayence, Erhard   Reuwich, 1488, Bayerische Staatsbibliothek, Munich, GW 5081, 316p, folio 28-55.

 

Ce travail a été encadré par Catherine Rideau-Kikuchi dans le cadre de l’UE “Initiation à la recherche en histoire médiévale”.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search